Accueil > Les classiques > Truffaut filme Catherine Deneuve et le Paris de l'Occupation dans Le Dernier Métro

Truffaut filme Catherine Deneuve et le Paris de l'Occupation dans Le Dernier Métro

  • dernier metro 1
  • dernier metro 2
  • dernier metro 3

François Truffaut a grandi sous l'occupation dans le 9ème arrondissement. En 1980 il réalise Le Dernier Métro, un film qui montre avec méticulosité le Paris de son enfance, tout en lui permettant d'exprimer son amour pour le théâtre et les acteurs. Initialement, Truffaut avait prévu de réaliser une trilogie sur le monde du spectacle : La nuit américaine pour le cinéma, Le dernier Metro pour le théâtre et L'agence Magic pour le cabaret, dont le scénario fut écrit mais qui ne fut jamais tourné.

Dès le début du Dernier métro, le décor est planté en voix off : "Le couvre-feu vide les rues après onze heures du soir, et pour les Parisiens il est terriblement important de ne pas rater le dernier métro. Parce qu'ils ont faim, les Parisiens attendent des heures pour acheter un peu de nourriture, parce qu'ils ont froid chez eux ils se pressent chaque soir dans les salles de spectacle. Les cinémas et les théâtres font salle comble, il faut louer ses places longtemps à l'avance".
L'action se déroule dans un théâtre de Montmartre, dont le directeur est un juif Allemand (Heinz Bennent) qui s'est prétendument enfui de Paris. En réalité, il se cache dans les sous-sols de l'établissement, où il trompe sa solitude en écoutant les chansons d'amour de Lucienne Delylle. Son épouse (Catherine Deneuve) dirige le théâtre en son absence, et prépare une pièce dans le respect scrupuleux de ses indications de mise en scène. Elle lui rend visite chaque soir et analyse avec lui le travail des comédiens, en particulier celui d'un jeune premier (Gérard Depardieu) pour qui elle a un plus qu'un faible : lorsque Truffaut est là, le triangle amoureux n'est jamais très loin...
Depardieu, dans une scène d'anthologie, casse la figure d'un journaliste collabo (Jean-Louis Richard). Cette scène est inspiré d'un fait réel : c'est Jean Marais qui pendant l'occupation, avait publiquement administré une correction à Alain Laubreaux, chroniqueur de l'hebdomadaire antisémite Je suis partout. Autour de Deneuve au zénith de sa sensualité discrète et de Depardieu au sommet de sa fougue, une distribution impeccable donne toute sa force au Dernier Metro : Jean Poiret, Sabine Haudepin, Maurice Risch, Andrea Ferreol et même Paulette Dubost, célèbre pour son interprétation de Lisette dans La règle du jeu de Jean Renoir (1939).

C'est le Théâtre Saint-Georges, dans le 9ème arrondissement, qui a servi de décor Dernier Métro.

Le film remporta 10 césars dont les 5 césars les plus prestigieux (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario, meilleur acteur et meilleure actrice). A ce jour, cet exploit n'a toujours pas été réédité...

Par Antoine Sire

Publié le Samedi 5 décembre 2015.
Beatrice Billon

Théâtre Saint-Georges

51 Rue Saint-Georges 75009 Paris

Le film
Affiche Me Tro

LE DERNIER MÉTRO

de François Truffaut

1980

Avec : Catherine Deneuve, Gérard Depardieu, Heinz Bennent, Jean-Louis Richard, Paulette Dubost, Maurice Risch, Sabine Haudepin

Scénariste : François Truffaut, Suzanne Schiffman, Jean-Claude Grumberg

Producteur : François Truffaut

Distribution : Gaumont

Les derniers articles
americain paris cinema 5
Les Classiques Voir tous

Gene Kelly et Leslie Caron dans la ville rêvée d'Un Américain à Paris

Arthur Freed, responsable des comédies musicales à la MGM, demanda un jour à Ira Gershwin l'autorisation de produire un film reprenant le titre « Un a...

10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...