Accueil > Les classiques > Sacha Guitry raconte Paris avec des bons mots et du technicolor

Sacha Guitry raconte Paris avec des bons mots et du technicolor

  • si-paris-2-590x416-590x416
  • si-paris-3-590x416-590x416
  • si-paris-1-590x416-590x416

« Je vous en préviens, ma mémoire est fantasque. Elle a ses préférences et elle est voyageuse », annonce Sacha Guitry de sa voix si particulière aux étudiants venus entendre par sa bouche l’Histoire de Paris. Raconter la légende des siècles avec de la pellicule couleur, de courtes séquences, de la bonhommie et des mots qui font mouche mais sans trop se soucier de vérité historique : la formule avait plu en 1954 avec Si Versailles m’était conté. C’est en 1956 que Guitry récidive avec Si Paris nous était conté, toujours plaisant mais moins inspiré. Le cinéaste prétend ne parler que du Paris de jadis, mais il ne rate pas une occasion de glisser une allusion au temps présent (notamment à l’excès d’impôts, déjà !) ou à la période de l’occupation, pour laquelle il n’a toujours pas digéré d’avoir été inquiété sans motif sérieux à la fin de la guerre. La distribution est éblouissante. Côté dames, un brelan composé de Danielle Darrieux, Michèle Morgan et Françoise Arnoul : toutes trois jouent des courtisanes et non des reines, on est bien chez Guitry ! Côté messieurs les deux princes du cinéma français Jean Marais et Gérard Philippe (qui chante en troubadour), flanqués de deux génies comiques, l’un confirmé (Robert Lamoureux) et l’autre en devenir (Louis de Funes). Même le grand peintre montmartrois Maurice Utrillo et le poète Paul Fort sont de la partie, jouant leur propre rôle. L’humour permet de pallier une production économe : l’invasion des Huns est figurée par quelques gaillards courant à pied alors que seul Attila a le privilège de monter un cheval ! Guitry ne laisse à personne le soin d’incarner Louis XI pour haranguer de jeunes artisans « Soyez français bien entendu, mais peut être avant tout soyez parisiens, car c’est un privilège. Menuisiers de Cahors ou de Pont-à-Mousson, parvenus à Paris soyez des ébénistes… » Le vol de la Joconde n’est pas oublié : « Pendant son absence, elle eut plus de visiteurs que pendant quatre cents ans de présence effective. C’était surtout le clou qui les intéressait ». « Paris est la seule ville du monde où l’esprit court les rues », fait aussi dire Guitry à Fontenelle, l’écrivain du XVIIIème siècle qui mourut centenaire et célibataire. Bien peu d’extérieurs et encore moins de décors naturels pour cette fresque très théâtrale. Il faut dire qu’une bonne partie des événements décrits se déroule à la Bastille, détruite comme chacun sait 167 ans avant le tournage du film…

 

Par Antoine Sire

Publié le Vendredi 11 avril 2014.
B BO
Sacha Guitry, Antoine Sire, Paris
Le film
affiche-si-paris

SI PARIS NOUS ÉTAIT CONTÉ

de Sacha Guitry

1956

Avec : Gérard Philippe, Michèle Morgan, Françoise Arnoul, Danielle Darrieux, Jean Marais, Robert Lamoureux, Louis de Funes

Scénariste : Sacha Guitry

Producteur : Gilbert Bokanowski

Distribution : SND

Les derniers articles
10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...

Sous Le Soleil De Satan 963728
Les Classiques Voir tous

1987 : Le poing levé de Maurice Pialat

En 1987, Maurice Pialat, grand metteur en scène au caractère notoirement difficile, va réussir par sa mauvaise humeur à transformer en scandale une