Accueil > Les classiques > Quand Paul Newman et Sidney Poitier faisaient swinguer Paris

Quand Paul Newman et Sidney Poitier faisaient swinguer Paris

  • paris-blues-8-590x416-590x416
  • paris-blues-6-590x416-590x416
  • paris-blues-5-590x416-590x416

Paris Blues montre la ville par les yeux de deux jazzmen américains de Saint-Germain des Prés, un joueur de trombone (Paul Newman) et un saxophoniste (Sidney Poitier).

Le premier va vivre une histoire d’amour avec une femme jouée par Joanne Woodward, qui était son épouse à la ville.
Le second va s’éprendre, sur fond de combat pour les droits civiques des noirs, d’une enseignante interprétée par Diahann Carroll... une actrice avec qui il avait une aventure extra-conjugale depuis qu’il l’avait rencontrée sur le tournage de Porgy and Bess !

Dans la fraîcheur de l’automne, la caméra de Martin Ritt déambule avec les amoureux sur les quais de Seine et à Montmartre, dans les bistrots des anciennes Halles et sur les Champs-Elysées au petit matin.
En outre, le film commence et s’achève Gare Saint-Lazare, où arrivait le train chargé d’américains voyageant par le transatlantique.

C’est donc un très beau document sur le Paris des années 60, même si le club de Saint-Germain des Prés et la rue où il se trouve ont été reconstitués au Studio de Boulogne par Alexandre Trauner, le légendaire décorateur d’Hôtel du Nord. Serge Reggiani joue un guitariste gitan et toxicomane, tandis que Moustache est à la batterie.

Louis Armstrong est là aussi - c’est même un des rares films où il joue un personnage de fiction et non son propre rôle.
La musique est signée de Duke Ellington, qui fut nommé à l’Oscar.
Quand les Américains filment la légende parisienne du Jazz, ils ne font pas les choses à moitié !

Par Antoine Sire

 

 

Publié le Mercredi 16 mars 2016.
Beatrice Billon
Le film
Paris-blues-affiche-150x200

PARIS BLUES

de Martin Ritt

1961

Avec : Paul Newman, Sidney Poitier, Joanne Woodward, Diahann Carroll, Louis Armstrong et Serge Reggiani

Scénariste : Walter Bernstein, Irene Kamp, Jack Sher et Lulla Rosenfeld d’après l’œuvre de Harold Flender

Producteur : Sam Shaw

Distribution : Wildside (vidéo)

Les derniers articles
americain paris cinema 5
Les Classiques Voir tous

Gene Kelly et Leslie Caron dans la ville rêvée d'Un Américain à Paris

Arthur Freed, responsable des comédies musicales à la MGM, demanda un jour à Ira Gershwin l'autorisation de produire un film reprenant le titre « Un a...

10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...