Accueil > Les classiques > Michèle Morgan découvre Paris avec Jean Marais dans Le Château de verre

Michèle Morgan découvre Paris avec Jean Marais dans Le Château de verre

  • Morgan Article

Récemment décédée à l’âge de 96 ans, Michèle Morgan fut l’une des plus grandes actrices de notre pays. Entre Gribouille de Marc Allégret (1937) et Le chat et la souris de Claude Lelouch (1975) elle occupa le haut de l’affiche dans le cinéma français mais aussi américain, britannique, allemand… Les années 1950 furent sa période la plus prolifique, mais comporte de nombreux bons films effacés des mémoires après l’arrivée de la Nouvelle Vague. Parmi ceux-ci, Le Château de Verre, un drame sentimental à la distribution extraordinaire, puisque Morgan y a pour amant l’illustre Jean Marais et pour époux le toujours excellent Jean Servais, future vedette de Du rififi chez les hommes. L’amitié entre Morgan et Marais, scellée lors de leur premier film commun Aux Yeux du souvenir, demeurera très forte jusqu’à la mort du comédien : c’est elle qui lui rendra hommage lors de la cérémonie des Molière 1999.

René Clément, qui s’est rendu célèbre par ses films montrant la résistance du petit peuple de France pendant la guerre, s’aventure ici dans un drame qui se déroule dans un monde raffiné entre la France et la Suisse. Morgan incarne l’épouse d’un magistrat Suisse qui rencontre un antiquaire Français pendant une fête en Italie. « Je danse mal ? – Non, vous ne dansez pas du tout », répond Jean Marais à la question que lui pose Michèle Morgan pendant la soirée, mais le couple qu’ils forment est vraiment d’une élégance folle. Le couturier Pierre Balmain, qui sera bientôt l’un des habilleurs attitrés de toutes les stars françaises, débute ici sa carrière pour le cinéma en habillant Michèle Morgan pour ce film…

Morgan Vignette

Après la fête, Jean Marais rentre à Paris, mais Morgan l’y rejoint le temps d’un week-end. La promenade, filmée par la caméra très mobile et très aérienne de René Clément, débute Gare de Lyon où Marais trouve un taxi pour Morgan avec une facilité déconcertante. « Vous verrez, (Paris) c’est pas mal. Ce n’est pas une grande ville, c’est beaucoup de grandes villes. Celle que j’habite est la plus jolie : le Palais Royal. ». En effet, depuis ses fenêtres qui donnent directement sur le jardin aux arcades, Marais peut même contempler le manège d’un clochard qui nourrit les pigeons… tout en en fourrant un de temps en temps dans son garde-manger. Au gré de l’histoire, la promenade se poursuivra sur une place du Panthéon presque méconnaissable tant ses bâtiments étaient à l’époque noircis de suie, ou avec un étonnant travelling aérien sur la Place des Victoire. Cette Love Story s’achèvera lorsque Michèle Morgan repartira en avion pour la Suisse afin de demander sa liberté à son mari, mais encourra alors les foudres du destin, comme le suggèrent, de manière particulièrement elliptique, le début et la fin du film. Le Château de Verre est une co-production franco-italienne et comporte notamment à son générique la remarquable actrice transalpine Elisa Cegani (doublée par Maria Casares). Le film a d’ailleurs été tourné simultanément en italien sous le titre L'amante di una notte, avec Morgan et Marais dans leur rôles mais Fosco Giachetti à la place de Jean Servais.

Curiosité, lorsque Michèle Morgan arrive à Paris, deux jeunes figurants apparaissent à ses côtés à la sortie des quais de la Gare de Lyon : Jacques Rivette (21 ans) ainsi que, portant lunettes et fumant la pipe, Jean-Luc Godard (19 ans). Deux futurs pères fondateurs de la Nouvelle Vague, mouvement qui traitera René Clément, le réalisateur du Château de Verre, avec une sévérité toute particulière…

 

Le Château de Verre (1950) de René Clément 

Ecrit par Pierre Bost et Gian Bistolfi d’après un roman de Vicki Baum.

Avec Michèle Morgan, Jean Marais, Jean Servais, Elina Labourdette, Elisa Cegani

 

---------------------

Connaissez-vous La Box Fait Son Cinéma ? Découvrez-la ici

Footer Article 640

Publié le Vendredi 27 janvier 2017.
Antoine Sire
Les derniers articles
americain paris cinema 5
Les Classiques Voir tous

Gene Kelly et Leslie Caron dans la ville rêvée d'Un Américain à Paris

Arthur Freed, responsable des comédies musicales à la MGM, demanda un jour à Ira Gershwin l'autorisation de produire un film reprenant le titre « Un a...

10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...