Accueil > Les classiques > Michel Blanc squatte Bernard Giraudeau dans Viens chez moi, j'habite chez une copine

Michel Blanc squatte Bernard Giraudeau dans Viens chez moi, j'habite chez une copine

  • viens 1
  • viens 2
  • viens 3

Viens chez moi j'habite chez une copine, avec ses nombreuses vues d'extérieur, fleure bon l'ambiance du Paris des années 1980, entre vieux quartiers et rénovation urbaine. Dans cette comédie à la fois tendre et grinçante tirée d'une pièce co-signée par Luis Rego et Didier Kaminka, Michel Blanc incarne un marginal apparemment inoffensif, mais redoutablement doué pour s'incruster dans la vie du couple que forment Bernard Giraudeau et Thérèse Liotard. Au début du film, il est pompiste à la station du 105 boulevard Murat, dans le 16ème arrondissement. Il utilise sa position pour draguer sans vergogne les jolies clientes et tenter de leur vendre des bidons d'huile vides. Ce culot sans limite finit par lui coûter son travail et son logement, d'où son arrivée chez ses amis, qui acceptent de l'héberger. Giraudeau est déménageur : on le voit notamment au début du film Place de la Bastille et dans les environs de la Gare de Lyon. Thérèse Liotard travaille pour sa part dans un McDonalds (qui n'existe plus) situé dans le quartier des Olympiades dans le 12ème arrondissement. Enfin, Anémone incarne une peu farouche artiste de cirque, séduite par Michel Blanc mais attirée par un Giraudeau tout en muscles. On voit le quatuor dans une jolie scène de baignade à la Piscine Molitor, alors un peu défraîchie avant sa longue période de fermeture. Le marginal parvient à se faire embaucher comme déménageur auprès de son ami et ne tarde pas à l'embarquer dans une affaire de vol de grands crus. Poussant aussi Giraudeau sur la pente de l'infidélité, il ment à Thérèse Liotard en lui téléphonant depuis une cabine (qui n'existe plus) située sur le pont de la rue du Rocher, qui enjambe la rue de Madrid dans le 8ème arrondissement. 

Pour Michel Blanc, qui co-signe aussi le scénario, Viens chez moi j'habite chez une copine marque la troisième collaboration au cinéma avec Patrice Leconte, juste après Les Bronzés (1978) et Les Bronzés font du ski (1979). Ils se retrouveront encore pour Ma femme s'appelle reviens (1982) puis Circulez y'a rien à voir (1983), Monsieur Hire (1989) et Les Grands Ducs (1996). Viens chez moi j'habite chez une copine est également célèbre pour sa bande originale, la chanson éponyme de Renaud, hymne aux marginaux vivant de petites combines financières et sentimentales...

Par Antoine Sire

Publié le Mardi 31 mars 2015.
Beatrice Billon
Gare de Lyon, Bastille, Olympiades, Thérèse Liotard, Anémone, Cinéma, Paris, Viens chez moi j'habite chez une copine, Michel Blanc, Bernard Giraudeau, Patrice Leconte, où est tourné le film, film tourné à Paris, Décor de tournage, Film, Les Bronzés, McDonalds, piscine Molitor, rue de Madrid, Antoine Sire
Le film
Affiche Viens

VIENS CHEZ MOI, J'HABITE CHEZ UNE COPINE

de Patrice Leconte

1981

Avec : Michel Blanc, Bernard Giraudeau, Thérèse Liotard, Anémone

Scénariste : Patrice Leconte, Michel Blanc, Jean-Paul Sèvres, Jean-Luc Voulfow, Didier Kaminka et Luis Rego

Distribution : UGC Ph

Les derniers articles
10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...

Sous Le Soleil De Satan 963728
Les Classiques Voir tous

1987 : Le poing levé de Maurice Pialat

En 1987, Maurice Pialat, grand metteur en scène au caractère notoirement difficile, va réussir par sa mauvaise humeur à transformer en scandale une