Accueil > Les classiques > Bernard Blier, enfant du 17ème arrondissement dans Messieurs Ludovic

Bernard Blier, enfant du 17ème arrondissement dans Messieurs Ludovic

  • ludo2
  • ludo3
  • ludo1

Les caprices du destin à Paris ont décidément beaucoup inspiré les cinéastes dans les années 40. Et cette période du cinéma est particulièrement féconde pour la carrière de Bernard Blier. Il partage avec Odette Joyeux la vedette de Messieurs Ludovic, réalisé par Jean-Paul Le Chanois, qui le retrouvera notamment pour L’école buissonnière et Les Misérables. Blier et Le Chanois (dont Bertrand Tavernier a raconté l’histoire dans son magnifique Laisser-Passer) s’étaient connus dans le cadre du Syndicat National des Acteurs, fondé en 1944. « J’ai senti qu’il y avait en Bernard autre chose que les personnages un peu lâches, un peu maris trompés qu’on lui faisait jouer. J’ai vu en lui un homme généreux, sensible, humain qui est un brave type », déclarait Le Chanois. Le rôle de Blier dans Messieurs Ludovic correspond exactement à cette définition. C’est l’histoire de trois hommes ayant le même prénom, qui sont nés un 25 octobre 1910 dans le 17ème arrondissement de Paris, et qui vont se rencontrer à l’âge adulte parce qu’ils aiment la même femme, une fille de mineurs du Pas de Calais montée à la capitale pour chercher fortune, incarnée par la ravissante Odette Joyeux. « Ils étaient là, tous les trois, trois petites tâches noires parmi toutes les autres. Pendant ce temps là, dans le nord de la France, là haut, au pays des mines, il y avait une jeune fille qui allait croiser leur vie », scande la belle voix de Julien Carette. On trouve aussi au générique Jules Berry, le Diable des Visiteurs du soir, dans un rôle de père indigne qui lui va comme un gant. Mais ce sont bien les trois Ludovic, Bernard Blier en ingénieur généreux, Jean Chevrier en voyou plein de reconnaissance et Marcel Herrand, en homme d’affaires glacial qui donnent toute sa saveur à cette fable destinée à rappeler, au lendemain de l’Occupation et de ses sinistres combines, que l’argent ne fait décidément pas le bonheur.

Par Antoine Sire

Publié le Jeudi 17 juillet 2014.
Beatrice Billon
Jean-Paul Le Chanois, Odette Joyeux, Cinéma, Paris, Bernard Blier, Antoine Sire
Le film
Affiche Ludo

MESSIEURS LUDOVIC

de Jean-Paul Le Chanois

1946

Avec : Odette Joyeux, Bernard Blier, Marcel Herrand, Jean Chevrier, Julien Carette, Jules Berry, Paul Frankeur

Scénariste : Jean-Paul Le Chanois d’après la pièce « Ludo » de Pierre Scize.

Les derniers articles
10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...

Sous Le Soleil De Satan 963728
Les Classiques Voir tous

1987 : Le poing levé de Maurice Pialat

En 1987, Maurice Pialat, grand metteur en scène au caractère notoirement difficile, va réussir par sa mauvaise humeur à transformer en scandale une