Accueil > Les classiques > Maurice Chevalier, tailleur parisien dans Aimez moi ce soir.

Maurice Chevalier, tailleur parisien dans Aimez moi ce soir.

  • aimez paris cinema 4
  • aimez paris cinema 3
  • aimez paris cinema 2
  • aimez paris cinema 1

Né en 1888 et mort en 1972, Maurice Chevalier tourna dans une trentaine de films américains, dont 17 entre 1929 et 1937. Emprisonné avec des soldats anglais pendant la première guerre mondiale, il avait appris à leur contact la langue de Shakespeare ! Dès son deuxième film à Hollywood, il est associé à Jeannette MacDonald, une talentueuse soprano aux cheveux rouges, aux yeux verts et au sourire enjôleur. Aimez-moi ce soir, réalisé par Rouben Mamoulian en 1932, est le troisième film en commun des deux artistes, dont l'alchimie à l'écran était parfaite mais qui ne s'aimaient pas beaucoup. Il débute par une extraordinaire scène montrant le réveil de Paris, depuis l'heure où la tour Eiffel est environnée de brumes et de silence, jusqu'au moment où l'agitation des rues bat son plein.

Naturellement, il s'agit d'un Paris de studio, dont les ruelles moyenâgeuses sont bien différentes des réalités, déjà Haussmanniennes, de l'époque ! On découvre le fringant Maurice, incarnation du titi parisien embourgeoisé, alors que sa journée commence. Il interprète un tailleur, qui reçoit la visite d'un client en maillot de corps, un vicomte qui s'est mêlé à une course à pieds dans les rues de Paris pour échapper à un mari jaloux. Mais le vicomte est mauvais payeur. Le tailleur se rend dans un château pour obtenir le paiement des dettes qu'il a accumulées auprès de sa boutique. Son automobile tombe en panne sur le chemin, coupant le passage à la voiture à cheval d'une princesse chantante. C'est le coup de foudre. Lorsque le tailleur se présente au château, le vicomte embarrassé le fait passer pour un ami noble, ce qui facilite pour un temps ses relations avec la princesse... Une soirée est donnée en l'honneur du faux noble, où il se présente déguisé en « apache », les bandits parisiens de l'époque.

Outre les excellents morceaux chantés signés de Rodgers et Hart, ce film est un bijou de mise en scène. La chanson-titre du film est chantée en voix off pendant leur sommeil par Jeanette Macdonald et Maurice Chevalier, qui dorment loin de l'autre mais que l'on voit sur la même image pour illustrer la convergence naissante de leurs songes... Parmi les seconds rôles, une charmante brune, Myrna Loy, qui deviendra l'une des grandes vedettes d'Hollywood dans les années 1930 et 1940. En 1934, pour leur dernier film en commun, La veuve joyeuse d'Ernst Lubitsch, Jeannette MacDonald et Maurice Chevalier se retrouveront à nouveau à Paris, chez Maxim's où le crooner la prendra pour une hôtesse de cabaret alors qu'elle est une princesse. En 1935, dans L'homme des Folies-Bergère, il sera cette fois entouré de Merle Oberon et Ann Sothern. Le final de ce film contribuera puissamment à diffuser l'image mondiale de l'homme au canotier. Jeannette MacDonald deviendra dans la deuxième moitié des années 1930 une des premières stars de la MGM, mais associée cette fois à un américain, Nelson Eddy, avec qui elle tournera huit films, inconnus en France mais célébrés outre atlantique comme des trésors nationaux.

Par Antoine Sire

Publié le Mardi 9 décembre 2014.
Beatrice Billon
Rouben Mamoulian, Shakespeare, tour Eiffel, Hollywood, Cinéma, Paris, Maurice Chevalier, Adresse de tournage, Lieu de tournage, Jeannette MacDonald, Ernst Lubitsch, Myrna Loy
Le film
Affiche Aimez

AIMEZ MOI CE SOIR

de Rouben Mamoulian

1932

Avec : Maurice Chevalier, Jeanette MacDonald, Charles Ruggles, Myrna Loy, C.Aubrey Smith

Scénariste : Samuel Hoffenstein, George Marion Jr. et Waldemar Young

Producteur : Rouben Mamoulian

Les derniers articles
americain paris cinema 5
Les Classiques Voir tous

Gene Kelly et Leslie Caron dans la ville rêvée d'Un Américain à Paris

Arthur Freed, responsable des comédies musicales à la MGM, demanda un jour à Ira Gershwin l'autorisation de produire un film reprenant le titre « Un a...

10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...