Accueil > Les classiques > Le Paris populaire des années 50 dans Rues des Prairies

Le Paris populaire des années 50 dans Rues des Prairies

  • prairies-3-590x416-590x416
  • prairies-2-590x416-590x416
  • prairies-1-590x416-590x416

S’il est un film qui plut au public mais désespéra la critique, c’est bien Rue des prairies, de Denys de la Patellière, avec Jean Gabin et de jeunes acteurs pleins de promesses. "Rue des prairies est un film qui participe de la manoeuvre d’abrutissement concerté du public, dans laquelle s’est souvent complu le cinéma français." écrivait à l’époque Yves Boisset. Denys de la Patellière, récemment décédé, a pourtant réalisé avec son compère Michel Audiard plusieurs films qui, vus d’aujourd’hui, nous éclairent fort bien sur la France de naguère. Dans Rue des prairies, c’est le Paris populaire de la fin des années 50, et plus particulièrement le 20ème arrondissement. Gabin interprète un contremaître qui, libéré en raison de la mort de sa femme après deux ans de captivité en Allemagne, a la mauvaise surprise de découvrir en rentrant que celle-ci est morte en couches, donnant naissance à un fils forcément conçu bien après son départ... On retrouve la petite famille en 1959, alors que les deux ainés (Claude Brasseur et Marie-José Nat) sont devenus respectivement coureur cycliste et mannequin, et que Jean Gabin donne tout l’amour qu’il peut à ce troisième enfant qui n’est pas de lui (Roger Dumas), élève bagarreur et fugueur. C’est la grande époque de Léon Zitrone, de Raymond Marcillac, de Sports-dimanche, celle où Paris est cerné par deux vélodromes abondamment montrés dans le film : l’un au bois de Boulogne (le Parc des Princes) et l’autre au bois de Vincennes (La Cipale), aujourd’hui préservé sous le nom de Vélodrome Jacques Anquetil. Dans Rue des Prairies, Gabin n’a pas besoin de jouer la comédie, car il se contente d’être Gabin : français bougon, sans cérémonie, mais au grand coeur, sévère pour le bourgeois fané dont s’amourache sa fille, mais cultivant avec son petit dernier un lien qui prouve que la famille du coeur peut être plus forte que la famille du sang.

Par Antoine Sire

 
Publié le Jeudi 26 décembre 2013.
Beatrice Billon

Rue des prairies 75020 Paris

Le film
affiche-prairie-150x200

RUE DES PRAIRIES

de Denys de la Patellière

1959

Avec : Jean Gabin, Claude Brasseur, Marie-José Nat, Roger Dumas, Renée Faure, Paul Frankeur, Roger Tréville

Scénariste : Denys de la Patellière, Michel Audiard, d'après le roman de René Lefèvre

Les derniers articles
americain paris cinema 5
Les Classiques Voir tous

Gene Kelly et Leslie Caron dans la ville rêvée d'Un Américain à Paris

Arthur Freed, responsable des comédies musicales à la MGM, demanda un jour à Ira Gershwin l'autorisation de produire un film reprenant le titre « Un a...

10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...