Accueil > Les classiques > Sous le ciel de Paris marchent les amoureux...

Sous le ciel de Paris marchent les amoureux...

  • ciel-paris-590x416-590x416
  • ciel-paris-3-590x416-590x416
  • ciel-paris-2-590x416-590x416

« Sous le ciel de Paris, les oiseaux du bon dieu viennent du monde entier pour bavarder un peu ». Cette rengaine incontournable, que jouent les accordéonistes de la Place du Tertre et autres carrefours touristique de la capitale, ne date pas du temps de Modigliani mais de 1951. Sous le ciel de Paris, film du grand et parfois sous-estimé Julien Duvivier, raconte une journée décisive de la vie de quelques personnes qui ne se connaissent pas mais entre lesquels le hasard va tendre des fils invisibles. A bout de ces fils on trouve la joie pour certains et la tragédie pour d’autres : une vieille demoiselle qui n’a pas de quoi nourrir ses chats (Sylvie), une jeune et jolie provinciale qui passe son premier jour à Paris (Brigitte Auber, que l’on retrouvera bientôt chez Hitchcock), un ouvrier gréviste (Jean Brochard), un aspirant-interne des hôpitaux (Daniel Ivernel), un sculpteur au regard fiévreux (Raymond Hermantier)… Duvivier filme joies et coups du sort à travers les quartiers de Paris en usant de sa maîtrise technique hallucinante, combinant des éclairages très travaillés dans le meilleur style du film noir, avec des séquences caméra à l’épaule qui préfigurent Lelouch. Les personnages sont simples et populaires, mais les robes sont signées Christian Dior : toute une époque ! Si ce film est une petite merveille, c’est d’abord grâce à la formidable voix off écrite par Henri Jeanson et dite par François Périer, qui explique taquineries et caprices de la roue du destin. Le texte de Jeanson n’est pas loin de la force poétique d’un Prévert des grands jours : « Les Parisiens ne se doutent pas que pendant ce temps là, le destin pense à eux tout en rodant sa roue ». « Suivons le donc, c’est sa tournée. Il règle tout, le destin, sauf ça : l’aurore aux doigts gris-perle lui échappe ». « L’un a vécu, l’autre va vivre. Aucun ne se doute de ce qui l’attend ». Outre Sous le ciel de Paris, une autre jolie chanson, oubliée celle-là, accompagne le film : « Cœur de Paris, tu bas pour qui, pour ceux qui roulent en carrosse ? Ceux qui se lèvent tôt, ceux qui se couchent tard, ceux qui rêvent ou ceux qui bossent ».

Par Antoine Sire

 
Publié le Mardi 18 février 2014.
Beatrice Billon
Le film
affiche-ciel-paris-150x200

SOUS LE CIEL DE PARIS

de Julien Duvivier

1951

Avec : Brigitte Auber, Daniel Ivernel, Raymond Hermantier, Sylvie, Jean Brochard et la voix de François Périer

Scénariste : Ecrit par Julien Duvivier et René Lefèvre avec un commentaire de Henri Jeanson

Producteur : Filmsonor

Les derniers articles
americain paris cinema 5
Les Classiques Voir tous

Gene Kelly et Leslie Caron dans la ville rêvée d'Un Américain à Paris

Arthur Freed, responsable des comédies musicales à la MGM, demanda un jour à Ira Gershwin l'autorisation de produire un film reprenant le titre « Un a...

10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...