Accueil > Les classiques > La Vienne de Stefan Zweig dans Lettre d’une inconnue.

La Vienne de Stefan Zweig dans Lettre d’une inconnue.

  • inconnue2
  • inconnue3
  • inconnue 1
  • inconnue4
  • incoonue5

Vienne est une ville magnifique, qui a retrouvé toute sa prospérité d’antan depuis la chute du rideau de fer. Mais au début du XXème siècle, elle était la capitale de l’empire déclinant des Habsbourg : une ambiance mélancolique rendue avec génie par les écrivains Stefan Zweig, Arthur Schnitzler, Joseph Roth… Le cinéaste Allemand Max Ophuls avait brillament adapté en 1933 Libelei de Schnitzler. C’est tout naturellement qu’Hollywood, où il était installé depuis la guerre, pensa à lui pour porter à l’écran Lettre d’une inconnue, roman de Zweig qui raconte la rencontre de deux destins gâchés, celui d’une femme vainement amoureuse d’une ombre, et celui de cette ombre, un pianiste doué que le goût des plaisirs conduit à rater sa carrière. Ophuls consacra sa maîtrise incomparable de la caméra à reconstituer l’ambiance de Vienne, avec ses femmes altières et ses officiers chamarrés toujours prêts à mourir en duel, inquiétant son producteur par sa débauche de figurants et de décors construits dans les studios Universal. Pendant leur unique journée ensemble, les deux amants se retrouvent dans une incroyable attraction foraine, avec un faux compartiment de chemin de fer depuis lequel les passagers voient se dérouler un paysage peint, animé par un cycliste qui pédale pour faire tourner la toile. L’homme est incarné par l’élégant acteur Français Louis Jourdan, mais c’est la délicate Joan Fontaine, dans le rôle de la mystérieuse jeune femme, qui donne au film toute sa grâce et sa magie. D’abord adolescente fascinée par le pianiste qui s’est installé à côté de chez elle, elle grandit et attend un enfant de cet homme qu’elle n’aura connu qu’une seule nuit et qui ne pourra même pas la reconnaître quelques années plus tard. Mariée à un autre homme par dépit, reportant son affection sur son enfant qui hélas mourra avant ses dix ans, elle incarne une pureté de coeur admirable, mais qui la mène comme la frivolité du pianiste dans une tragique impasse.

Par Antoine Sire

 

Publié le Mercredi 23 juillet 2014.
Beatrice Billon
Max Ophuls, Joan Fontaine, Vienne, Cinéma, Antoine Sire, Autriche, Paris, Film, Lettre d'une inconnue, Carlotta Films
Le film
Affiche Lettre

LETTRE D'UNE INCONNUE

de Max Ophuls

1948

Avec : Joan Fontaine, Louis Jourdan, Mady Christians et Marcel Journet

Scénariste : Howard Koch d’après Stefan Zweig

Distribution : Carlotta Films

Les derniers articles
10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...

Sous Le Soleil De Satan 963728
Les Classiques Voir tous

1987 : Le poing levé de Maurice Pialat

En 1987, Maurice Pialat, grand metteur en scène au caractère notoirement difficile, va réussir par sa mauvaise humeur à transformer en scandale une