Accueil > Les classiques > La poésie des toits de Paris dans Un Monde Sans Pitié

La poésie des toits de Paris dans Un Monde Sans Pitié

  • monde-sans-pitie-1-590x416-590x416
  • monde-sans-pitie-3-590x416
  • monde-sans-pitie-2-590x416-590x416
  • un-monde-sans-pitie-4-590x416-590x416

«Quand les monuments s’éteignent, il y a des gens qui montent sur les toits et qui font la fête. Ils attendent, tapis sous les vasistas, dans les mansardes, et quand l’obscurité retombe sur Paris, quand le Panthéon, le Sacré-coeur, la Tour Eiffel s’éteignent, ils sortent peu à peu, et envahissent en silence les toits et les balcons. Ils montent aux échelles, se pendent aux paratonnerres et aux antennes, font des glissades le long des bandes d’ardoise, courent sur les corniches, enjambent les parapets et sautent au-dessus des ruelles. Derrière les cheminées, ils s’embrassent, et quand il fait bon, ils font l’amour sur les terrasses». Grâce à cette évocation poétique de la vie secrète des toits de Paris, prononcée depuis un balcon quand les illuminations de la Tour Eiffel s’éteignent, Un monde sans pitié, d’Eric Rochant (1989) est un grand film sur la capitale. On y suit le parcours d’Hippo (Hippolyte Girardot), qui sillonne la ville à bord de sa vieille 404, à la recherche de la belle Nathalie (Mireille Perrier). L’amour les réunira un temps sur fond de Quartier latin et de Jardin du Luxembourg. Mais la brillante élève de Normale Sup, sélectionnée pour enseigner à Boston, ne peut pas comprendre cet amant sans travail et sans projet qui cueille la vie au jour le jour, et vit aux crochets de son jeune frère dealer tout en clamant «On est des nuls». Parce que le désarroi d’Hippo est - déjà - celui d’une génération, Un monde sans pitié séduira le public et obtiendra le Prix Louis Delluc ainsi que deux Césars. Celui du meilleur espoir masculin revient à un tout jeune Yvan Attal, en copain d’Hippo qui accumule les échecs amoureux et en tire une philosophie amère. Un monde sans pitié reprend, en le développant, l’argument d’un court métrage réalisé par Eric Rochant en 1985 avec, déjà, Hippolyte Girardot en jeune désoeuvré qui tentait en voiture de séduire une bibliothécaire.

Par Antoine Sire

 

Publié le Mercredi 10 juin 2015.
B BO
tour Eiffel, film tourné à Paris, Cinéma, Paris, Film culte, Film, Un monde sans pitié, Hippolyte Girardot, Antoine Sire, Yvan Attal, Boston, Eric Rochant, Jardin du Luxembourg, Jardin, Mireille Perrier, décor de film, Décor, Sacré Coeur, Panthéon, César
Le film
affiche-monde-sans-pitie-150x200

UN MONDE SANS PITIÉ

de Éric Rochant

1989

Avec : Hippolyte Girardot, Mireille Perrier, Yvan Attal et Jean-Marie Rollin

Scénariste : Éric Rochant et Arnaud Desplechi

Distribution : Mars Distribution

Les derniers articles
10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...

Sous Le Soleil De Satan 963728
Les Classiques Voir tous

1987 : Le poing levé de Maurice Pialat

En 1987, Maurice Pialat, grand metteur en scène au caractère notoirement difficile, va réussir par sa mauvaise humeur à transformer en scandale une