Accueil > Les classiques > Jean Yanne en roi du marché noir dans Les Chinois à Paris

Jean Yanne en roi du marché noir dans Les Chinois à Paris

  • chinois4
  • Chinois7
  • chinois6
  • chinois2
  • chinois3
  • chinois10
  • chinois5
  • chinois1
  • chinois8

Avec Tout le monde il est beau, Tout le monde il est gentil, Jean Yanne avait fait une satire du monde de la radio. Dans Moi y en à vouloir des sous, il s'était moqué avec une égale causticité des capitalistes et des syndicalistes. Pour son troisième film, à nouveau co-écrit avec son vieux complice Gérard Sire, il choisit d'adapter un roman de Robert Beauvais qui raconte une invasion imaginaire de la France par la Chine communiste. Les Chinois à Paris ne plaira pas beaucoup au gouvernement chinois, mais dans ce film la satire ne vise pas vraiment le grand peuple asiatique. Moins de trente ans après la Libération, ce sont avant tout les Français qui sont tournés en dérision, tant pour leur amour des plaisirs que pour leur indiscipline légendaire et leurs penchants pour la collaboration avec les envahisseurs.  Lorsque l'arrivée des troupes chinoises est annoncée, c'est la foire d'empoigne sur les routes et le Président de la République (Bernard Blier) s'enfuit à New York après avoir, dans son dernier discours, invité les français à l'esprit de sacrifice ! Les chinois, boudant les palais nationaux, installent leur quartier général aux Galeries Lafayette et nomment un gouverneur local (Jacques François) particulièrement complaisant. Curiosité : le général chinois est interprété par un... japonais (Kyôzô Nagatsuka)

Ayant envahi toute l'Europe, les chinois spécialisent chaque pays dans une industrie. Comme on leur a dit que les français sont des fumistes, ils cherchent la définition de ce mot dans le dictionnaire et, subséquemment, décident que l'ensemble des industries du pays se concentreront sur la production de tuyaux de poêle. Le propriétaire d'un sex-shop situé en face de Notre-Dame (!) incarné par Jean Yanne, se reconvertit dans les trafics avec l'occupant, tandis que Nicole Calfan et Michel Serrault, coutumiers de siestes coquines, sont bien ennuyés par les nouvelles lois qui interdisent cette activité, « contraire aux impératifs de la productivité marxiste-léniniste ». Encore plus sombre, l'obligation faite à chaque français de dénoncer au moins un compatriote, avec des interrogatoires dans un cirque et un décorum qui rappelle les heures les plus sinistres de l'occupation et de ses rafles. Comme les Français n'ont pas le moral, les Chinois organisent une fête sur l'esplanade du Trocadéro mêlant dragons et costumes de nos provinces puis produisent un opéra associant Carmen et L'internationale. C'est finalement Jean Yanne qui sauve la France en proposant aux Chinois d'en faire un pays où les vices et les plaisirs sont institutionnalisés, pour servir de contre-exemple aux autres nations conquises. Les troupes d'occupation, invitées à montrer l'exemple en fréquentant assidument les boites de nuit et les maisons closes, finissent par baisser pavillon devant ce régime épuisant. Le jour où Michel Serrault, devenu chef de la résistance (avec Daniel Prévost) lance son offensive dans Paris, les Chinois sont déjà partis...

Par Antoine Sire

Publié le Lundi 2 février 2015.
Beatrice Billon
Robert Beauvais, Gérard Sire, Jean Yanne, Moi y en a vouloir des sous, Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, Les chinois à Paris, Satire, Antoine Sire, Lieux de tournage, Lieu de tournage, films tournés à Paris, film tourné à Paris, Daniel Prévost, Michel Serrault, Nicole Calfan, Jacques François, Bernard Blier, Chine, Film, France, Cinéma, Paris
Le film
Affiche chinois paris

LES CHINOIS À PARIS

de Jean Yanne

1973

Avec : Jean Yanne, Nicole Calfan, Michel Serrault, Macha Meril, Jacques François, Kyôzô Nagatsuka, Bernard Blier

Scénariste : Gérard Sire et Jean Yanne d'après l'oeuvre de Robert Beauvais

Producteur : Jean-Pierre Rassam et Jean Yanne

Les derniers articles
721175d5e9eee0e16fb873b881f77ddc
Les Classiques Voir tous

1981 : Consécration pour Andrzej Wajda, un cinéaste qui doit beaucoup à Cannes

En 1981, le Festival a lieu alors que François Mitterrand vient d’être élu Président de la République et le journaliste Yves Mourousi, qui présente la...

Stalker Closing Image
Les Classiques Voir tous

1980 : Stalker, projeté et récompensé à la barbe des soviétiques.

Stalker, d’Andreï Tarkovski, est aujourd’hui considéré comme un film important de l’histoire du cinéma. Malgré sa longueur, malgré le peu d’action vis...

B0d2c6d0d1e98ef78c8810dc89d1e442
Les Classiques Voir tous

1979, Apocalypse Now parachève le triomphe du Nouvel Hollywood

Le tournage d’Apocalypse Now, c’est d’abord un Francis Ford Coppola qui comme toute son équipe a failli sombrer dans la folie. L’aventure dans la jung...