Accueil > Les classiques > Jean Seberg, Maurice Ronet et Micheline Presle entre Paris et Montlhéry dans Les Grandes Personnes

Jean Seberg, Maurice Ronet et Micheline Presle entre Paris et Montlhéry dans Les Grandes Personnes

  • les grandes paersonnes paris cinema 1
  • les grandes personnes paris cinema

En quelques années, toute une génération de cinéastes s’est imposée grâce à des films organisés autour d’un parcours dans Paris : Rivette avec Paris nous appartient, Godard avec A bout de souffle, Agnès Varda avec Cléo de 5 à 7.

Classiques des classiques, ces films ont un frère méconnu, Les Grandes Personnes, deuxième long métrage de Jean Valère, cinéaste à peine plus âgé que ses glorieux confrères. Il s’était fait connaître en 1956 en co-réalisant avec Jacques Baratier Paris la nuit, court métrage avec Jean Carmet et Ginette Garcin.

Coupole des Galeries Lafayette, Jardin du Luxembourg, Quais de Seine, Place de la Concorde, Métro Passy, Berges de la Seine, balade nocturne en hors bord sur le fleuve, Champs-Elysées au petit matin, esplanade du Trocadéro : les personnages des Grandes Personnes passent leur temps à se promener en extérieurs, dans un Paris curieusement désert et transformé en décor géant de théâtre par les images de Raoul Coutard, chef opérateur d’À bout de souffle. Le film bénéficie aussi d’une musique de la composante féminine du célèbre "groupe des six", Germaine Tailleferre.Malgré toutes les fées penchées sur son berceau, Les Grandes Personnes ne rencontrera pas son public. Mais plus de cinquante ans après sa sortie, il flotte de plus en plus sur lui un parfum de film-culte, grâce notamment à sa distribution exceptionnelle : Maurice Ronet, Micheline Presle, Jean Seberg et Françoise Prévost.

Au départ, Jean Valère projette d’adapter à l’écran le sujet de Jules et Jim... lorsqu’il apprend que Truffaut lui a grillé la politesse. Il choisit alors de tourner un film s’inspirant librement d’Histoire d’un amour, du grand écrivain Roger Nimier. Ce dernier accepte de co-écrire l’adaptation et les dialogues. Immédiatement les deux hommes décident de donner le premier rôle masculin au looser romantique Maurice Ronet, qui vient de s’illustrer dans Ascenseur pour l’Échafaud de Louis Malle, sur un scénario de l’écrivain. "Nimier était heureux de retrouver Ronet et leur amitié a compté pour que je puisse monter ce film, qui s’est fait très difficilement" déclarait récemment Jean Valère, aujourd’hui âgé de 91 ans.

Dans Les grandes personnes, le personnage incarné par Maurice Ronet est un pilote et constructeur automobile, dont le chef mécanicien italien évoque irrésistiblement le célèbre Amédée Gordini. Le personnage de Ronet consacre beaucoup de temps aux femmes, tangue entre la maternelle beauté de Micheline Presle et la jeunesse mi-naïve mi fatale de sa protégée que joue Jean Seberg. Mais il ne pense réellement qu’à ses voitures. Dans l’ouvrage qui a inspiré le film, le personnage masculin était peintre et c’est la passion automobile de Nimier qui l’a poussé à le transformer en pilote pour l’adaptation cinématographique. Ceci vaut, cinq ans avant les célèbres séquences d’Un homme et une femme, d’abondantes images tournées sur l’Autodrome de Linas-Montlhéry situé à 25 kilomètres de Paris, où Jean Seberg vient admirer avec inquiétude les essais de Ronet à bord d’une auto plutôt bricolée. Après Les Grandes personnes qui a scellé leur amitié, le trio Nimier-Ronet-Valère envisagera de réaliser une adaptation de Une femme à sa fenêtre, roman de Drieu La Rochelle. Mais Nimier se tuera en 1962 au volant de son Aston Martin...

Valère se souvient avec émotion de Jean Seberg. "Quand je l’ai sollicitée, elle  venait de triompher dans A bout de souffle. Je pensais qu’elle me dirait non. J’ai voulu la rencontrer. Elle était d’une intelligence extrême. A ma grande surprise, j’ai réussi à la convaincre sans effort. Pourquoi ? J’étais sincère. J’ai toujours cherché à l’être. Or Jean était d’une sincérité exceptionnelle et elle a eu le coup de foudre pour l’histoire (...) La diriger était d’une facilité qui me surprenait. Il suffisait que je lui dise une phrase sur les sentiments de la scène. (...) Sur un ton juste, c’était immédiat, elle était dans le personnage".

Le film repose aussi sur la magnifique  prestation de Micheline Presle, en styliste de mode entre deux âges, habitant rue de Rivoli, à équidistance entre les résidences de ces deux figures tutélaires de la mode parisienne qu’étaient Coco Chanel et l’écrivain Colette.

Par Antoine Sire

---------------------

Connaissez-vous La Box Fait Son Cinéma? Découvrez-la ici

Footer Article 640

Publié le Dimanche 28 février 2016.
Beatrice Billon
Le film
Les Grandes Personnes

LES GRANDES PERSONNES

de Jean Valère

1961

Avec : Jean Seberg, Maurice Ronet, Micheline Presle, Françoise Prévost, Nando Bruno

Scénariste : Ecrit par Roger Nimier et Jean Valère

Les derniers articles
americain paris cinema 5
Les Classiques Voir tous

Gene Kelly et Leslie Caron dans la ville rêvée d'Un Américain à Paris

Arthur Freed, responsable des comédies musicales à la MGM, demanda un jour à Ira Gershwin l'autorisation de produire un film reprenant le titre « Un a...

10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...