Accueil > Les classiques > Jean-Pierre Léaud fait Les 400 Coups à Pigalle dans Boulevard

Jean-Pierre Léaud fait Les 400 Coups à Pigalle dans Boulevard

  • boulevard-590x416-590x416
  • Boulevard-2-590x416-590x416

En 1960, Jean-Pierre Léaud vient tout juste de s’illustrer dans Les 400 coups, l’un des films fondateurs de la Nouvelle vague, et déjà le « cinéma de qualité française » essaie de le récupérer avec Boulevard.

Avec ce film Julien Duvivier, qui sentait si bien l’âme de la France dans La belle équipe (1936) ou Untel père et fils (1940), essaie de montrer qu’il est toujours dans le coup en racontant l’histoire de Georges, un adolescent rebelle qui vit seul dans une chambre de bonne donnant sur la Place Pigalle.
Son père (Julien Verdier) est remarié avec une femme acariâtre qui le déteste (Anne Béquet), alors il se choisit pour famille le petit monde des marginaux du boulevard, à commencer par ses voisins Jenny, danseuse légère (Magali Noël) et Pittore, peintre efféminé (Jacques Duby).
Il monte régulièrement sur le toit de l’immeuble pour contempler le grouillement des passants de la Place Pigalle.

Contrarié dans sa passion pour Jenny par le solide Dicky (Pierre Mondy), il flirte sans plus de succès avec la jeune Marietta (Monique Brienne). Il essaie de gagner sa vie en vendant illégalement des journaux, mais il est démasqué et poursuivi par un inspecteur de police à travers le Montmartre des artistes : Place Emile Goudeau, Rue Berthe

Acteur instinctif qui s’épanouit dans les personnages autobiographiques, Jean-Pierre Léaud découvre dans la souffrance le cinéma toujours léché mais plus très actuel de Duvivier.
Leur entente est exécrable : bientôt Duvivier qualifie Léaud de « Blouson noir » à la télévision, et le jeune comédien lui rétorque dans une autre émission qu’il pratique mal « l’art d’être grand père ».

Reste que Boulevard, avec ses nombreuses scènes d’extérieur tournées entre Pigalle et Montmartre, est un formidable témoignage sur l’un des quartiers de Paris ayant le moins changé en 53 ans. Quant à Jean-Pierre Léaud, il retrouvera François Truffaut et son personnage d’Antoine Doinel dès 1962 avec un film à sketchs, L’amour à vingt ans

Par Antoine Sire

Publié le Vendredi 21 mars 2014.
Beatrice Billon
Le film
affiche-boulevard-150x200

BOULEVARD

de Julien Duvivier

1960

Avec : Jean-Pierre Léaud, Magali Noël, Monique Brienne, Anne Béquet, Pierre Mondy, Jacques Duby, Julien Verdier, Robert Dalban

Scénariste : Julien Duvivier et René Barjavel d’après un roman de Robert Sabatier

Distribution : Pathé Vidéo

Les derniers articles
americain paris cinema 5
Les Classiques Voir tous

Gene Kelly et Leslie Caron dans la ville rêvée d'Un Américain à Paris

Arthur Freed, responsable des comédies musicales à la MGM, demanda un jour à Ira Gershwin l'autorisation de produire un film reprenant le titre « Un a...

10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...