Accueil > Les classiques > Immersion dans les entrailles du Paris de Subway

Immersion dans les entrailles du Paris de Subway

  • subway-4-590x416-590x416
  • subway-2-590x416-590x416
  • Subway-1-590x416-590x416

Haut lieu du cinéma Français avec notamment Métropolitain de Maurice Cam (1938) et surtout Les portes de la nuit, du duo Marcel Carné – Jacques Prévert (1946), le métro parisien revient à la mode en 1985 grâce à Subway, de Luc Besson.

A l’époque, le film – grand succès public, récompensé par trois César – avait été remarqué pour son esthétique très « clip », avec une musique signée Eric Serra.

Avec le recul, il impressionne aussi par sa brochette de comédiens, pour la plupart au sommet de leur carrière.
Un sympathique voyou (Christophe Lambert) a volé des documents compromettants, mais il est au passage tombé amoureux d’Helena, la femme du propriétaire des documents (Isabelle Adjani, divinement filmée par Besson qui avait réalisé le clip du « Pull marine »).
Il lui donne rendez-vous dans le métro, où il échappe de justesse à la police.
Il va découvrir d’étonnants repaires souterrains où vivent des marginaux atypiques : Jean-Hugues Anglade l’adepte du roller, Richard Bohringer le fleuriste, Jean Reno le batteur.
Lancés à ses trousses, le mari d’Helena et la police, avec à sa tête Michel Galabru, l’un des rares vétérans du film, en commissaire flanqué d’un adjoint gaffeur surnommé Batman (Jean-Pierre Bacri).

La RATP avait autorisé Luc Besson à filmer hors des heures de pointes et la nuit.
De nombreuses stations de métro apparaissent, mais c’est dans les halls du RER aux vastes perspectives, que sont tournées les scènes les plus spectaculaires comme la dernière poursuite, à Auber.
Pourtant, le décor le plus intéressant du film n’est pas un décor naturel. Pour réaliser les cachettes souterraines des marginaux, excroissances imaginaires du métro réel, Luc Besson a fait appel à Alexandre Trauner, le mythique décorateur d’Hotel du Nord et des… Portes de la nuit.

« C'est le mélange du réel et du fabriqué qui donne au film un intérêt visuel que nous n'aurions pas autrement», a dit Trauner à propos de Subway.
L’académie des Cesar ne s’y est pas trompée, en récompensant le vieux décorateur, alors âgé de près de 80 ans, pour son étonnante maîtrise de l’esthétique… underground.

Par Antoine Sire

 
Publié le Mercredi 26 février 2014.
Beatrice Billon
Luc Besson, antoine sire, Subway, Isabelle Adjani, Christophe Lambert, Jean Reno
Le film
affiche-subway-150x200

SUBWAY

de Luc Besson

1985

Avec : Isabelle Adjani, Christophe Lambert, Richard Bohringer, Michel Galabru, Jean-Pierre Bacri, Jean Reno, Constrantin Alexandrov et Jean Bouise

Scénariste : Pierre Jolivet, Luc Besson, Alain Le Henry, Sophie Schmit, Marc Perrier

Distribution : Gaumont

Les derniers articles
americain paris cinema 5
Les Classiques Voir tous

Gene Kelly et Leslie Caron dans la ville rêvée d'Un Américain à Paris

Arthur Freed, responsable des comédies musicales à la MGM, demanda un jour à Ira Gershwin l'autorisation de produire un film reprenant le titre « Un a...

10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...