Accueil > Les classiques > Hôtel du Nord, le bel hommage du cinéma au vieux Paris

Hôtel du Nord, le bel hommage du cinéma au vieux Paris

  • hotel-nord-1-590x416
  • hotel-nord-3-590x416-590x416
  • hotel-nord-2-590x416-590x416

Mort en 1936 à… Sébastopol, Eugène Dabit est aujourd’hui totalement oublié. Et pourtant ! C’est à cet écrivain prolétarien qu’on doit le roman dont est tiré Hôtel du Nord, de Marcel Carné, peut être le film qui incarne le mieux la grandeur du cinéma français d’avant-guerre et celui qui rend le plus bel hommage au vieux Paris. C’est à un autre homme de lettres proche du peuple, Henri Jeanson, qu’on doit les célébrissimes dialogues dont le « Atmosphère, atmosphère… Est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ? » prononcé par Arletty au moment ou Louis Jouvet lui annonce qu’il a besoin de changer… d’atmosphère, précisément. Auparavant, Arletty avait aussi proféré ce brillant néologisme : « Oh, t’as pas toujours été aussi fatalitaire ». Cette chronique de la vie d’un hôtel populaire sur les bords du Canal Saint-Martin voit passer les figures pittoresques de Bernard Blier, François Périer, Paulette Dubost, Andrex ou Jane Marken, mais aussi deux jeunes premiers incarnés par Anabella, future épouse de Tyrone Power, et Jean-Pierre Aumont. Ce dernier brossera un portrait imagé de Marcel Carné au travail : « Haut comme trois pommes, quand il discutait avec le producteur, c’était l’ouvrier râleur qui menace sans cesse d’aller dire merde au patron, mais il avait pour nous diriger un sens admirable d’une situation, d’une ambiance… Il n’est que de voir comment les personnages se meuvent, tels des ombres, dans les brumes du canal, comme on y croit, comme on y est… ». La gouaille d’Arletty ne doit pas faire oublier les deux magnifiques scènes d’amour désenchanté entre Annabella et Louis Jouvet, dont celle où il avoue : « On m’appelle Edmond, je me suis appelé Paulot, mais en réalité mon nom est Robert ». Hôtel du Nord, c’est bien sûr aussi cet extraordinaire décor de 70 mètres de profondeur, reproduisant les bâtiments et une partie du canal, imaginé par Alexandre Trauner et creusé dans un terrain appartenant au cimetière de Billancourt, non loin des studios. « Décor de Trauner, si beau, si vivant », disait Jacques Prévert dans un poème. Mais le producteur Joseph Lucachevitch, effrayé par coût de l’affaire s’écria : "150 000 francs pour construire un hôtel sordide ! Pour ce prix-là, faites-moi au moins le Ritz !". Finalement, il organisera dans le décor une grande soirée pour le Tout-Paris, qui contribuera largement à la promotion du film. On en oublierait presque que certaines scènes ont été tournées au bord du véritable Canal Saint-Martin…

Par Antoine Sire

Photos ©Pierre-Olivier Signe

Retrouvez aussi l’hôtel du Nord dans le guide "Paris fait son cinéma" aux Éditions du Chêne.

Pour plus d' informations : 

www.hoteldunord.org

Tel : 01 40 40 78 78 

Publié le Vendredi 28 mars 2014.
B BO

Hôtel du Nord

102, quai de Jemmapes 75010 Paris

Le film
affiche-hotel-nord-150x200

HÔTEL DU NORD

de Marcel Carné

1938

Avec : Arletty, Louis Jouvet, Annabella, Jean-Pierre Aumont, Jane Marken, Paulette Dubost, Bernard Blier, François Périer, André Brunot, Andrex

Scénariste : Henri Jeanson et Jean Aurenche d’après un roman d’Eugène Dabit. Dialogues d’Henri Jeanson.

Les derniers articles
americain paris cinema 5
Les Classiques Voir tous

Gene Kelly et Leslie Caron dans la ville rêvée d'Un Américain à Paris

Arthur Freed, responsable des comédies musicales à la MGM, demanda un jour à Ira Gershwin l'autorisation de produire un film reprenant le titre « Un a...

10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...