Accueil > Les classiques > Garbo débute à Hollywood et à... Paris dans Le Torrent et La Tentatrice

Garbo débute à Hollywood et à... Paris dans Le Torrent et La Tentatrice

  • garbo 1
  • garbo 2
  • garbo 3

Nombreux sont les films avec Garbo dont l'action se déroule à Paris : Mata Hari, le Roman de Marguerite Gautier, Ninotchka... Tandis que Le baiser, son dernier film muet, réalisé par le franco-belge Jacques Feyder, se déroule à Lyon. Moins connus, les deux premiers films hollywoodiens de Garbo ont comme point commun d'être tirés de romans de l'Espagnol Blasco Ibañez et de se dérouler, pour une large part, dans la ville de Paris. Garbo est arrivée aux Etats-Unis le 6 juillet 1925 à l'initiative de la Metro Goldwyn Mayer (qui produira la totalité de ses films américains), accompagnée du metteur en scène suédois qui l'avait fait connaître, Mauritz Stiller. 

Le Torrent (1926) est réalisé par Monta Bell. Elle incarne une fille de pauvres fermiers espagnols, qui deviendra grande cantatrice à Paris. Elle est "Leonora la Brunna" et joue dans Carmen ! Le fils de la famille la plus riche de sa ville d'origine est amoureux d'elle et la suit jusqu'en France, mais bien sa mère s'oppose à cette idylle et le bel hidalgo est tiraillé entre les deux femmes... Il est interprété par Ricardo Cortez (qui était Viennois et s'appelait en réalité Jacob Krantz !). William Daniels, le directeur de la photographie, est enthousiasmé par la jeune suédoise. On lui devra l'image de dix-neuf des vingt quatre films tournés par Garbo à la MGM. Sa lumière contribuera de manière décisive à façonner l'apparence mystérieuse et altière de la star.

Mais dans Le Torrent, Garbo n'a pas encore trouvé son style, marqué ici par une exubérance latine qui ne lui est pas naturelle. En revanche, la fin du film est étrangement prémonitoire : les amants se séparent car l'homme n'a pas eu le courage de tenir tête à sa mère. Quelques années plus tard, l'hidalgo usé retrouve la cantatrice dans sa loge, rayonnante. Elle ne peut que constater que les années ont passé et que revenir en arrière est impossible. L'homme rentre tristement chez lui tandis qu'elle monte sur scène. L'opéra s'achève, elle est acclamée. Des spectateurs la regardent s'installer dans dans une limousine, couverte de fleurs, mais l'air inconsolable. Une spectatrice commente : "Elle doit être heureuse. Elle a tout ce qu'elle voulait". Le film s'achève sur le visage de Garbo à l'arrière de la voiture, immobile, profondément mélancolique... 

Le Torrent est un honnête succès, rapidement dépassé par celui de La Tentatrice. Garbo y partage l'affiche avec Antonio Moreno (un véritable espagnol cette fois !). Le film devait être initialement réalisé par Mauritz Stiller, le mentor suédois de Garbo, mais celui-ci ne s'entendit pas avec le patron des productions de la MGM Irving Thalberg et fut remplacé après la vision des premiers rushes par Fred Niblo (réalisateur en 1922 de Arènes sanglantes, tiré comme Le torrent et La tentatrice d'un roman de Blasco Ibañez). L'action se déroule entre Paris et l'Argentine. Garbo incarne une "mangeuse d'hommes". À cause d'elle un banquier ruiné se suicide à Paris. Elle suit l'homme qu'elle aime (Moreno) en Amérique du sud, mais sa beauté rend fou un bandit, qui dynamite un barrage et déclenche une inondation catastrophique. Garbo finit par rentrer en Europe, où elle sombre dans l'alcool et la misère : la dernière image du film la montre errant tristement à Paris, avec Notre-Dame en toile de fond. Mais Irving Thalberg est tellement déprimé après avoir vu le film qu'il ordonne le tournage d'une fin alternative où les amants se réconcilient ! Mais pour Mauritz Stiller, il n'y aura pas d'issue heureuse. Maltraité par Hollywood, il tombe malade et rentre en suède où il mourra en 1928, à 45 ans, laissant Garbo seule face à son destin...

Par Antoine Sire

Le Torrent (1926) de Monta Bell avec Greta Garbo et Ricardo Cortez
La Tentatrice (1926) de Fred Niblo avec Greta Garbo et Antonio Moreno

Publié le Vendredi 26 juin 2015.
Beatrice Billon
Ricardo Cortez, Monta Bell, la tentatrice, Le torrent, Film, Cinéma, Paris, Greta Garbo
Les derniers articles
americain paris cinema 5
Les Classiques Voir tous

Gene Kelly et Leslie Caron dans la ville rêvée d'Un Américain à Paris

Arthur Freed, responsable des comédies musicales à la MGM, demanda un jour à Ira Gershwin l'autorisation de produire un film reprenant le titre « Un a...

10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...