Accueil > Les classiques > Danielle Darrieux, parisienne volage dans Madame de...

Danielle Darrieux, parisienne volage dans Madame de...

  • madame 3
  • madame 2
  • madame 4
  • madame 1

"Madame de...était une femme très élégante, très brillante et très fêtée. Elle semblait promise à une jolie vie sans histoire. Rien ne serait probablement arrivé sans ce bijou..." : ainsi débute Madame de..., de Max Ophüls, peut-être le plus beau rôle de Danielle Darrieux. Elle incarne une parisienne de la Belle époque, que ses dépenses fastueuses obligent à se séparer de boucles d'oreille en forme de cœur et serties de diamants, offertes au lendemain de son mariage par son époux, un général incarné par Charles Boyer. Elle prétend avoir perdu les bijoux, mais le général apprend la vérité. Par jeu, il rachète les boucles d'oreille et les offre à sa maîtresse, qui s'empresse de les revendre ! Ils sont acquis à Constantinople par un élégant baron Italien (Vittorio de Sica) lequel, nommé diplomate à Paris, s'éprend de Danielle Darrieux et lui offre les bijoux qui étaient jadis les siens : "Je voulais vous obliger à penser à moi", dit-il à la jeune femme, qui est stupéfaite et comprend que ses ennuis ne sont pas finis ! Si Madame de... fut tourné aux studios de Boulogne, il est difficile de faire plus parisien que ce film qui se déroule, à la belle époque, dans la capitale. Tiré d'une nouvelle de la romancière Louise de Vilmorin, adaptée par le dramaturge Marcel Achard, Madame de... est le troisième et dernier film dans lequel Ophüls dirige Danielle Darrieux, et l'avant-dernier du metteur en scène, qui décède en 1957. La complicité entre Darrieux et Ophüls est totale : lui trouve dans le Paris de la Belle époque le mélange de frivolité et de tragédie qui sied à son sens de l'ironie, elle met à profit ce monde un peu théâtral pour incarner les divers états d'âme d'une femme soumise à la confusion des sentiments. L'actrice qualifiait le cinéaste de magicien. Elle a déclaré à son propos : "Max Ophüls adorait noyer les dialogues, étouffer les fins de phrase, ne faire entendre qu'un mot sur trois. -Comme dans la vie, disait-il-. C'est ainsi que le bruit d'un fiacre, une conversation mondaine ou encore une musique couvrent toujours le nom de famille de Madame de...". Le film se déroule en effet sur fond de valses, signées du viennois Oscar Straus ainsi que de Georges van Parys, connu pour être le plus parisien des musicien de son temps.

Par Antoine Sire

Publié le Jeudi 2 juillet 2015.
Beatrice Billon
film tourné à Paris, Film, Cinéma, Paris, Madame de..., Max Ophuls, Danielle Darrieux, Film culte, Studios de Boulogne, Adresse de tournage, parisien
Le film
Affiche Madame De

MADAME DE...

de Max Ophüls

1953

Avec : Danielle Darrieux, Vittorio de Sica, Charles Boyer, Jean Debucourt, Lia di Leo...

Scénariste : écrit par Marcel Achard, Max Ophuls et Annette Wademant d'après une nouvelle de Louise de Vilmorin

Les derniers articles
10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...

Sous Le Soleil De Satan 963728
Les Classiques Voir tous

1987 : Le poing levé de Maurice Pialat

En 1987, Maurice Pialat, grand metteur en scène au caractère notoirement difficile, va réussir par sa mauvaise humeur à transformer en scandale une