Accueil > Les classiques > Bourvil prive les parisiens de télévision dans La Grande Lessive (!)

Bourvil prive les parisiens de télévision dans La Grande Lessive (!)

  • grande-lessive-1-590x416-590x416
  • grande-lessive-3-590x416-590x416
  • grande-lessive-2-590x416-590x416

Partiellement tourné dans les studios Éclair à Epinay sur Seine, La grande Lessive ( !) abonde tout de même en images réelles de Paris, filmées notamment sur les toits. Et pour cause, ce film de Jean-Pierre Mocky raconte l’histoire de Saint-Just, un professeur parisien, décidé à saboter les antennes de télévision du domicile de ses quarante élèves, rendus apathiques par la généralisation de l’étrange lucarne. Il étend bientôt son projet à l’ensemble de la capitale… Le film s’inspire de faits réels : dans les années 60 un instituteur breton démonta toutes les antennes de télévision de son village pour tenter de rendre leur concentration à ses élèves. Saint-Just est incarné par Bourvil et ses complices par Roland Dubillard, ainsi qu’un Francis Blanche, hilarant en dentiste libidineux. Pour brouiller la réception des images, les saboteurs montent sur les toits et pulvérisent sur les antennes une mixture dont le créateur est incarné par Jean Tissier, un second rôle de légende du cinéma français. Ces drôles de guérilleros sont pistés par les peu efficaces agents de la Brigade radiophonique, au désespoir du directeur de la télévision que joue Jean Poiret. Les adresses citées dans le film sont quelquefois fantaisistes, mais c’est bien la Basilique du Sacré-Cœur qui trône en arrière-plan quand Bourvil et ses acolytes démarrent leur croisade sur les toits. « Pour le moment nous sommes des hors-la loi, mais demain notre action sera reconnue d’utilité publique », annonce Bourvil non sans optimisme. Malgré le propos subversif de son film, Mocky dut composer avec les impératifs de… l’audience. Alors qu’il avait choisi pour titre Le Tube, ses distributeurs lui imposèrent La grande lessive, en référence à des succès comiques récents comme La grande vadrouille ou Le grand restaurant. Le réalisateur dut se contenter, en signe de protestation, d’ajouter un point d’exclamation entre parenthèses à la fin du titre. Un remake serait à l’étude aux Etats-Unis : outre des dispositions pour l’humour anarcho-potache, les successeurs de Bourvil devront avoir de sérieuses compétences informatiques pour priver leurs contemporains de télévision à l’heure du wifi, du cable et du satellite !

 

Par Antoine Sire

Publié le Samedi 19 avril 2014.
B BO
Jean Poiret, Francis Blanche, Bourvil, Jean-Pierre Mocky, Antoine Sire, tour Eiffel, Tournage, Cinéma, Paris
Le film
affiche-grande-lessive-150x200

LA GRANDE LESSIVE

de Jean-Pierre Mocky

1968

Avec : Bourvil, Francis Blanche, Jean Poiret, Roland Dubillard, Jean Tissier, Michael Lonsdale, Marcel Pérès, Karyn Balm, Jean-Claude Rémoleux

Scénariste : Jean-Pierre Mocky, Alain Moury, Claude Pennec

Les derniers articles
americain paris cinema 5
Les Classiques Voir tous

Gene Kelly et Leslie Caron dans la ville rêvée d'Un Américain à Paris

Arthur Freed, responsable des comédies musicales à la MGM, demanda un jour à Ira Gershwin l'autorisation de produire un film reprenant le titre « Un a...

10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...