Accueil > Les classiques > Bette Davis, styliste à Paris dans Les Pirates de la Mode

Bette Davis, styliste à Paris dans Les Pirates de la Mode

  • pirates 1
  • pirates 2

Dix fois nommée aux Oscar et deux fois gagnante, célèbre pour des rôles où elle ne craignait pas de s'enlaidir, Bette Davis peut être raisonnablement considérée comme la plus grande actrice de l'âge d'or d'Hollywood.

C'est en France, à l'Hôpital Américain de Neuilly qu'elle s'est éteinte en 1989 à l'âge de 81 ans, mais c'est un pur hasard : accueillie au Festival de Saint-Sébastien, en Espagne, elle eut un malaise et refusa d'être soignée par un hôpital local.

Sa carrière cinématographique ne l'a pas souvent amenée à Paris, mais c'est dans cette ville que se déroule Les Pirates de la mode (Fashions of 1934), l'un des premiers films où elle joue un grand rôle. La vedette en est toutefois William Powell, acteur habitué aux rôles de cyniques au grand cœur, dont la fine moustache faisait partie des canons de beauté du moment et qui était l'une des deux ou trois plus grandes stars masculines d'Hollywood dans les années 1930.

Entièrement tourné en studio à Hollywood, le film ne dit pas grand-chose de l'ambiance réelle du Paris de l'époque, mais son thème démontre à quel point la ville-lumière était incontournable dans le monde de la mode.

Bette Davis incarne une blonde bouclée, dessinatrice-styliste, qui aide Powell à copier frauduleusement des modèles parisiens pour les vendre en Amérique. Astucieuse, elle se rend compte lors d'une promenade parmi les bouquinistes des Quais, que le champion de la mode à Paris s'inspire en fait de gravures du XVIIIème siècle ! 

Le film permet de voir quelques numéros musicaux réglés par Busby Berkeley, hallucinantes compositions rassemblant des danseuses peu vêtues, qui faisaient à l'époque bondir les ligues de vertu. Dans le numéro « Venus with her galley slave », une hallucinante galère est mise en mouvement sur une mer de théâtre par des rameuses en tenue légère. Ces excentricités sont naturellement épargnées à la prude Bette Davis.

Mais elle n'est pas satisfaite de ce rôle où elle porte une perruque de jolie poupée blonde et le fait savoir aux patrons du studio qui l'emploie, la Warner. "Regardez moi dans ce film, entièrement fabriquée comme une imitation de troisième zone des glamour queen de la MGM ! Ce n'est pas moi" , s'exclame l'actrice.

Par Antoine Sire

Publié le Vendredi 23 septembre 2016.
Beatrice Billon
William Powell, Les Pirates de la Mode, Festival de San Sebastian, Hôpital américain de Neuilly, Hollywood, France, Cinéma, Paris, Oscar, Bette Davis, Antoine Sire, Busby Berkeley, MGM, Décor de tournage, William Dieterle
Le film
Affiche pirates

LES PIRATES DE LA MODE

de William Dieterle

1934

Avec : Bette Davis, William Powell

Scénariste : F. Hugh Herbert et Carl Erickson

Producteur : Henry Blanke

Les derniers articles
10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...

Sous Le Soleil De Satan 963728
Les Classiques Voir tous

1987 : Le poing levé de Maurice Pialat

En 1987, Maurice Pialat, grand metteur en scène au caractère notoirement difficile, va réussir par sa mauvaise humeur à transformer en scandale une