Accueil > Les classiques > Audrey Hepburn illumine Paris dans Drôle de frimousse

Audrey Hepburn illumine Paris dans Drôle de frimousse

  • drole-de-fimousse-2-590x416-590x416
  • drole-de-frimousse-4-590x416-590x416
  • drole-de-frimousse-3-590x416-590x416

Drôle de frimousse, ce n’est pas seulement l’histoire d’une petite libraire de Greenwich village qui devient mannequin vedette à Paris, incarnée par une Audrey Hepburn magique en robes de Givenchy.
Ce sont aussi mille talents de l’Amérique - ... Donen, Astaire, Loring, Avedon, Gershwin, le Technicolor- réunis pour faire du vrai Paris un grand décor de comédie musicale, alors qu’Un américain à Paris (1951) avait été entièrement tourné à Hollywood.

Dans Drôle de frimousse cohabitent deux Paris rêvés : celui de Fred Astaire (Champagne, parfums, flirts à gogo) et celui d’Audrey Hepburn qui ne parle que de conférences sur l’empathicalisme, avatar comique de l’existentialisme.

Les monuments sont omniprésents, et racontent un temps révolu : une Tour Eiffel sans grillage anti-suicide, une Place Vendôme noire de suie, une Gare du nord livrée aux trains à vapeur, un aérogare d’Orly tout petit.

Outre Hepburn et Astaire, s’impose en patronne d’un journal de mode la virevoltante Kay Thompson, femme surdouée (scénariste, compositrice, chanteuse, danseuse, auteur de livres pour enfants) qui ne tourna qu’un grand rôle car elle trouvait le travail au cinéma trop lent.

Et à côté de Paris, le lieu qui crève l’écran est le petit château de la Reine Blanche, à Coye la Forêt près de Chantilly.
Nul n’a jamais su pourquoi on l’appelait ainsi, jusqu’au jour où Audrey Hepburn, vêtue d’une robe de mariée, est venue illuminer le lieu de sa grâce...

Par Antoine Sire

 

 

Publié le Mercredi 31 août 2016.
Beatrice Billon

LE CHATEAU DE LA REINE BLANCHE

60580 Coye-la-Forêt

Le film
affiche-drole-150x200

DRÔLE DE FRIMOUSSE

de Stanley Donen

Avec : Audrey Hepburn, Fred Astaire, Michel Auclair, Kay Thompson

Scénariste : Leonard Gershe

Producteur : Roger Edens

Les derniers articles
10
Les Classiques Voir tous

1998 : Benigni vole la vedette à Theo Angelopoulos

Grand cinéaste qui mêlait dans de longues fresques contemplatives le passé des peuples, généralement balkaniques, et le présent de ses personnages, le...

O PULP FICTION CANNES 1994 Facebook
Les Classiques Voir tous

1994 : la révolution Tarantino déferle sur Cannes

Il y a des années où le Festival de Cannes fourmille de films attendus, et ou la Palme d’or revient pourtant à une oeuvre que personne n’espérait. C’e...

Sous Le Soleil De Satan 963728
Les Classiques Voir tous

1987 : Le poing levé de Maurice Pialat

En 1987, Maurice Pialat, grand metteur en scène au caractère notoirement difficile, va réussir par sa mauvaise humeur à transformer en scandale une