Accueil > Les classiques > Arletty jalouse du protégé de Gabin dans L'air de Paris

Arletty jalouse du protégé de Gabin dans L'air de Paris

  • air-paris-3-590x416-590x416
  • air-paris-2-590x416-590x416
  • air-paris-1-590x416-590x416

Marcel Carné, cinéaste de Paris par excellence, est particulièrement connu pour trois films qui se déroulent dans les quartiers populaires de la capitale : Hôtel du Nord, Les enfants du Paradis et Les portes de la nuit. On en oublierait presque son seul film qui comporte Paris dans son titre : L’air de Paris. Au premier abord, il s’agit d’un film sur la boxe qui permet à Carné de réunir Jean Gabin et Arletty, déjà partenaires quinze ans plus tôt dans Le jour se lève, du même réalisateur. Gabin joue un entraîneur et Arletty son épouse délaissée du fait de sa passion pour le sport. Le milieu parisien de la boxe est montré fidèlement : les combats ont lieu au Central Sporting Club, 57 rue du Faubourg Saint-Denis, haut lieu de cette discipline jusqu’en 1968 (aujourd’hui c’est l’adresse d’une boulangerie), tandis que Roland Lesaffre, dans le rôle du jeune boxeur que Gabin va prendre en affection, a été champion de France militaire dans la vraie vie. Mais justement, et c’est le deuxième degré de lecture du film, l’attirance de Gabin pour son jeune protégé semble être un peu plus qu’un simple sentiment paternel. Arletty fait une vraie crise de jalousie à son mari : « Y a que lui qui t’intéresse, il t’a complètement embobiné ». Ajoutons à cela le fait que Lesaffre a une relation avec une jolie mondaine (Marie Daems) elle même sous l’influence très attentionnée de sa patronne antiquaire (Simone Paris), et que Jean Paredes interprète un couturier homosexuel : jamais l’amour entre personnes d’un même sexe n’avait été aussi présent dans un grand film familial Français. La chose ne plut guère au très conventionnel Gabin, à qui L’air de Paris donne pourtant, comme à Arletty, l’occasion de faire un magnifique numéro d’acteur. Mais le grand comédien supportait difficilement l’importance du rôle que Carné avait attribué à Lesaffre, qu’il présentait pudiquement comme son meilleur ami. Gabin ne tourna plus jamais avec Carné, contrairement à Lesaffre qui apparut par la suite dans quasiment tous les films du réalisateur. A son décès en 1996, Marcel Carné fut enterré au cimetière Saint-Vincent, à deux pas du métro Lamarck-Caulaincourt. Lorsque Roland Lesaffre mourut en 2009, il fut inhumé à ses côtés.

Par Antoine Sire

Publié le Jeudi 13 mars 2014.
Antoine Sire

Ancien Central Sporting Club

57 boulevard Saint Denis 75010 Paris

Le film
affiche-air-paris-150x200

L’AIR DE PARIS

de Marcel Carné

1954

Avec : Jean Gabin, Arletty, Roland Lesaffre, Marie Daems, Simone Paris, Jean Paredes

Scénariste : Adaptation de Marcel Carné et Jacques Sigurd d’après un roman de Jacques Viot

Distribution : Les Films Corona

Les derniers articles
721175d5e9eee0e16fb873b881f77ddc
Les Classiques Voir tous

1981 : Consécration pour Andrzej Wajda, un cinéaste qui doit beaucoup à Cannes

En 1981, le Festival a lieu alors que François Mitterrand vient d’être élu Président de la République et le journaliste Yves Mourousi, qui présente la...

Stalker Closing Image
Les Classiques Voir tous

1980 : Stalker, projeté et récompensé à la barbe des soviétiques.

Stalker, d’Andreï Tarkovski, est aujourd’hui considéré comme un film important de l’histoire du cinéma. Malgré sa longueur, malgré le peu d’action vis...

B0d2c6d0d1e98ef78c8810dc89d1e442
Les Classiques Voir tous

1979, Apocalypse Now parachève le triomphe du Nouvel Hollywood

Le tournage d’Apocalypse Now, c’est d’abord un Francis Ford Coppola qui comme toute son équipe a failli sombrer dans la folie. L’aventure dans la jung...