Accueil > Autour du cinéma > Musique > La B.O. du film Shaft par Isaac Hayes

La B.O. du film Shaft par Isaac Hayes

  • Shaft Isaac Hayes Gordon Parks 1971 Academy Award Winner Music Soul Stax Memphis Cinema Blaxploitation Racial Issues

Au début des années 70, le courant socio-culturel de la blaxploitation crée une rupture avec les canons du cinéma américain. Fini les rôles grossiers ou secondaires, les Afro-Américains font place nette et occupent des rôles de premier plan dans des films policiers, d’enquête, d’horreur, et même dans les westerns.

En réponse à un cinéma très blanc, on promeut le plus souvent à faible coût des films faits pour un public Afro-Américain avec une musique de grande qualité.

C’est le cas de Shaft ou Les Nuits Rouges de Harlem de Gordon Parks, photoreporter engagé pour la cause noire, en 1971. Celui-ci est soutenu par un grand studio, et connaîtra un succès phénoménal grâce à la bande sonore d’Isaac Hayes. 

"Presenting Isaac Hayes"

Isaac Hayes est déjà bien connu : grâce à son contrat chez Stax Records à Memphis, il côtoie le beau monde de la soul et son album de 69 Hot Buttered Soul est une réussite. Approché par Gordon Parks pour la BO de son prochain film, Hayes pense pouvoir obtenir un rôle sans savoir que Richard Roundtree est déjà choisi pour incarner John Shaft. Pour ce qui est de la musique, Hayes ne sait pas trop par où commencer et décide de composer à sa manière. Il s’est bien débrouillé : à sa sortie l’album de Shaft fait d’excellentes vente pour Stax, les plus rapides qu’ait connu la maison de disques en fait.

A New York, Isaac Hayes prend connaissance de la trame du film et de trois scènes particulières : la séquence d’ouverture, une séquence où le principal protagoniste marche seul dans Harlem, et une scène d’amour. Les producteurs lui demandent de lire le script ou le livre d’origine, il n’en fait rien. 

Ses trois premiers essais convainquent, mais il a du mal à réaliser la portée de son travail : "Je pensais à de grandes BO, comme celle de Docteur Jivago et des titres comme ça, et je me suis demandé si je pouvais vraiment faire ça".

Shaft Soundtrack

Prise de tête et grand talent

Qu’à cela ne tienne, la production lui donne un coup de main en embauchant le consultant Tom McIntosh qui lui donne des conseils pour la composition comme "Fais juste ton truc, sois toi même" ou "Tu as l’expérience d’un homme noir en commun avec John Shaft, fais comme si tu étais à sa place".

Carte blanche à Isaac Hayes pour la suite de la bande sonore, enregistrée en Californie avec les musicien des Bar-Kays (James Alexander, Willie Hall, Michael Toles) et son groupe The Movement. L’orchestre comprend la guitare de Charles Pitts, ami de Bo Diddley, la flûte de John Fonville… Mais aussi des choristes comme Telma Hopkins, qui a déjà travaillé avec Marvin Gaye et les Four Tops, ainsi que Pat Lewis (chanteuse pour Aretha Franklin, George Clinton). En une journée, toute les parties rythmiques sont enregistrées. Le jour suivant viennent les cordes et cuivres, puis les voix durant une troisième journée. En six semaines, tout le travail était bouclé.

Isaac Hayes, connu pour ses difficultés à écrire des paroles, définira finalement une nouvelle phraséologie dans la musique américaine. Celle des injonctions spontanées. Right on ! 

Le très célèbre Theme from Shaft connut un accouchement difficile : pour Hayes, ce thème devait résumer tous les autres morceaux. D’après les directives du réalisateur, le personnage de John Shaft est toujours en vadrouille. Finalement, Isaac Hayes et le guitariste Charles Pitts modulent une wah-wah très rapide, le chanteur activant la pédale avec ses mains. Et voilà, on obtient une des meilleures musiques d’ouverture d’un film.

Shaft 1971

"Black Pride"

En 1972 Hayes remporte un Golden Globe pour la meilleure musique originale, suivi de deux Grammys et enfin un Oscar pour la meilleure chanson originale. C’est le premier Afro-Américain à gagner un Oscar autre que pour la comédie, et il va le chercher dans une tenue particulièrement kitsch. L’album fait un succès et s’affiche en tête du Billboard pendant une semaine.  

Shaft ouvre la voie aux autres films "blaxploitation" accompagnés de bonne musique, comme Bobby Womack pour Accross 110th Street (1972) ou Curtis Mayfield dans Super Fly (1973). Le film Black Dynamite parodiait efficacement ce cinéma en 2009. A voir.

---------------------

Connaissez-vous La Box Fait Son Cinéma? Découvrez-la ici

Footer Article 640

Publié le Dimanche 20 mars 2016.
Marie Moussié
Les derniers articles
Maxresdefaultj
Musique Voir tous

Grease, le musical au Théâtre du Mogador

Du 17 septembre 2017 au 8 juillet 2018, déhanchez-vous sur les airs de Summer Nights ou encore de You’re The One That I Want, car Grease, la comédie m...

Le Dernier Role De Charlot Dans Un Film Muet Universal Dr
Musique Voir tous

En avant la musique à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

SI Le Chanteur de jazz d’Alan Crosland n’a pas été retenu comme un grand film, chacun s’accorde à dire qu’il marqua à tout jamais le 7e Art en y intég...

John Williams Conductor
Musique Voir tous

May the Force - A Star Symphony au Grand Rex

Une carrière qui s’étend sur près de 60 ans, 5 Oscars , 4 Golden Globes, 7 BAFTA Awards et 21 Grammy Awards… John Williams est l’un des compositeurs d...