Accueil > Autour du cinéma > Musique > La B.O. des Gardiens de la Galaxie

La B.O. des Gardiens de la Galaxie

  • Gardiens Guardians Galaxie Galaxy Soundtrack Bande Sonore Peter Quinn

Peter Quill aurait pu facilement mal tourner : sa maman l’a quitté bien tôt et cela fait longtemps qu’il est livré à l’espace, regrettant souvent la Terre. Oubliant de s’apitoyer et aidé par sa nature joviale renforcée par l’interprétation de Chris Pratt, c’est plutôt en boute-en-train intergalactique qu’il s’illustre. 

Il paraît que l’amour suffit à cela. Celui que lui portait sa mère, assurément. Avant de mourir, elle lui a transmis une cassette qui réunit ses titres de jeunesse favoris, tous issus de la toute fin des années 60 et des années 70. Des morceaux ultra populaires et surtout des chefs d’oeuvre de la musique, pour la plupart. 

Cette compilation du nom d’Awesome Mix Vol. 1 accompagne les faits et gestes de Peter Quill aka Star-Lord, mettant l’accent sur son caractère enthousiaste mais aussi sa profonde nostalgie. C’est le dernier objet qui le relie à son ancien foyer, tout en s’accordant à merveille avec le contexte futuriste des Gardiens de la Galaxie

La bande sonore des Gardiens de la Galaxie assemble 10 chansons que l’on peut écouter dans deux situations particulières : la bonne grosse déprime ou un bonheur inégalé. À nuancer, d’accord. Enfin, prenons pour exemple le premier morceau, à propos duquel on ne pourra pas dire qu’il est tristounet :

Hooked on a Feeling, Blue Swede : Originalement un morceau de 1968 chanté par B.J. Thomas, plus connu pour son interprétation de Raindrops Keep Fallin’ on my Head pourtant affublé d’un mulet waterproof. L’intro de sa version de 68 se caractérise par le solo de sitar électrique.

En 1971, l’anglais Jonathan King y ajoute les célèbres ooga chaka et un sympathique rythme reggae emprunté à la guitare. Une excellente version, ne surtout pas se fier à la pochette du disque.

Enfin, le groupe suédois Blue Swede s’approprie le titre en 1974, en faisant la version la plus connue à ce jour (à moins que ce soit celle de David Hasselhoff). L’arrangement musical était alors inspiré de bootlegs de Smile, album des Beach Boys dont la gestation fut particulièrement difficile. Nous vous en présentons une version live, très "viking".


Go All the Way, The Raspberries : Comment résister à cette guitare bien ronde en intro qui tranche avec les harmonies vocales sirupeuses suivantes ? Sorti en 1972, ce titre écrit par le leader du groupe Eric Carmen précède la création de l’universel All By Myself. C’est de lui. C’est un homme qui souffre ici ! Mais revenons à Go All the Way : on y reconnaîtra les "come on" de Please Please Me des Beatles bien sûr. Et cette chanson se trouve également dans le film Almost Famous (2000) de Cameron Crowe, fan des Raspberries.


Spirit in the Sky, Norman Greenbaum : Sorti en 1969, le morceau est immédiatement un immense succès. Par ses paroles il fait office de pied de nez comique face à la mort, et son compositeur a reçu de nombreuses lettres de directeurs de funérailles indiquant que Spirit in the Sky était très très demandé lors des cérémonies.


Moonage Daydream, David Bowie : On ne présente plus cet hymne de Bowie écrite en 1971, qui correspond parfaitement au thème spatial engagé par Les Gardiens de la Galaxie. D’abord créée pour un très bon enregistrement avec le groupe Arnold Corns, elle est popularisée par la version des Spiders From Mars. 


Fooled Around and Fell in Love, Elvin Bishop : Cette création du grand guitariste blues Elvin Bishop (ancien membre du groupe de Paul Butterfield) date de 1975. Il laissa l’interprétation au chanteur Mickey Thomas, devenu par la suite lead singer du groupe Jefferson Starship. Une version tardive de Rod Stewart encore vaillant existe. On passera sur la veste et l’éternelle coupe Rod, pour mieux apprécier la performance de la jeune femme à la steel guitar.


I’m not in Love, 10cc : C’est la chanson la plus connue du groupe 10cc, parue en 1975. Les membres de 10cc sont tous multi-instrumentistes et chanteurs, donnant naissance à cette curieuse composition à la production insolite. En effet, le groupe seul a pu créer une chorale "fictive" de 256 faux participants : chaque membre a enregistré une seule note ou accord à la fois avec 13 sonorités différentes chantées par 48 voix chacune. La table de mixage a fait le reste, utilisant ces enregistrements comme instruments.

A moitié surprenant, Hervé Vilard en a fait une agréable reprise !


I Want you Back, The Jackson 5 : La chanson écrite en 1969 par le fondateur de la Motown Berry Gordy & The Corporation est toujours aussi séduisante de candeur. Berry Gordy a ainsi révélé les Miracles, les Supremes, Marvin Gaye, les Temptations, Four Tops, les Commodores, Martha & The Vandellas et j’en passe… jusqu’aux talentueux Jackson 5. Ce titre était d’abord destiné à Diana Ross avant d’établir le succès du quintette emmené par le très jeune Michael Jackson et son costume de kermesse. 


Come and Get your Love, Redbone : Toujours en activité, le groupe Redbone se fait remarquer en 1974 avec le titre Come and Get Your Love. Chose rare, c’est un groupe US exclusivement composé d’amérindiens. Leurs compositions tiennent une forte empreinte de musique indienne traditionnelle, en plus du rock et de la funk. 


Cherry Bomb, The Runaways : La chanson phare des Runaways, groupe féminin adolescent dont l’âge moyen oscille entre 15 et 16 ans, est un grand succès lors de sa sortie en 1976. Composée par la chanteuse et guitariste Joan Jett assistée par le manager du groupe Kim Fowley, elle devient l’hymne du premier groupe de filles à faire du hard rock en développant un sens aigu de la provocation (leur fonds de commerce ?).


Espace (the Pina Colada Song), Rupert Holmes : En 1979, le chanteur Rupert Holmes présente un nouveau visage de la musique pop grâce à sa voix distinguée et ses récits légers. Son tube le plus délectable est sans doute Him, mêlant guimauve facile à assumer et rythmiques insulaires (l’écouter dans les transports en commun, c'est bien agréable).


O-O-H Child, The Five Stairsteps : Le groupe de Chicago réunit 5 membres d’une fratrie de 6 enfants, devançant légèrement les Jackson 5 sur le phénomène de musique en famille. Leur titre O-O-H Child de 1970 leur a valu le nom de "First Family of Soul", chaperonnée par Curtis Mayfield. O-O-H Child se trouvait en face B d’un single dont le morceau mis en avant était une reprise de Dear Prudence des Beatles.


Ain’t no Mountain High Enough, Marvin Gaye & Tammi Terrell : Ces deux piliers de la Motown ont su défendre le morceau écrit par Nickolas Ashford et Valerie Simpson puis le rendre intemporel dès 1966, à l’instar de Dusty Springfield. Marvin Gaye contribua grandement au succès de la jeune Tammi Terrell qui ne survivra malheureusement pas longtemps à la chanson. Des reprises de Ain’t no Mountain High Enough, il y en a pléthore dont celle de 1970 portée par Diana Ross qui fait du hors piste sans les Supremes. Et plus récemment, par l’immense Billy Paul et…et…Chimène Badi.


---------------------

Connaissez-vous La Box Fait Son Cinéma? Découvrez-la ici

Footer Article 640

Publié le Dimanche 17 avril 2016.
Marie Moussié
Les derniers articles
Article Mamma Mia
Musique Voir tous

Le ciné karaoké débarque au Grand Rex !

À partir du 7 septembre, les comédies musicales les plus populaires reviennent au cinéma avec une version karaoké interactive. Mamma Mia! lancera les ...

Vinyle Les Dents De La Mer
Musique Voir tous

Les Dents de la mer fête ses 42 ans en vinyle

Si l’on parle de panique et de mer, on va tout de suite penser à la musique du film de Steven SpielbergLes Dents de la Mer. « Tatatata tatatata tata...

Maxresdefaultj
Musique Voir tous

Grease, le musical au Théâtre du Mogador

Du 17 septembre 2017 au 8 juillet 2018, déhanchez-vous sur les airs de Summer Nights ou encore de You’re The One That I Want, car Grease, la comédie m...