Accueil > Autour du cinéma > Musique > Retour sur la B.O. de Breakfast at Tiffany's

Retour sur la B.O. de Breakfast at Tiffany's

  • Breakfast

Oscars 1962. Le prix de la meilleure partition pour un film revient à Henry Mancini pour Breakfast at Tiffany’s, réalisé par Blake Edwards, et celui de la meilleure adaptation pour un film musical à West Side Story. Un très bon cru.

Henry Mancini est un compositeur largement inspiré par le jazz, arrangeur et chef d’orchestre américain connu pour ses musiques dans La Panthère Rose et sa collaboration régulière avec Edwards. Il a aussi composé les airs de Victor Victoria, primés en 1983 aux Oscars.

Son plus grand succès demeure la bande sonore de Breakfast at Tiffany’s, dont la chanson phare Moon River qui devint un standard de la musique américaine.

Après des essais infructueux, Mancini finit par créer rapidement la petite mélodie de Moon River (au départ, Blue River) pour Hepburn en commençant par une suite do, sol, la au piano. Blake Edwards est séduit, tout comme les producteurs qui se montraient d’abord réticents. Pour les paroles, Mancini fit immédiatement appel à Johnny Mercer.

Ce dernier est un auteur-compositeur inévitable dans le cinéma américain, qui a écrit pour Fred Astaire, Bing Crosby mais aussi Cary Grant parmi beaucoup d’autres. Il est également un des cofondateurs de la maison de disques Capitol Records.  

La petite robe fourreau noire, les lunettes qui cachent la moitié du visage et cette silhouette reconnaissable… Holly Golightly joue les mondaines, mais son Texas natal lui manque terriblement. Cette nostalgie (qu’elle montre peu) sera illustrée par sa ballade Moon River, chantée et jouée à la guitare par Hepburn elle même.

 

Et ce n’était pas gagné, car l’actrice n’a pas une bonne voix et a pris des cours de chant et de guitare avant le tournage. On connait le résultat, repris depuis par de grands noms de la chanson comme Sinatra, Louis Armstrong ou le très populaire chanteur romantique Andy Williams

Les paroles écrites par Mercer donnent l’impression d’une courte métaphore poétique sur l’existence. La rivière citée est un vrai cours d’eau près de Savannah en Géorgie, où Mercer a grandi. En quelques lignes et par oppositions, il évoque ses souvenirs d’enfance dans le Sud, la question du temps qui passe, ce qui est éternel et ce qui ne l’est pas.

 

Alors que le film était tout prêt, la Paramount souhaita finalement balayer la petite chanson d’une main. Audrey Hepburn, exprimant son grand respect pour Mancini, perdit apparemment son sang froid légendaire et se serait écriée "Over my dead body !" (Jamais de la vie !).

Elle appréciait énormément Mancini pour la sensibilité de ses compositions, que l’on peut ressentir en prêtant attention au toucher doux des instruments et à ses mélodies sinueuses dans toute la bande sonore du film.

 

 

Parmi les nombreuses reprises de Moon River, les notables :

Westlife, boys band irlandais des années 90


Morrissey, qui fait du Morrissey. Et c'est très réussi.

---------------------

Connaissez-vous La Box Fait Son Cinéma? Découvrez-la ici

Footer Article 640

Publié le Samedi 13 mai 2017.
Marie Moussié
Le film
affiche-diamants-150x200

DIAMANTS SUR CANAPÉ

de Blake Edwards

1962

Avec : Audrey Hepburn, George Pepard, Patricia Neal

Scénariste : George Axelrod, d’après l’œuvre de Truman Capote.

Producteur : Martin Jurow, Richard Shepherd

Distribution : Paramount Pictures France

Les derniers articles
Vinyle Les Dents De La Mer
Musique Voir tous

Les Dents de la mer fête ses 42 ans en vinyle

Si l’on parle de panique et de mer, on va tout de suite penser à la musique du film de Steven SpielbergLes Dents de la Mer. « Tatatata tatatata tata...

Maxresdefaultj
Musique Voir tous

Grease, le musical au Théâtre du Mogador

Du 17 septembre 2017 au 8 juillet 2018, déhanchez-vous sur les airs de Summer Nights ou encore de You’re The One That I Want, car Grease, la comédie m...

Le Dernier Role De Charlot Dans Un Film Muet Universal Dr
Musique Voir tous

En avant la musique à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

SI Le Chanteur de jazz d’Alan Crosland n’a pas été retenu comme un grand film, chacun s’accorde à dire qu’il marqua à tout jamais le 7e Art en y intég...