Accueil > Autour du cinéma > Mode > Le look de Cate Blanchett dans Blue Jasmine

Le look de Cate Blanchett dans Blue Jasmine

  • Cate Blanchett Blue Jasmin

Sorti sur les écrans en 2013, Blue Jasmine marque le retour de Woody Allen aux Etats-Unis. Les années 2000 avaient surtout été l’occasion pour le réalisateur américain, de réaliser des films aux quatre coins de l’Europe, que ce soit à Londres (Match Point, Scoop), Barcelone (Vicky, Cristina, Barcelona), Paris (Midnight in Paris) ou encore Rome (To Rome with Love). Hormis Whatever Works en 2009 dans laquelle il retrouvait sa chère New York, cela faisait un certain temps que le cinéaste n’avait pas posé sa caméra dans le pays de l’Oncle Sam. Mais avec Blue Jasmine, il réalise non seulement un excellent film sur les rapports de classe à San Francisco mais il donne également un rôle d’anthologie à une nouvelle venue dans son univers : Cate Blanchett.

Une bourgeoise à la dérive

Pour ce premier rôle allenien dans sa carrière, la comédienne australienne interprète donc Jasmine, une élégante new-yorkaise dont la vie s’écroule lorsque son mari se révèle être un redoutable escroc. Arrêté par la police, ce dernier se suicide en prison. Démunie, Jasmine se résout à aller vivre chez sa sœur Ginger, à San Francisco. Entre les deux femmes, c’est le choc des cultures. Car si Jasmine a l’habitude du luxe, Ginger, quant à elle, vit dans des conditions beaucoup plus modestes. Sur la Côte Ouest, Jasmine, entre euphorie et passages à vide, va tenter de débuter une nouvelle vie. Intelligente, névrosée, bavarde et un poil cynique, l’héroïne campée par Cate Blanchett a tout de la figure féminine centrale de l’univers de Woody Allen. A l’image de Annie Hall, Hannah et autres Alice, Jasmine devient instantanément un personnage culte dans l’œuvre du réalisateur new-yorkais. Un rôle majeur pour Cate Blanchett qui remportera pour l’occasion, l’Oscar de la meilleure actrice, venant ainsi couronner une carrière déjà bien remplie.

Un défilé de marques

Pour souligner l’aisance matérielle de son héroïne, Woody Allen n’a pas lésiné sur les grandes maisons de luxe. Sac et ceinture Hermès mais aussi veste Chanel, le dressing de Jasmine peut presque s’apparenter à un catalogue de Haute couture. Des vêtements synonymes d’une époque révolue pour le personnage et venant opérer un contraste signifiant avec le milieu bohème de San Francisco dans lequel elle vient s’installer. Cate Blanchett, par ailleurs égérie Armani, reconnaît néanmoins que la vision stylistique de son personnage est aux antipodes de la sienne, comme elle le faisait remarquer dans une interview pour L’Express, au moment de la sortie du film : « L’élégance, pour moi, c’est trouver son propre style et ne surtout pas être esclave de la mode. Jasmine, elle, est dans l’apparence, dans le tourbillon des marques de luxe et tout ce que symbolisent les statuts sociaux ». Un look de cinéma qui deviendra instantanément culte, et que vous pouvez essayer de reproduire grâce à notre sélection de vêtements et accessoires, ci-dessous !

Mode Jasmine Site paris fait son cinema

 

1. Veste en tweed crème : à retrouver ICI

2. Blouse en soie : à retrouver ICI

3. Pantalon noir : à retrouver ICI

4. Ceinture en cuir : à retrouver ICI

5. Sandales noires : à retrouver ICI

6. Lunettes de soleil : à retrouver ICI

7. Sac à main en cuir : à retrouver ICI

8. Carré en soie : à retrouver ICI

9. Sautoir en or : à retrouver ICI

Crédits photos Une : © Communiqué de presse 

Publié le Lundi 13 novembre 2017.
Antoine Le Fur
Les derniers articles
Ryan1 Site

Le look de Ryan Gosling dans Blade Runner 2049

Attendu depuis des années par les fans du film culte de Ridley Scott, le sequel signé Denis Villeneuve vient enfin de sortir au cinéma. Trente-cinq an...

lunettes 5

Les lunettes de soleil mythiques du cinéma

Bien plus qu’un simple accessoire, certaines lunettes de soleil restent autant dans nos souvenirs que les héros des histoires du 7ème art qui les port...

Annie Hall 3

Le look de Diane Keaton dans Annie Hall

Annie Hall est un pur concentré de Woody Allen : névroses, humour juif, obsession pour Kafka, la mort, le sexe, la vacuité de l’existence… Le réalisat...