Accueil > Autour du cinéma > Métiers > Valérie Chavanon, dresseuse animalière pour le cinéma

Valérie Chavanon, dresseuse animalière pour le cinéma

  • 16664964 1613849645308550 3890895012251105051 O

La dresseuse animalière pour le cinéma Valérie Chavanon nous dévoile les coulisses de son métier.

 

Pouvez-vous expliquer votre métier à quelqu’un qui ne sait pas du tout à quoi correspond le dressage animalier, en particulier dans le domaine du cinéma ?

Il s’agit de choisir les animaux qui correspondent à un projet, notamment pour ce qui est du caractère, et de les préparer en fonction du tournage à venir. Je ne leur apprends pas nécessairement à faire tout ce qui sera demandé, car il s’agit généralement d’animaux qui ont déjà de bonnes bases au niveau du dressage. Il faut savoir que chaque projet est unique et qu’il faut donc avoir de réelles capacités d’adaptation. À savoir également que la plupart des animaux ne m’appartiennent pas, et qu’une grande part de mon métier consiste à utiliser mon réseau de dresseurs ou de propriétaires.

Comment vous est venue la vocation de travailler avec des animaux ?

Au départ, j’ai fait des études de cinéma, et travaillé dans ce domaine au poste d’assistante de production et réalisation pour émission jeunesse sur France 2. Le travail bureaucratique ne me comblait pas tout à fait, c’est pourquoi j’ai décidé de concilier mes deux passions : le cinéma et les animaux ! Pierre Cadéac m’a alors formée pour le dressage de tous les animaux. Tout en continuant un travail en tant qu’assistante de production, j’ai commencé à faire des castings d’animaux au sein de la société Fauna et films. Par la suite, je me suis lancée seule dans le dressage de chiens et de chats et j’ai participé à mon premier film, Bienvenue au gîte de Claude Duty

Quelles espèces animales proposez-vous pour les tournages ?

Potentiellement… toutes ! Dans mon métier, nous classons les animaux selon des critères bien précis : sauvages, domestiqués, de la forêt, de la ferme… Je peux parfaitement proposer un tigre, mais celui-ci sera généralement accompagné d’un autre dresseur. On s’adapte nécessairement à l’espèce puisque chacune d’entre elles possède des caractéristiques propres, mais aussi à l’animal, car, de la même façon que les êtres humains, ils ont tous un caractère spécifique ! C’est assez subtil : selon l’animal on réagit différemment. Il faut trouver un équilibre dans sa relation avec lui, installer une réelle confiance. Encore une fois, le dresseur doit avoir de réelles qualités d’adaptation.

Comment se déroule un casting ?

Le plus souvent, j’organise des castings sauvages ou contacte des éleveurs. Cela dépend bien sûr de l’animal recherché pour le film.  Quelquefois on me demande des choses très précises et il faut être à l’affût. J’ai par exemple trouvé le chien qu’il me fallait pour un tournage en me baladant dans un parc !

Et un tournage ?

Le dresseur rencontre en principe les animaux en amont du tournage. En ce qui me concerne, je prépare les animaux et les entraîne en m’appuyant notamment sur la télépathie et en instaurant une relation de grande proximité avec eux. Puis, lors du tournage, le dresseur est en permanence sur le plateau avec l’animal.

Quel a été le plus gros défi que vous ayez rencontré sur un tournage ?

Je pense qu’il s’agit d’un tournage avec une autruche ! Celle-ci était née en captivité, et nous n’avons eu que trois jours pour nous rencontrer avant le premier plateau. Il s’agissait du film Apnée de Jean-Christophe Meurisse. L’animal devait évoluer dans un supermarché. J’en garde un souvenir à la fois stressant et touchant. Tout cela s’est finalement très bien passé !

Votre meilleur souvenir ?

Le tournage avec l’autruche fait partie de mes meilleurs souvenirs de tournages. Cependant, sur celui de Filles perdues, cheveux gras, nous avons perdu la biche du film pendant 18h, et je dois dire que le fait de la retrouver a été un soulagement réel pour nous tous.

 

 ---------------------

Connaissez-vous La Box Fait Son Cinéma ? Découvrez-la ici

Footer Article 640

 

Publié le Lundi 6 mars 2017.
Shoreh Belfond
Les derniers articles
Angelo1 1920x1080
Métiers Voir tous

A la découverte de TeamTO, studio d'animation français

Rencontre chez TeamTO, un studio de production et de réalisation d'animation français à l'origine de nombreux projets internationaux pour la télévisio...

7 IMG 3764
Métiers Voir tous

Pascal Chauvin et Franck Tassel, bruiteurs pour le cinéma

On se croirait dans la caverne d’Ali Baba : des chaussures, des fourchettes, des noix de coco, et objets en tout genres parsèment le sol de ce lieu dé...

019 A Christmas Tale Theredlist
Métiers Voir tous

Lysiane Biagini, repéreur de décors de cinéma

Lysiane Biagini, repéreur de décors de cinéma, ayant travaillé entre autres pour Arnaud Desplechin et Jacques Audiard nous a fait le plaisir de nous e...