Accueil > Autour du cinéma > Les classiques > Romy Schneider fait trembler le Paris de la finance dans La Banquière

Romy Schneider fait trembler le Paris de la finance dans La Banquière

  • banquiere 2
  • banquiere 1
  • banquiere 3

L’écrivain Georges Conchon connaissait bien les arcanes de la finance.
Après avoir publié un roman sur la spéculation sur les matières premières, Le Sucre (adapté en 1978 avec Carmet et Depardieu), il signe en 1980 le scénario de La Banquière, librement inspiré par la vie de Marthe Hanau et réalisé par Francis Girod.

À l’origine d’un des plus grands scandales financiers des années 1920, cette ancêtre de Madoff devient sous les traits de Romy Schneider une aventurière libre et provocatrice qui lutte contre l’establishment en favorisant l’épargne populaire, et affirme sans complexe ses amours féminines.
La nature forte et généreuse de l’actrice Allemande lui permet d’exceller dans le rôle de cette femme aimant insolemment le luxe et la puissance, au point d’affirmer à un juge incarné par Claude Brasseur que "Passé trente ans, on ne fait bien l’amour que dans la soie".

Le film décrit le Paris des années Charleston et débute au rythme virevoltant du cinéma muet, mais les scandales financiers ne tardent pas à plonger ce monde insouciant dans une ambiance de drame.
Pour décrire cet univers feutré où pleuvent les coups bas, des décors et des costumes magnifiques, mais aussi une pléthore d’acteurs confirmés : Jean-Claude Brialy en avocat, Jean-Louis Trintignant dans un personnage de banquier inspiré du légendaire patron de Paribas Horace Finaly (qui avait mené la guerre contre Marthe Hanau), ainsi que Jean Carmet, impérial en directeur de gazette véreux.
Mais le plus étonnant est peut-être le nombre de jeunes acteurs alors peu connus mais promis à un bel avenir : Daniel Auteuil, Thierry Lhermitte (brièvement) et surtout Daniel Mesguich, véritable révélation du film en homme de gauche tiraillé entre son idéalisme et son ambition, qui devient l’amant de la banquière.

De nombreux intérieurs Art-Déco ont été créés en studio par le décorateur Jean-Jacques Caziot, mais des lieux authentiques correspondant à ce style sont également utilisés, comme le célèbre restaurant Prunier. Outre le Palais Brogniart, inévitable compte-tenu du sujet, on peut aussi voir le siège de la Banque Scalbert-Dupont, 26 Avenue Franklin Roosevelt, aujourd’hui absorbée par le CIC.

Francis Girod et Georges Conchon collaboreront encore en 1990 sur Lacenaire, où Daniel Auteuil, entretemps devenu star, incarne un criminel tourmenté et sympathique.

Par Antoine Sire

Publié le Lundi 2 novembre 2015.
Beatrice Billon
Jean-Louis Trintignant, Francis Girod, Romy Schneider, La banquière, Cinéma, Paris, Marthe Hanau, Jean-Claude Brialy, Jean Carmet
Le film
La Banquire Affiche

LA BANQUIÈRE

de Francis Girod

1980

Avec : Romy Schneider, Claude Brasseur, Jean-Claude Brialy, Marie-France Pisier, Jean Carmet, Jean-Louis Trintignant, Daniel Mesguich, Daniel Auteuil

Scénariste : Georges Conchon et Francis Girod

Producteur : Ariel Zeitoun

Distribution : Gaumont

Les derniers articles
romaines13
Les Classiques Voir tous

Et le monde découvre Audrey Hepburn dans Vacances Romaines

Audrey Hepburn et Gregory Peck déambulant en scooter dans les rues de Rome ou mangeant des glaces Piazza di Spagna : des images de cinéma qui ont fait...

MASH 590
Les Classiques Voir tous

1970 : M.A.S.H, une comédie primée à Cannes

Qui a dit que la Palme d’Or ne devait revenir qu’à des drames ? En 1970, le jury présidé par l’écrivain Miguel Angel Asturias semblait d’humeur à rire...

Mastroianni 590
Les Classiques Voir tous

1960 : La Dolce Vita ou la renaissance de Marcello Mastroianni

De tous les films lauréats de la Palme d’Or, La Dolce Vita de Federico Fellini est assurément l’un des plus cultes. Cinquante-huit ans après son sacre...