Accueil > Autour du cinéma > Les classiques > Les Galeries Lafayette en 1929 avec Au bonheur des dames de Julien Duvivier

Les Galeries Lafayette en 1929 avec Au bonheur des dames de Julien Duvivier

  • Bonheur Dames 1 590x416 590x416
  • Bonheurs 2 590x416 590x416
  • Bonheurs 5 590x416 590x416

Le destin a voulu que le dernier film muet de Julien Duvivier, tourné juste au moment ou le cinéma parlant prend le pouvoir, soit consacré à la mort du petit commerce, victime de ce qu’on n’appelait pas encore les grandes surfaces. « J’aurai toutes les femmes de Paris, et qui tient la femme tient le monde » : Ainsi Octave Mouret (Pierre de Guinguand) explique t-il au Baron Hartmann (Adolphe Candé) son projet consistant à raser tous les immeubles de son quartier pour faire de Au bonheur des dames le plus grand magasin de l’univers. Adapté de Zola mais se déroulant au XXème siècle, le Au bonheur des dames de Duvivier est un véritable chef d’œuvre à l’esthétique éblouissante, qui ravira même ceux qui hésitent à s’installer devant un film muet. Les scènes d’intérieur du grand magasin sont tournées aux Galeries Lafayette pendant les heures d’ouverture, et quand on connaît le niveau de vie moyen de l’époque, le grouillement autour des merveilles étalées dans les rayonnages laisse songeur. Les images de foule, y compris pendant la panique finale, sont exceptionnelles. D’autres scènes nous montrent le quartier Saint-Lazare Opéra, à cette époque où le centre de Paris était sillonné par les tramways. Mais Au Bonheur des Dames, ce sont aussi de formidables effets spéciaux pour figurer le gigantisme du magasin vu de l’extérieur, en utilisant le célèbre procédé Schüfftan (du nom du chef opérateur de Metropolis) qui permettait grâce à un jeu de miroirs inclinés de mélanger sur une même vue des images réelles et des maquettes. Enfin, ce film permet de voir l’émouvante allemande Dita Parlo, qu’on retrouvera plus tard dans L’Atalante et La Grande Illusion. Elle incarne ici Denise, la nièce du vieux Baudu (Armand Bour), qui tente de résister à la marche inexorable du progrès dans sa petite boutique nommée Au Vieil Elbeuf. Mais Denise est engagée par le grand magasin, où le chef du personnel (Fernand Mailly) tente de la violer. Elle est sauvée par l’arrivée du patron, Mouret, dont elle tombe amoureuse… Les dialogues de ce film muet plutôt bavard sont inscrits sur des cartons, mais il en a bien existé une version sonore, réalisée à la hâte pour faire face à la déferlante du parlant. Elle a aujourd’hui totalement disparu.…

Par Antoine Sire

 

Pour plus d'informations : 

www.galerieslafayette.com 

Tel : 01 42 82 34 56

 

Publié le Vendredi 4 avril 2014.
Antoine Sire
antoine sire, Julien Duvivier, Galeries Lafayette

Les Galeries Lafayette

40 Boulevard Haussmann 75009 Paris

Le film
rueducine.com-au-bonheur-des-dames-1943

AU BONHEUR DES DAMES

de Julien Duvivier

1929

Avec : Dita Parlo, Pierre de Guinguand, Nadia Sibirskaïa, Armand Bour, Adolphe Candé, Fabien Aziza

Scénariste : Adaptation de Noël Renard d’après le roman d’Emile Zola

Les derniers articles
romaines13
Les Classiques Voir tous

Et le monde découvre Audrey Hepburn dans Vacances Romaines

Audrey Hepburn et Gregory Peck déambulant en scooter dans les rues de Rome ou mangeant des glaces Piazza di Spagna : des images de cinéma qui ont fait...

MASH 590
Les Classiques Voir tous

1970 : M.A.S.H, une comédie primée à Cannes

Qui a dit que la Palme d’Or ne devait revenir qu’à des drames ? En 1970, le jury présidé par l’écrivain Miguel Angel Asturias semblait d’humeur à rire...

Mastroianni 590
Les Classiques Voir tous

1960 : La Dolce Vita ou la renaissance de Marcello Mastroianni

De tous les films lauréats de la Palme d’Or, La Dolce Vita de Federico Fellini est assurément l’un des plus cultes. Cinquante-huit ans après son sacre...