Accueil > Autour du cinéma > Les classiques > Le silence est d'or : Quand Paris était la capitale du cinéma muet

Le silence est d'or : Quand Paris était la capitale du cinéma muet

  • Silence Or 1 590x416 590x416
  • Silence Or 2 590x416 590x416
  • Silence Or 3 590x416 590x416

La nostalgie du cinéma muet ne date pas d’hier. En 1947, René Clair, le génial réalisateur de Sous les toits de Paris, rentre de son exil hollywoodien pendant lequel il a mis en scène deux chef d’oeuvres du cinéma fantastique : Ma femme est une sorcière et C’est arrivé demain. Décidé à renouer avec un thème bien français, il réalise le charmant Le silence est d’or, qui se déroule au début du XXème siècle, quand Paris était la capitale du cinéma muet. Si le 7ème art a été inventé à Lyon, Georges Méliès batit des studios à Montreuil sous Bois dès 1896. La même année, Alice Guy, secrétaire de Léon Gaumont, commence a tourner des films dans le jardin de la maison que son patron possède aux Buttes-Chaumont. Dix ans plus tard le jardin est devenu un vaste studio couvert où des pionniers comme Louis Feuillade enchainent film après film. Le rôle principal du Silence est d’or, celui du réalisateur vedette d’un studio parisien vers 1910, devait être tenu par Raimu. Mais il décède juste avant le tournage et est remplacé par Maurice Chevalier, qui a été injustement inquiété à la Libération et va ainsi redorer son image. François Périer joue son protégé. Il tombe amoureux d’une jeune actrice, incarnée par Marcelle Derrien - ce sera son seul grand rôle - sur laquelle le fier Maurice avait déjà jeté son dévolu. Grand seigneur, l’homme mûr saura s’effacer devant les tourtereaux pour que Le silence est d’or finisse aussi bien que les petits films muets dont il montre le tournage. Ce fut un grand succès en France, mais la version américaine, bizarrement réalisée avec une voix off de Maurice Chevalier s’ajoutant aux dialogues en français, fut un échec total. Il faudra attendre 63 ans pour que The Artist, un film français à la gloire du cinéma muet... américain fasse un tabac outre-Atlantique.  

Par Antoine Sire

Photos © Pathé Cinéma

 

Pour continuer la balade, retrouvez ici toute l'histoire des mythiques studios Gaumont des Buttes Chaumont : www.plateauhassard.blogspot.fr 

 
Publié le Lundi 20 avril 2015.
Beatrice Billon
Antoine Sire, Cinéma Muet, The Artist, François Périer, Raimu, Georges Melies, Le silence est d'or, Sous les toits de Paris, Maurice Chevalier, Montreuil, 120 ans, Studio, Décor, Décor de tournage, adresse tournage, Cinéma, Paris, Hollywood, René Clair, Marcelle Derrien
Le film
Silence Or 150x200

LE SILENCE EST D’OR

de René Clair

1947

Avec : Maurice Chevalier, François Périer, Marcelle Derrien, Dany Robin

Scénariste : René Clair

Producteur : René Clair

Les derniers articles
romaines13
Les Classiques Voir tous

Et le monde découvre Audrey Hepburn dans Vacances Romaines

Audrey Hepburn et Gregory Peck déambulant en scooter dans les rues de Rome ou mangeant des glaces Piazza di Spagna : des images de cinéma qui ont fait...

MASH 590
Les Classiques Voir tous

1970 : M.A.S.H, une comédie primée à Cannes

Qui a dit que la Palme d’Or ne devait revenir qu’à des drames ? En 1970, le jury présidé par l’écrivain Miguel Angel Asturias semblait d’humeur à rire...

Mastroianni 590
Les Classiques Voir tous

1960 : La Dolce Vita ou la renaissance de Marcello Mastroianni

De tous les films lauréats de la Palme d’Or, La Dolce Vita de Federico Fellini est assurément l’un des plus cultes. Cinquante-huit ans après son sacre...