Accueil > Autour du cinéma > Les classiques > Gabin, Ventura et le milieu parisien de la drogue dans "Razzia sur la chnouf"

Gabin, Ventura et le milieu parisien de la drogue dans "Razzia sur la chnouf"

  • razzia 1
  • razzia 2
  • razzia 3

En 1954, Jean Gabin dont la carrière piétinait un peu depuis la libération a été remis en selle par Touchez pas au grisbi, film de Jacques Becker inspiré par le grand écrivain des truands Albert Simonin. L'année suivante, Razzia sur la chnouf d'Henri Decoin achève d'installer Gabin comme le patriarche ombrageux et truculent du cinéma français. Chronique réaliste et violente du milieu parisien des trafiquants de drogue, ce film est fidèlement adapté d'un roman d'un autre spécialiste de la pègre et de son langage fleuri, Auguste Le Breton. Gabin incarne Le Nantais, un caïd chevronné, chargé par le puissant trafiquant Lisky (Marcel Dalio) de réorganiser sa filière de vente de drogue. L'homme de main du Catalan n'est autre que Lino Ventura, qui vient d'être révélé par Touchez pas au grisbi et dont Razzia sur la chnouf constitue le deuxième film. Pas encore « rangé des voitures » sur le plan sentimental, Gabin trouve le temps de séduire la caissière du restaurant qui lui sert de couverture, incarnée par la délicieuse Magali Noël. Il était difficile de faire d'un monument national comme Gabin un trafiquant de drogue sans scrupules : le scénario se charge de trouver une porte de sortie acceptable à ce problème. Le film voit défiler une belle galerie de seconds rôles incontournables : Paul Frankeur en commissaire, Marcel Dalio en trafiquant cauteleux et Lila Kedrova, bouleversante en toxicomane, qui contribue à donner à Razzia sur la chnouf le réalisme d'un reportage sans concessions. Cette dimension réaliste est augmentée par le passage de l'action à de nombreuses adresses parisiennes : la rue de Montyon (9ème) où se trouve le bar qui sert de couverture à Gabin, la rue Jouffroy (17ème) où habite Magali Noël, la rue de Chalon (12ème), lieu alors insalubre de tous les trafics, la rue de Lisbonne (8ème), siège d'une fumerie d'opium... "Nous avons l'impression de lire et de voir le premier témoignage à peu près authentique sur ce monde de la drogue qui a servi déjà de sujet à tant de romans et de films fantaisistes", écrit Claude Mauriac dans Le Figaro littéraire à la sortie du film.

Par Antoine Sire

Publié le Mardi 2 juin 2015.
Beatrice Billon
Lino Ventura, Marcel Dalio, Magali Noël, Le Catalan, le Nantais, Auguste Le Breton, Henri Decoin, Razzia sur la chnouf, Albert Simonin, Jacques Becker, Touchez pas grisbi, Jean Gabin, rue de Lisbonne, rue de Chalon, rue Jouffroiy, rue de Montyon, film tourné à Paris, Cinéma, Paris, Antoine Sire, Classique, décor de film
Le film
Affiche Razzia

RAZZIA SUR LA CHNOUF

de Henri Decoin

1955

Avec : Jean Gabin, Magali Noël, Lino Ventura, Paul Frankeur, Marcel Dalio

Scénariste : Auguste Le Breton, Henri Decoin et Maurice Griffe

Producteur : Paul Wagner

Distribution : Gaumont Distribution

Les derniers articles
Claudel 590
Les Classiques Voir tous

Isabelle Adjani et Gérard Depardieu, amants torturés dans Camille Claudel

C’est l’histoire de deux grands acteurs se retrouvant devant la caméra d’un cinéaste qui réalise son premier film. D’une grande artiste, féministe et ...

Frantic
Les Classiques Voir tous

Harrison Ford pris au piège dans le Paris interlope de Frantic

En anglais, le terme « frantic » signifie « frénétique ». Un adjectif qualifiant assez bien le voyage du personnage incarné par Harrison Ford dans le ...

Romy 590
Les Classiques Voir tous

Romy Schneider, héroïne bouleversante dans La Passante du Sans-Souci

C’est ce que l’on appelle, dans le jargon cinématographique, un film testamentaire. Dans le cas de Romy Schneider, le dernier tour devant la caméra s’...