Accueil > Autour du cinéma > Les classiques > Daniel Gélin courtise Anne Vernon Rue de l'Estrapade à Paris

Daniel Gélin courtise Anne Vernon Rue de l'Estrapade à Paris

  • estrapade film paris cinema 2
  • estrapade film paris cinema 3
  • estrapade film paris cinema 1

Anne Vernon fut une actrice très célèbre dans les années 50, même si on se souvient surtout d'elle par ce qu'elle fût la maman de Catherine Deneuve dans Les Parapluies De Cherbourg. Dans Rue de l'Estrapade, de Jacques Becker, elle est une élégante bourgeoise du 16ème arrondissement qui constate que son mari, coureur automobile, la trompe. Elle décide alors d'aller vivre seule dans un studio d'un quartier de la capitale, à l'époque particulièrement canaille, le 5ème arrondissement. Dans sa petite soupente de la Rue de l'Estrapade, elle a pour voisin un jeune homme, incarné par Daniel Gélin.  Ce rebelle - pensez, ses amis jouent de la guitare et chantent du Brassens ! - va lui faire une cour assidue, tandis qu'elle aura aussi une étrange relation avec un couturier homosexuel interprété par Jean Servais. C'est malgré tout sans drame qu'elle finira par retourner auprès de son mari, aussi peu à l'aise qu'elle dans le célibat, et incarné par le séduisant Louis Jourdan, un acteur français qui a tourné dans plusieurs grands films américains. Le film comporte peu de scènes parisiennes d'extérieur, mais les (brèves) scènes de pilotage automobile ont été tournées sur le circuit de Montlhéry, merveilleuse piste située dans l'Essonne que les amateurs de voitures anciennes continuent de fréquenter de nos jours. Si Becker a choisi de situer son action Rue de l'Estrapade, c'est parce que sa compagne Annette Wademant, co-scénariste du film, y résidait à son arrivée à Paris. A l'époque, la critique reprocha à Becker d'avoir réalisé un film trop léger, qui plus est dans les couches aisées de la société : "Espérons qu'après une série d'erreurs dont la pire est Rue de l'Estrapade, Jacques Becker pourra un jour revenir vers la réalité française de notre peuple", écrit ainsi Georges Sadoul, critique alors très influent de L'Humanité. Aujourd'hui, pourtant, la mise en scène simple et spontanée de Becker font apparaître ses films, et notamment celui-ci, comme des précurseurs de la nouvelle vague.

Par Antoine Sire

Publié le Mercredi 1 octobre 2014.
Beatrice Billon
Daniel Gélin, L'Humanité, Annette Wademant, 75005, Louis Jourdan, Jean Servais, Adresse de tournage, Paris Cinema, Cinéma, Paris, Tournage, Lieux de tournage, Lieu de tournage, Les parapluies de Cherbourg, rue de l'estrapade, Catherine Deneuve, Anne Vernon, Jacques Becker, Antoine Sire, Classique

rue de l'estrapade 75005 Paris

Le film
Rue De L Estrapade Paris Cinema

RUE DE L'ESTRAPADE

de Jacques Becker

1952

Avec : Daniel Gélin, Anne Vernon, Louis Jourdan, Jean Servais, Micheline Dax

Scénariste : Jacques Becker Scénariste et Annette Wademant

Producteur : Rober Sussfeld

Les derniers articles
romaines13
Les Classiques Voir tous

Et le monde découvre Audrey Hepburn dans Vacances Romaines

Audrey Hepburn et Gregory Peck déambulant en scooter dans les rues de Rome ou mangeant des glaces Piazza di Spagna : des images de cinéma qui ont fait...

MASH 590
Les Classiques Voir tous

1970 : M.A.S.H, une comédie primée à Cannes

Qui a dit que la Palme d’Or ne devait revenir qu’à des drames ? En 1970, le jury présidé par l’écrivain Miguel Angel Asturias semblait d’humeur à rire...

Mastroianni 590
Les Classiques Voir tous

1960 : La Dolce Vita ou la renaissance de Marcello Mastroianni

De tous les films lauréats de la Palme d’Or, La Dolce Vita de Federico Fellini est assurément l’un des plus cultes. Cinquante-huit ans après son sacre...