Accueil > Autour du cinéma > Les classiques > Amours surréalistes à Montmartre dans L'heure suprême, de Frank Borzage.

Amours surréalistes à Montmartre dans L'heure suprême, de Frank Borzage.

  • heure supreme paris cinema 5
  • heure supreme paris cinema bis 4
  • heure supreme paris cinema 2
  • heure supreme paris cinema 1

L'un des films américains les plus légendaires a pour décor un immeuble de Montmartre : C'est L'heure suprême, de Frank Borzage. Réalisé en 1927, ce film muet, poignant et romantique, fit le tour de la planète et ne fut dépassé en succès que par Le Chanteur de jazz, premier film parlant de l'histoire, sorti la même année. Après L'Heure suprême, Borzage fera encore quatre films muets, puis poursuivra une brillante carrière à l'ère du parlant. Il est considéré comme l'un des plus grands réalisateurs de l'âge d'or d'Hollywood, notamment grâce à la tendresse du regard qu'il posait sur les femmes.

Bien sûr, le Montmartre dont il est question dans L'heure suprême est un décor reconstruit en Californie, dans les studios de la Fox, mais Borzage s'est rendu en France peu de temps avant le tournage et s'est fortement imprégné de l'ambiance. Il a même ramené à Hollywood un taxi Renault !

L'heure suprême raconte l'histoire de Diane (Janet Gaynor) et de Chico (Charles Farrell). L'une est une pauvre prostituée persécutée par sa sœur, l'autre est un travailleur des égouts qui voudrait devenir arroseur des rues pour voir au moins le ciel. Chico obtient le poste dont il rêvait et Diane entre dans sa vie. Elle s'installe avec lui dans sa mansarde avec vue sur toute la ville, au septième étage d'un immeuble de Montmartre. La reconstitution en studio de la cage d'escalier qui monte au « septième ciel » et la manière dont Borzage l'introduit dans le récit sont d'une beauté presque surréaliste. « Je travaille près des égouts mais j'habite dans les étoiles », explique Chico à Diane.

Le spectateur a l'illusion que les sept étages sont réellement superposés, mais en réalité le décorateur Harry Oliver dut construire deux ensembles, l'un de trois et l'autre de quatre étages, car aucun studio ne pouvait contenir la reproduction d'un bâtiment de sept niveaux !

L'action se déroule en 1914 : Chico doit partir à la guerre. Tous les jours à onze heures, Diane et lui se parleront à distance, dans leurs pensées, jusqu'à l'issue du film, à la fois mélodramatique et pleine d'espoir. 

Le célèbre épisode des taxis de la Marne est superbement reproduit... avec l'aide du véhicule authentique que Borzage a ramené de Paris. 

Mais L'heure suprême doit aussi sa beauté au jeu des acteurs, Charles Farrell à la fois fort et sensible, et Janet Gaynor, lumineuse, bouleversante, captivante. Elle obtiendra en 1929 le premier Oscar de la meilleure actrice, tandis que Borzage sera récompensé pour sa réalisation et Benjamin Glazer pour le scénario. Henry King réalisa un remake parlant de L'heure suprême, en 1937, avec James Stewart et la belle Simone Simon (vue dans La bête humaine). Un film qui ne possède pas la poésie de celui de Borzage...

Par Antoine Sire

Publié le Lundi 15 décembre 2014.
Beatrice Billon
L'heure suprême, 1927, Franck Borzage, Hollywood, Le chanteur de jazz, Adresses de tournage, Adresse de tournage, Lieux de tournage, Lieu de tournage, Décor, Californie, 75018, Montmartre, Âge d'or, Charles Farrell, Janet Gaynor, Film, Paris, Cinéma, Henry King
Le film
Heure Supreme

L'HEURE SUPRÊME

de Frank Borzage

1927

Avec : Janet Gaynor, Charles Farrell, Ben Bard, Albert Gran, David Butler

Scénariste : Benjamin Glazer d'après une pièce de Austin Strong

Les derniers articles
romaines13
Les Classiques Voir tous

Et le monde découvre Audrey Hepburn dans Vacances Romaines

Audrey Hepburn et Gregory Peck déambulant en scooter dans les rues de Rome ou mangeant des glaces Piazza di Spagna : des images de cinéma qui ont fait...

MASH 590
Les Classiques Voir tous

1970 : M.A.S.H, une comédie primée à Cannes

Qui a dit que la Palme d’Or ne devait revenir qu’à des drames ? En 1970, le jury présidé par l’écrivain Miguel Angel Asturias semblait d’humeur à rire...

Mastroianni 590
Les Classiques Voir tous

1960 : La Dolce Vita ou la renaissance de Marcello Mastroianni

De tous les films lauréats de la Palme d’Or, La Dolce Vita de Federico Fellini est assurément l’un des plus cultes. Cinquante-huit ans après son sacre...