Accueil > Autour du cinéma > Les classiques > 15 ans avant YSL, le Paris de la haute couture avec Falbalas de Jacques Becker

15 ans avant YSL, le Paris de la haute couture avec Falbalas de Jacques Becker

  • falbalas-3-590x416-590x416
  • falbalas-2-590x416-590x416
  • falbalas-1-590x416-590x416

Tandis que sort Yves Saint-Laurent, de Jalil Lespert, avec un formidable Pierre Niney dans le rôle du génial et tourmenté créateur, il est bon de se souvenir que Paris, Capitale de la mode, a inspiré à Jacques Becker son premier film de l'après-guerre : Falbalas. Becker connaissait très bien ce monde car sa mère, anglaise, possédait une maison de couture rue Cambon. Déjà, à l'époque, le vertige de la création et l'exaltation des sentiments cohabitaient chez les grands couturiers parisiens. Raymond Rouleau interprète Philippe Clarence, un créateur de mode intransigeant, connu pour ses multiples conquêtes féminines. Son meilleur ami est un soyeux de Lyon (Jean Chevrier), qui va bientôt épouser une charmante jeune femme interprétée par Micheline Presle, alors au début d'une carrière de jeune première qui la conduira jusqu'à Hollywood. Clarence se propose pour réaliser la robe de mariée, mais il va tomber amoureux fou de la fiancée de son ami. Falbalas montre le petit monde qui s'active pour préparer les collections de mode, l'arrière-boutique du chic Parisien. Si le film sur Yves Saint-Laurent a pu bénéficier des véritables robes du maître, celles de Falbalas ont été dessinées par Marcel Rochas, l’un des plus grands couturiers de l’époque, dont la maison était sise au 100, rue du Faubourg Saint-Honoré. Mais la particularité de ce film est que son tournage eut lieu pendant les derniers jours de l'occupation. Non seulement le jardin des Tuileries, où se déroule la grande scène d'amour, est quasiment désert, mais le grand couturier, comme sa conquête, circulent à vélo dans un Paris pratiquement vide de toute automobile ! Même la nourriture était rare et Raymond Rouleau, surnommé avec un peu d’optimisme le Cary Grant français, agaçait toute l’équipe de tournage en se faisant livrer chaque après-midi des toasts avec de la marmelade. Un jour, le coiffeur de Micheline Presle lui dit : « L’électricien a craché dans la marmelade, nous sommes vengés ».

Par Antoine Sire

©Photos : Essor Cinématographique Français, André H. des Fontaines

 

 

Publié le Samedi 4 janvier 2014.
B BO
Le film
falbalas-affiche-150x200

FALBALAS

de Jacques Becker

1945

Avec : Raymond Rouleau, Micheline Presle, Jean Chevrier, Jeanne Fusier-Gir, Gabrielle Dorziat

Scénariste : Maurice Aubergé, Maurice Griffe, Jacques Becker

Producteur : André Halley des Fontaines

Distribution : Védis

Les derniers articles
romaines13
Les Classiques Voir tous

Et le monde découvre Audrey Hepburn dans Vacances Romaines

Audrey Hepburn et Gregory Peck déambulant en scooter dans les rues de Rome ou mangeant des glaces Piazza di Spagna : des images de cinéma qui ont fait...

MASH 590
Les Classiques Voir tous

1970 : M.A.S.H, une comédie primée à Cannes

Qui a dit que la Palme d’Or ne devait revenir qu’à des drames ? En 1970, le jury présidé par l’écrivain Miguel Angel Asturias semblait d’humeur à rire...

Mastroianni 590
Les Classiques Voir tous

1960 : La Dolce Vita ou la renaissance de Marcello Mastroianni

De tous les films lauréats de la Palme d’Or, La Dolce Vita de Federico Fellini est assurément l’un des plus cultes. Cinquante-huit ans après son sacre...