Accueil > Autour du cinéma > Les classiques > Fêtez les 100 ans d’Olivia de Havilland, la plus parisienne des stars hollywoodiennes

Fêtez les 100 ans d’Olivia de Havilland, la plus parisienne des stars hollywoodiennes

  • Double Enigme Black Mirror

Olivia de Havilland est célèbre notamment pour avoir été la partenaire d’Errol Flynn dans huit films, et pour avoir interprété en 1939 Mélanie, la fragile cousine de Scarlett O’Hara, dans Autant en emporte le vent.

Après un retentissant procès avec la Warner en 1943-44, qu’elle gagna et qui transforma la relation entre les grands studios d’Hollywood et les acteurs, Olivia de Havilland conquit son indépendance artistique. Elle obtint deux Oscars avec A chacun son destin, de Mitchell Leisen (1946) et L’héritière (1949) de William Wyler.

Ce 1er juillet, cette très grande dame du cinéma mondial fête ni plus ni moins ses cent ans ! Si la filmographie d’Olivia de Havilland est sans rapport avec la capitale de la France, elle y réside depuis le milieu des années 1950.
Elle a même écrit un livre, Every Frenchman has One, dans lequel elle décrit avec amusement le mode de vie des Français de son temps et les malentendus, linguistiques ou autres, qui ont accompagné son installation dans notre pays. Malheureusement non traduit en France, cet ouvrage fut un best-seller Outre-Atlantique.

La Double Enigme

La fin des années 1940 est l’époque ou Hollywood se prend de passion pour la psychanalyse.

Olivia de Havilland va s’illustrer en tournant avec Robert Siodmak, l’un des maîtres du film noir, dans La Double Énigme, film particulièrement imprégné de l’univers freudien. Elle interprète deux rôles, celui de deux sœurs jumelles impossibles à distinguer sur leur apparence.
L’une est suspecte d’un crime, mais il est impossible aux enquêteurs de déterminer laquelle, tant elles se ressemblent. Deux personnes ne pouvant être poursuivies pour un même crime, l’enquête est au point mort.
Mais derrière leur union de façade, un terrible duel débute entre les deux sœurs, la coupable essayant de prendre la place de l’innocente. Un psychiatre spécialiste des jumeaux (Lew Ayres) relève le défi consistant à démasquer la coupable, alors qu’il est tombé amoureux de la sœur innocente. Il va s’y employer à l’aide de tests de Rorschach et de détecteurs de mensonges qui donnent au film sa coloration de thriller psychiatrique.

Olivia de Havilland parvient à incarner avec finesse ces sœurs si proches et pourtant situées chacune d’un côté de la barrière séparant les fous des gens saints d’esprit. Elle parvient, sans en faire trop, à donner une vie autonome à chacune de ces deux personnalités à l’apparence ordinaire qui sont au cœur d’une affaire pas ordinaire. Mais le tournage fut pour elle une épreuve. Elle déclara :

« Ce fut un film extrêmement dur à faire. Les problèmes techniques posés par le double rôle furent très difficiles à résoudre, et l’horrible Terry que j’ai dû jouer dans le film continue de me hanter encore aujourd’hui. »

Evenement

Antoine Sire, le « Monsieur Classiques » de Paris Fait Son Cinéma et auteur de Hollywood, la cité des femmes, à paraître en octobre prochain, présentera La Double Enigme le dimanche 3 juillet à 16 h au cinéma Le Mac Mahon à Paris

Publié le Jeudi 30 juin 2016.
Aurelie Bareaud

Cinéma Le Mac Mahon

5 Avenue Mac-Mahon Dimanche 3 juillet à 16 h 75017 Paris

Le film
Artoff6318

La Double Enigme

de Robert Siodmak

1946

Avec : Olivia de Havilland, Lew Ayres, Thomas Mitchell, Richard Long, Charles Evans, Garry Owen, Lela Bliss...

Scénariste : Nunnally Johnson d'après une histoire originale de Vladimir Pozner

Producteur : Nunnally Johnson

Distribution : Universal Pictures

Les derniers articles
romaines13
Les Classiques Voir tous

Et le monde découvre Audrey Hepburn dans Vacances Romaines

Audrey Hepburn et Gregory Peck déambulant en scooter dans les rues de Rome ou mangeant des glaces Piazza di Spagna : des images de cinéma qui ont fait...

MASH 590
Les Classiques Voir tous

1970 : M.A.S.H, une comédie primée à Cannes

Qui a dit que la Palme d’Or ne devait revenir qu’à des drames ? En 1970, le jury présidé par l’écrivain Miguel Angel Asturias semblait d’humeur à rire...

Mastroianni 590
Les Classiques Voir tous

1960 : La Dolce Vita ou la renaissance de Marcello Mastroianni

De tous les films lauréats de la Palme d’Or, La Dolce Vita de Federico Fellini est assurément l’un des plus cultes. Cinquante-huit ans après son sacre...