Accueil > Autour du cinéma > Gastronomie > Le minestrone de La Grande Bellezza

Le minestrone de La Grande Bellezza

  • Minestrone 590

Avec La Grande Bellezza, œuvre à la beauté envoûtante présentée en compétition lors du Festival de Cannes en 2013, le cinéaste italien Paolo Sorrentino réalisait son chef-d’œuvre. Celui-là même qui lui permit de remporter un Oscar et un Golden Globe du meilleur film étranger l’année suivante, ainsi qu’une pluie de récompenses lors de la cérémonie des David di Donatello, soit l’équivalent des Césars en Italie. Hommage aux grands maîtres du septième art transalpin tels que Federico Fellini ou Ettore Scola, le film suit les déambulations de Jep Gambardella (incarné par Toni Servillo, acteur fétiche de Paolo Sorrentino), un journaliste mondain, dans une Rome tout à la fois sublime et décadente. Posant sur le monde un regard cynique et désabusé, cet homme, autrefois auteur d’un roman à succès, semble courir après la recherche d’une esthétique idéale qui ne fait qui lui échapper. Cette beauté insaisissable donnera son titre au film et mettra le public et la critique d’accord sur un point : La Grande Bellezza est une œuvre visuellement époustouflante.

Comme bien souvent dans le cinéma italien, la nourriture occupe une place importante. Dans La Grande Bellezza, il ne sera pas tant question des incontournables pâtes et pizzas auxquelles on rattache assez souvent la gastronomie transalpine. Paolo Sorrentino préfère filmer son héros en train de déguster un minestrone, cette soupe épaisse de légumes additionnée de pâtes et de riz, que lui prépare sa fidèle amie Dadina. Dans le film, cette scène représente un moment suspendu dans le quotidien de Jep Gambardella, qui redevient un enfant découvrant les plaisirs simples de la vie comme le fait de manger une soupe. Vraisemblablement, ce plat préparé avec amour par Dadina laissera un souvenir mémorable au chroniqueur mondain, puisqu’à la question « Comment est le minestrone, Jeppino ? », ce dernier répondra, laconiquement, « Le minestrone est bon ». Quand la cuisine est bonne, cela se passe de longs discours.

Pour un minestrone bon et d’une grande beauté comme en Italie, suivez notre recette ci-dessous. Alors, comment trouverez-vous ce minestrone ?

Ingrédients

100g d’haricots blancs frais écossés

100g d’haricots verts fins

1 carotte

1 courgette

1 tomate

1 oignon

2 gousses d’ail

2 pommes de terre

4 feuilles de basilic

10 brins de persil plat

50g de petites pâtes (type coquillettes)

3 cuillères à soupe d’huile d’olive

120g de parmesan

Sel 

Poivre

Recette

  1. Mettez les haricots blancs dans une casserole puis couvrez-les largement et faites-les cuire durant 30 minutes.
  2. Pendant ce temps, effilez les haricots verts et taillez-les en petits morceaux. Retirez la peau de la tomate et épépinez-la. Epluchez la carotte, lavez la courgette et le poireau.
  3. Pelez les pommes de terre, l’oignon et les gousses d’ail. Emincez le poireau et tailler les autres légumes en dés.
  4. Dans une marmite, faites chauffer l’huile d’olive à feu vif. Faites dorer l’oignon, le poireau et l’ail, puis ajouter la carotte, les pommes de terre, la tomate et la courgette.
  5. Recouvrez les légumes de deux litres d’eau.
  6. Egouttez les haricots blancs puis les ajouter au mélange de légumes. Assaisonnez avec du sel, du poivre et faites cuire à feu doux pendant 45 minutes.
  7. Vers la fin de la cuisson, rajoutez les haricots verts et les pâtes. Ciselez le persil et le basilic puis les ajouter au minestrone.
  8. Servez la soupe accompagnée de parmesan. Dégustez aussitôt.
  9. Buon appetito !

Crédit photo : Mallet

Publié le Samedi 7 juillet 2018.
Antoine Le Fur
Les derniers articles
Strudel 590
Gastronomie Voir tous

Le strudel aux pommes des Inglorious Basterds

Septième film de Quentin Tarantino, Inglorious Basterds marque une incursion dans un genre que le réalisateur américain n’avait pas revisité jusqu’à p...

Pot Au Feu 590
Gastronomie Voir tous

Le pot-au-feu dans L'Apollonide

Présenté en compétition officielle au Festival de Cannes en 2011, L’Apollonide : souvenirs de la maison close est le cinquième film du réalisateur fra...

Femmes Site
Gastronomie Voir tous

Le gaspacho des Femmes au bord de la crise de nerfs

Septième film de Pedro Almodovar, Femmes au bord de la crise de nerfs est une sorte de synthèse des obsessions du cinéaste espagnol. Des femmes, de la...