Accueil > Autour du cinéma > Gastronomie > La courtisane au chocolat du Grand Budapest Hotel

La courtisane au chocolat du Grand Budapest Hotel

  • Budapest 590

Grand prix du jury lors de la Berlinale de 2014, The Grand Budapest Hotel est un pur film de Wes Anderson. Avec ses personnages décalés, son univers coloré et ses plans millimétrés, ce huitième long-métrage du cinéaste américain n’a pas manqué de séduire ses nombreux afficionados. L’histoire est donc celle du Grand Budapest Hotel, palace de la république europénne fictive de Zubrowka. L’action se passe dans les années 1930, à une époque où la Vieille Europe est en proie à plusieurs bouleversements, entre souvenirs toujours vivaces de la Première Guerre mondiale et montée du nazisme. Pour autant, la vie au Grand Budapest Hotel continue de battre son plein. Dans ce bâtiment luxueux et rococo, nobles et artistes vont et viennent sous l’œil du concierge de l’établissement, le sémillant Gustave H. , et de son assistant, le jeune groom Zero Mustapha. Lorsque Gustave H. hérite d’un tableau de maître à la suite du décès d’une de ses clientes, Madame D., les deux hommes se retrouvent au cœur d’une folle aventure, obligés d’échapper aux poursuites et autres tentatives d’intimidation des héritiers de la défunte. Hommage aux comédies d’Ernst Lubitsch et Robert Mamoulian, ainsi qu’aux textes d’écrivains tels que Stefan Zweig, Hannah Arendt et Irène Némirovsky, The Grand Budapest Hotel est une oeuvre dense pouvant aussi bien se voir comme une comédie burlesque que comme une réflexion assez sérieuse sur la montée des totalitarismes. Succès à la fois critique et public, le film est celui qui a, jusqu’à présent, le mieux marché dans la filmographie de Wes Anderson. À l’échelle mondiale, il a rapporté 174 801 324 dollars, dont 59 073 773, rien qu’aux États-Unis. En France, The Grand Budapest Hotel est à ce jour le seul film du réalisateur américain à avoir dépassé le million d’entrées, avec le joli score de 1 425 531 spectateurs dans les salles obscures.

Long-métrage où l’esthétique revêt une importance particulière, The Grand Budapest Hotel est un film à la fois beau et bon. Bon sur un plan cinématographique bien sûr, mais également sur un aspect plus « gustatif » puisque la nourriture occupe une place prépondérante dans l’histoire. Ici, la spécialité qui n’a pas manqué de faire saliver les spectateurs se nomme la courtisane au chocolat (ou courtesan au chocolat, pour les Anglo-Saxons). Un drôle de dessert à étages, que l’on pourrait voir comme une version revisitée de la religieuse. Elle est préparée par Agatha (photo), pâtissière travaillant à la boulangerie rose bonbon Mendl’s. Cette dernière, avec son joli minois et ces entremets à se damner, ne laisse pas insensible Zero Mustapha. Tous deux trouvent justement l’occasion de se rapprocher grâce aux gâteaux de la pâtissière, qui serviront à cacher des burins et marteaux pour aider à l’évasion de Gustave H., alors injustement emprisonné. Mais que les cinéphiles gourmands se rassurent, il est tout à fait possible de se régaler d’une courtisane au chocolat sans tomber sur de drôles d’objets de ce type !

Pour une pause sucrée et colorée, suivez ci-dessous la recette de la courtisane au chocolat. Qui sait, elle sera peut-être aussi bonne que chez Mendl’s !

Ingrédients

120g de farine

235ml d’eau fraîche

115g de beurre

4 œufs + 3 jaunes

350ml de lait entier

1 tablette de chocolat noir

55g de sucre

2 cuillères à café de cacao en poudre

1 cuillère de soupe en farine

Maïzena

Sucre glace

1 sachet de sucre vanillé

Un peu de lait (pour le glaçage)

3 colorants alimentaires de couleur différente

1 pincée de sel

Recette

  1. Disposez l’eau, le beurre préalablement coupé en petits morceaux, le sel et le sucre dans une casserole puis faites chauffez à feu doux. Quand le beurre est fondu, retirez la casserole du feu et rajoutez la farine en pluie. Remuez énergiquement puis remettre sur le feu jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène. Une fois la préparation lisse, retirez du feu.
  2. Dans une jatte, cassez puis battez les œufs. Ajoutez les œufs à la pâte à choux, avec une cuillère en bois. 
  3. Mettez la préparation dans une poche à douille.
  4. Recouvrez trois plaques allant au four de papier sulfurisé, puis réalisez des petits, moyens et gros choux. Enfournez pour 30 minutes à 180°. Attention, les petits choux cuisent plus rapidement.
  5. Une fois cuits, faites un trou à la pointe du couteau sous les choux.
  6. Pendant la cuisson, réalisez la crème pâtissière au chocolat. Dans une casserole, faites chauffer le lait à feu doux et ajoutez les carrés de chocolat jusqu’à obtenir un mélange homogène.
  7. Dans une jatte, battez les jaunes d’œufs, la farine, le sucre, le cacao en poudre et la Maïzena puis remuez jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse. Ajoutez ensuite la moitié du mélange au chocolat puis remuez sans s’arrêter.
  8. Remettez la casserole sur le feu puis tranvasez le mélange au chocolat. Une fois le mélange épaissi, veillez à le retirer du feu. Versez la préparation dans la poche à douille. Une fois la crème refroidie, remplissez les gros et moyens choux.
  9. Préparez le glaçage des gâteaux. Mélangez le sucre glace, le sucre vanillé et un peu de lait. Divisez le mélange dans trois bols puis ajoutez un colorant alimentaire différent pour chaque récipient.
  10. Plongez le dessus des choux dans le glaçage puis les laisser sécher. Avec un peu de chocolat blanc fondu, faites des dessins sur le dessus des choux.
  11. Réalisez l’assemblage. Placez les plus gros choux sur une assiette puis ajoutez une noisette de glaçage sur le dessus et déposez les choux moyens en dessous, en pressant doucement.
  12. Réitérez l’opération en plaçant les petits choux sous les choux moyens. Enfin, sur le haut du gâteau, déposez de nouveau un peu de glaçage et une petite amande au chocolat pour la décoration.
  13. Dégustez !

 Crédit photo : Twentieth Century Fox France

Publié le Lundi 29 avril 2019.
Antoine Le Fur
Les derniers articles
Manhattan 590
Gastronomie Voir tous

Le Manhattan de Certains l'aiment chaud

Sorti au cinéma en 1950, Certains l’aiment chaud (Some Like It Hot, en version originale) de Billy Wilder s’est imposé d’emblée comme un monument de l...

Pulp 590
Gastronomie Voir tous

Le milk-shake à 5 dollars de Pulp Fiction

Sorti au cinéma en 1994, Pulp Fiction est le film qui a changé la carrière de Quentin Tarantino. Deux ans plus tôt, le cinéaste s’était déjà fait rema...

Charlotte 590
Gastronomie Voir tous

La charlotte russe d'Il était une fois en Amérique

Ultime film réalisé par Sergio Leone, Il était une fois en Amérique est également le dernier volet de sa trilogie sur l’histoire américaine, commencée...