Accueil > Autour du cinéma > Gastronomie > L'authentique ramen de La Saveur des ramen

L'authentique ramen de La Saveur des ramen

  • Ramen 590

Sorti sur les écrans français à l’automne 2018, La Saveur des ramen du cinéaste singapourien Eric Khoo pourrait appartenir au genre dit des « films culinaires », quelque part entre Les Délices de Tokyo de Naomi Kawase et Le Festin de Babette de Gabriel Axel. Comme son titre l’indique si bien, les ramens, emblèmes de la gastronomie japonaise, occupe une place centrale dans ce long-métrage centré sur l’histoire de Masato, jeune chef cuisinier au Japon. Spécialisé dans la préparation de ramens, ce dernier ne s’est jamais vraiment remis du décès de sa mère, alors qu’il n'était encore qu'un enfant. Le jour où son père trouve également la mort, Masato décide de partir sur les traces de sa mère, à Singapour, d’où elle était originaire. Son but premier est surtout de découvrir les secrets des plats qu’elle lui préparait lorsqu’il était petit, à commencer par le Bak Kut Teh, soupe de porc d’origine chinoise, très populaire à Singapour. Mais ce voyage, dont l’enjeu de départ était essentiellement culinaire, se révèlera surtout riche en révélations, portant sur des secrets familiaux profondément enfouis. À l’origine, La Saveur des ramen résulte surtout de la proposition d’un ami producteur d’Eric Khoo, tenant à célébrer les cinquante ans de relations diplomatiques entre le Japon et Singapour. Pour le réalisateur, le moyen le plus évident de fêter cet anniversaire était encore de passer par le biais de la nourriture, compte tenu de la passion des deux pays pour la bonne chère. Au final, les deux stars du film ne sont pas vraiment les acteurs mais plutôt les plats qui défilent sous les yeux envieux des spectateurs : le Bak Kut Teh pour Singapour, et évidemment, les ramens pour le Japon.

Dans le film d’Eric Khoo, les ramens ne sont pas seulement montrés comme l’un des plats emblématiques de la cuisine japonaise. Ils sont également vus comme la transmission d’un père, chef spécialisé dans leur confession, à son fils, qui deviendra également un professionnel dans ce domaine. Si l’on a tendance à penser qu’il s’agit surtout d’une spécialité nippone, la vérité est quelque peu différente. En effet, les ramens ne sont pas originaires du Pays du Soleil Levant mais de Chine. Ils ont été apportés au Japon par des commerçants chinois à la fin du XIXème siècle et jusque dans les années 1950, on ne parlait pas de ramens mais de « shina soba », soit les « soba chinois ». Mais depuis, le temps a fait son œuvre, et aujourd’hui lorsque l’on songe aux ramens, on ne pense plus essentiellement qu’à la gastronomie japonaise !

L’hiver n’étant pas encore terminé, les ramens s’imposent comme le plat idéal pour se réchauffer et être dépaysé. Pour un voyage gustatif aux notes asiatiques, suivez notre recette ci-dessous !

Ingrédients

120g de nouilles à ramen

4 nems

12 tranches de magret de canard fumé (ou de bœuf saisi et coupé en fines tranches)

2 oignons nouveaux

1l de bouillon de bœuf

1 cuillère à soupe de sauce soja 

1 sucrine

2 branches de menthe fraîche

10cm de concombre

2 cuillères à café de cacahuètes

Sel

Poivre

Recette

  1. Dans une grande casserole d’eau bouillante salée, faites cuire les nouilles à ramen puis égouttez-les.
  2. Pendant ce temps, taillez finement la section de concombre en bâtonnets.
  3. Ôtez la première peau des oignons nouveaux puis émincez-les. Dans un bol à part, hachez grossièrement les cacahuètes.
  4. Dans une deuxième casserole, faites chauffer ensemble le litre de bouillon de bœuf avec la sauce soja.
  5. Coupez les nems en deux puis effeuillez la menthe. Emincez la sucrine.
  6. Dans de larges bols, disposez les nouilles à ramen, les moitiés de nems, les bâtonnets de concombre, les tranches de magrets de canard (ou du bœuf saisi et coupé en fines tranches, le cas échéant) et la sucrine.
  7. Arrosez le tout du mélange de bouillon de bœuf et sauce soja. Parsemez de brisures de cacahuètes et de feuilles de menthe fraîche.
  8. Salez puis poivrez.
  9. Dégustez et n’oubliez pas de faire du bruit lorsque vous mangez, de manière à pouvoir bien ressentir tout l’arôme des nouilles !

Crédit photo : Deslandes / Sucré salé 

Publié le Dimanche 10 février 2019.
Antoine Le Fur
Les derniers articles
Buche 590
Gastronomie Voir tous

La bûche dans La Bûche

Premier film en tant que réalisatrice de Danièle Thompson, La Bûche appartient à cette catégorie de longs-métrages que l’on pourrait qualifier de «&nb...

Mojito 590
Gastronomie Voir tous

Le mojito dans Volver

Dans la carrière de Pedro Almodovar, il y a eu une sorte d’avant et après Volver. Présenté en compétition officielle lors du festival de Cannes en 200...

Pain 590
Gastronomie Voir tous

Le pain perdu de Kramer contre Kramer

Plus gros succès commercial de l’année 1979 aux Etats-Unis avec 106 millions de dollars de recettes au box-office, Kramer contre Kramer de Robert Bent...