Accueil > Autour du cinéma > Culture > Stéphane Martinet : " Paris est devenu un enjeu pour les réalisateurs "

Stéphane Martinet : " Paris est devenu un enjeu pour les réalisateurs "

  • Martinet 590

Comme nous vous le présentions dans l'article à retrouver ici, Le Paris Image Location Expo revient pour une huitième édition, les 22 et 23 janvier. A cette occasion, Stéphane Martinet, directeur adjoint de la Commission du Film d’Île-de-France et commissaire général de l’événement, en évoque les temps forts. Rencontre.

Quelle est la place de la France actuellement concernant l’accueil des tournages étrangers ?

La France a une politique d’attractivité, puisqu’elle a mis en place il y a quelques années, un crédit d’impôt international qui a été modifié au fil du temps, et qui permet d’attirer des productions dépensant au minimum 250 000 euros en France ou plus de 50% de leurs dépenses sur le film, et donc, sur le sol français. L’impact est réel quant aux productions étrangères tournées en France, puisque Film France s’apprête à diffuser avec le CNC, des chiffres qui montrent une nette augmentation du nombre de jours de tournages étrangers, et ce, y compris avoir retiré les journées de tournage du dernier épisode Mission Impossible, tourné à Paris en avril 2017.

De quand date le Crédit d’impôt ?

Il date d’à peu près cinq ans. Si mes souvenirs sont bons, il a commencé à 20 %, et maintenant il est à 30 %. Il  y a une concurrence qui s’est établie entre les différents pays, en se disant qu’accueillir des tournages pouvait présenter un double bénéfice. Le premier bénéfice, c’est l’afflux de devises, permettant que les entreprises en bénéficient ainsi que les employés. Le deuxième bénéfice, c’est l’impact touristique, c’est-à-dire la présence à l’image d’une ville, d’une région ou d’un pays dans son entièreté. Le pas franchis par le Gouvernement Français sous François Hollande a été décisif puisque l’on est passé carrément à 30 % et à une limite de 50 millions d’euros dans la globalité des dépenses, et surtout, on a fait baisser le plancher très fortement.

Quels sont les atouts de l’Île-de-France, qui est la région attirant le plus de tournages ?

Il y a plusieurs explications à cela. Tout d’abord, il y a des arguments historiques, faisant que l’on a toujours plus tourné à Paris que dans d’autres régions, surtout à partir des années 1960 où la capitale est devenue une sorte d’enjeu entre les réalisateurs. Ensuite, il y a également des explications, liées aux habitudes nationales et internationales, de voir des histoires racontées dans un univers parisien. On a l’impression que le challenge ou l’enjeu intellectuel dans un film est plus fort dès que l’histoire se situe à Paris, plutôt que dans d’autres régions française. Et puis, il y a la présence, sur ce territoire, d’un certain nombre d’atouts qui permettent de faire des films dans des économies qui sont plutôt serrées. On peut ainsi faire des films intellectuellement signifiants et budgétairement peu impactants. Les techniciens vivent ici, comme les réalisateurs ou les acteurs. Ainsi, on préfère tourner dans la région francilienne et encore plus dans Paris, parce que ça coûte moins cher.

 

« Je souhaite que les régions accueillent les tournages avec grâce et enthousiasme »

 

En quoi va consister votre rôle sur le Paris Images Location Expo ?

Mon rôle est celui d’un commissaire général. J’ai inventé le concept du Salon des Tournages, qui vise à voir exposer des lieux qui se proposent d’accueillir des tournages et des entreprises proposer leurs services aux productions pour faire valoir leurs atouts. Je souhaite également permettre aux régions d’accueillir les tournages avec grâce et enthousiasme. J’ai un rôle technique, c’est-à-dire louer un lieu, distribuer des stands dans ce lieu, travailler avec les entreprises qui en assurent l’équipement. Cela suppose aussi de travailler sur une sorte d’esthétique, sur un aménagement qui entraîne des conditions favorables pour les échanges entre les exposants et les visiteurs. Il faut aussi donner une certaine couleur aux échanges, et donc j’ai fortement œuvré pour que des conférences soient organisées pendant le Salon. Par ailleurs, nous avons aussi initié ce que l’on appelle les « Ateliers » pendant lesquels des régions, des entreprises ou des institutions vont présenter leurs activités et leurs objectifs.

Quels vont être les enjeux majeurs de cette nouvelle édition du Paris Image Location Expo ?

L’enjeu majeur d’un salon tient dans sa récurrence. C’est la huitième édition du Paris Image Location Expo et on veut maintenir à un niveau aussi élevé que possible, l’activité dans les lieux qui se sont engagés à accueillir des tournages. C’est un challenge en soit, parce que les productions ont tendance à considérer que si un lieu a été utilisé par un autre, cela n’a pas d’intérêt d’y tourner.

Quelles sont les stratégies des exposants pour se « vendre » ?

Il y en a plusieurs. Certains jouent la mise en avant de l’évidence. Pour un château, on mettra à l’honneur les salons du XVIIIème siècle, par exemple. Et puis, il y a des châteaux qui ont les mêmes salons mais qui vont présenter leurs cuisines, leurs bâtiments de ferme, les ruines etc… Cela peut réellement intéresser les productions, soit parce qu’elles cherchent très exactement ça, soit parce que ce sont des lieux qu’elles peuvent ensuite « arranger » de la façon qu’elles souhaitent.

Justement, est-ce que les châteaux sont un atout particulier pour les réalisateurs, français ou étrangers ?

Pour les étrangers, c’est plutôt le cas. Concernant les réalisateurs français, ça dépend du scénario. Il y a des périodes pendants lesquelles les producteurs ou réalisateurs vont vouloir faire des films historiques. Et puis, pour certaines raisons, notamment économiques, il va y avoir des moments où il y en aura moins. C’est la raison pour laquelle nous encourageons les propriétaires ou gestionnaires de ce patrimoine, à présenter l’intégralité de leur palette d’atouts, parce qu’ils n’ont pas que des beaux salons du XVIIIème siècle mais également plein d’autres choses.

Quel serait le lieu idéal pour un tournage en Île-de-France ?

La Cité Internationale Universitaire de Paris ! C’est le lieu qui accueille le plus de tournages en France. Sur ce site de quelques kilomètres carrés situé aux portes de Paris, on trouve une architecture extrêmement diverse, dans un site protégé. De plus, les productions ont accès à des bâtiments, que ce soit les extérieurs ou les intérieurs. Donc, elles peuvent faire des choses tout à fait originales. On ne connaît pas forcément les bâtiments de la Cité Universitaire et on ne la reconnaît pas immédiatement à l’image, car même si on va s’y promener, il ne va pas forcément nous venir à l’idée d’entrer dans les bâtiments, notamment en ce moment, compte tenu de la sécurité et de la prévention des attentats. Donc, on ne peut quasiment plus entrer pour les visiter mais il n’en demeure pas moins que c’est l’endroit où l’on tourne le plus de films en Île-de-France. C’est un lieu magique.

Plus d'informations sur l'événement : ICI

Paris Images Location Expo, à la Grande Halle de La Villette

Le 22 janvier (11H - 21H) et le 23 janvier (9H30 - 18H)

Entrée libre

Crédit photo : Droits réservés 

Publié le Dimanche 21 janvier 2018.
Antoine Le Fur

Grande Halle de La Villette

211 Avenue Jean Jaurès 75019 Paris

Les derniers articles
08CNC CB GovinSorelg0v16981
Culture Voir tous

La brocante du CNC attend vos collections

Pour la 3ème année consécutive, le CNC organise dans le cadre de La Fête du Cinéma une grande « Ciné-Brocante » ouverte à tous et gratuite qui aura&nb...

Etoiles 590
Culture Voir tous

Saint-Cloud se fait des Films sous les étoiles

C’est désormais une tradition. Chaque année, dès que le début de l’été arrive, le domaine national de Saint-Cloud se transforme en une salle de cinéma...

Re Tro 590
Culture Voir tous

Les sélections parallèles de Cannes font leur festival à Paris

Que ceux qui n’ont pas pu se rendre sur la Croisette pour la dernière édition du plus prestigieux festival de cinéma du monde se rassurent ! Depuis qu...