Accueil > Autour du cinéma > Culture > La Semaine de la Comédie revient chez UGC

La Semaine de la Comédie revient chez UGC

  • Semaine Come Die

Fort du succès des années précédentes à l ‘UGC Ciné Cité des Halles, la Semaine de la Comédie revient du 26 août au 1er septembre 2015 en étendant l’événement à l’UGC Ciné Cité Lyon Confluence, l’UGC Ciné Cité Lille, l’UGC Ciné Cité Bordeaux, l’UGC Toulouse et bien sûr l’UGC Ciné Cité Les Halles.

Toujours au programme, un mix de comédies cultes irrésistibles à (re)découvrir sur grand écran comme Les tontons flingueurs, Mariage à l’italienne, Broadway therapy ou encore OSS 117 : Rio ne répond plus ainsi qu’une sélection de films attendus dans les mois à venir en avant-premières exclusives comme The lobster de Yórgos Lánthimos, Belles-familles de Jean Paul Rappeneau ou encore Un jour comme un autre (A perfect day) de Fernando León de Aranoa avec Benicio Del Toro et Tim Robins, sortant en salle le 15 octobre 2015.

Pour clore vraiment ce mois d’août en douceur, chaque séance sera au tarif unique de 4€ par personne, les avant-premières vous seront quant à elles proposées à 6€ la place.

Informations et réservations : ugc.fr

Publié le Jeudi 13 août 2015.
Beatrice Billon
oss 117, belles-familles, The lobster, avant-première, Film culte, Sortir à Paris, que faire à Paris, Paris, Cinéma, Film, semaine de la comédie, UGC
Les derniers articles
Reprise 590
Culture Voir tous

Le Festival de Cannes est aussi à Paris

C’est devenu un rituel annuel. À peine le Festival de Cannes terminé, les cinéphiles n’ayant pas eu la chance de se rendre sur la Croisette se ruent m...

Muse Es 590
Culture Voir tous

La Cinémathèque et son riche programme pour la Nuit des musées

La Nuit des musées, c’est désormais une tradition annuelle que l’on ne présente plus. Pour sa quinzième édition, un grand nombre d’établissements, aus...

Chaplin 590
Culture Voir tous

Les comiques transatlantiques s'exposent à la Fondation Jérôme Seydoux - Pathé

Pour certains, les différents noms présentés n’évoqueront pas grand chose. Lorsque l’on pense à Charles Prince, André Deed ou Rigadin, on a du mal à i...