Accueil > Autour du cinéma > Culture > Rétrospective Visconti au Cinéma Mac Mahon

Rétrospective Visconti au Cinéma Mac Mahon

  • Bellissima Visconti Luchino Retrospective Mac Mahon Cinema Films Italien

Du 4 au 29 mars 2016, le Cinéma Mac Mahon projettera pour la première fois une rétrospective de l’oeuvre de Luchino Visconti, disparu il y a 40 ans.

Le maître italien du néo-réalisme

Durant la première semaine de son programme, le cinéma spécialisé dans les classiques diffusera les 5 premiers films de Visconti, réalisés entre 1942 et 1957. Si la date de sortie de ces films suit leur réalisation en Italie, il fallait attendre plusieurs années avant de les voir en France.

Après avoir travaillé comme assistant auprès de Jean Renoir, Visconti réalise son premier film Ossessione (Les Amants Diaboliques) en 1943, et on y voit déjà l’empreinte du néo-réalisme français. Il est inspiré du roman Le facteur sonne toujours deux fois de James M.Cain, et affirme la passion de la littérature qu’entretiendra le cinéaste durant toute sa carrière.

Ce sympathisant communiste échappe ensuite de peu au peloton d’exécution alors que la guerre fait rage en Italie. Il réalise ensuite La Terre Tremble en 1948, film dénonciateur des très basses conditions de vie supportées par les italiens les plus pauvres.

Le film à sketches Siamo Donne ne figure pas parmi les films diffusés au Mac Mahon, Visconti n’en ayant réalisé qu’un épisode.

Nuits Blanches Luchino Visconti Retrospective Cinema Italien Mac Mahon Paris Films

Sa troisième oeuvre Bellissima (1951) sert une critique du monde du cinéma et rend célèbre l’actrice Anna Magnani, dont le jeu est indissociable du néo-réalisme transalpin. En 1954, son premier film couleur Senso est sa première oeuvre de grande envergure. Elle a aussi suscité la polémique dans une Italie encore sensibilisée par la Seconde Guerre mondiale, en évoquant l’époque du Risorgimento.

Cet incident a semé la zizanie à la Mostra de Venise. Mais avec Nuits Blanches (1957), il remporte le Lion d’argent. Y jouent : Mastroianni, Maria Schell, Jean Marais et sa première muse Clara Calamai. 

"Splendore italiana"

L'intrigue de Nuits Blanches est inspirée de l’oeuvre de Dostoïevski, qui lui servira aussi de modèle pour Rocco et ses Frères (1960). Celui ci sera diffusé lors de la seconde semaine de la rétrospective, axée sur la période s’étendant des années 60 aux années 70. 

Le Guépard (1963), L’Etranger (1967) et finalement Mort à Venise (1971) iront clore le programme en beauté. Comme pour Senso avec la Symphonie n°7 de Bruckner, c’est l’adagietto de la Cinquième Symphonie de Mahler qui semble magnifiée (si c’est possible) par l’image de Mort à Venise. Et s'attaquer à un livre de Thomas Mann constituait une épreuve difficile que le réalisateur a réussie avec virtuosité.

Thomas Mann Mort Venise Luchino Visconti Retrospective Mac Mahon Paris Cinema Film Italie

De très nombreuses rencontres seront organisées avec des écrivains, des journalistes, des critiques, des amis qui l’ont côtoyé et même certains de ses comédiens dont Claudia Cardinale, Marisa Berenson et Jean Sorel. Une occasion exceptionnelle dans un cadre historique.

Horaires des séances et tarifs sur le site du Cinéma Mac Mahon.

---------------------

Connaissez-vous La Box Fait Son Cinéma? Découvrez-la ici

Footer Article 640

Publié le Mercredi 2 mars 2016.
Marie Moussié

Cinéma Mac Mahon

5 avenue Mac-Mahon 75017 Paris

Les derniers articles
Eiffel 590
Culture Voir tous

Les effets spéciaux s'invitent à la Tour Eiffel

Filmée sous toutes les coutures par les cinéastes du monde entier depuis les origines du septième art, la Tour Eiffel a un lien particulier avec le ci...

Belmondo 590
Culture Voir tous

Belmondo le Magnifique s'expose en Normandie

C’est un acteur qui ne cesse de fasciner. Alors qu’il vient de fêter ses 85 ans, Jean-Paul Belmondo peut se vanter d’avoir toujours gardé ce lien si s...

Re Pliques 590
Culture Voir tous

Les acteurs se donnent la réplique à la Galerie Cinéma

Imaginez un film dans lequel joueraient Serge Gainsbourg, Grace Kelly ou encore Jean-Pierre Léaud ? Non, il ne s’agit pas d’un projet cinématographiqu...