Accueil > Autour du cinéma > Culture > Livre : Le Brady, Cinéma des Damnés

Livre : Le Brady, Cinéma des Damnés

  • Le Brady Cinema Paris 590x416

Vous le savez, chez Paris Fait Son Cinéma, nous aimons vous faire découvrir des salles mythiques, insolites... qui ont également leur place dans la vie des cinéphiles, au côté des multiplexes plus classiques.

Un lieu unique en son genre

Situé boulevard de Strasbourg dans le Xème arrondissement, le Brady fait partie de ces salles parisiennes un peu atypiques. Construit en 1956, il devient rapidement un temple de la contre-culture parisienne.
De séries B en séries Z, la programmation fait la part belle aux films de genre, étranges et un peu kitsch, longtemps méprisés avant d'être réhabilités par Quentin Tarantino, qui leur rend régulièrement hommage dans ses films : Blaxploitation, western spaghetti, kung-fu, film d'horreur gore, porno, nanars...

Mais au Brady, le spectacle est également dans la salle, véritable cours des miracles où se croisent drogués, clochards, prostitué(e)s, chômeurs esseulés, riverains et cinéphiles, qui entrent et sortent à leur guise dans ce cinéma permanent.
Cependant, ce microcosme haut en couleur ne vient pas seulement pour les films : entre dortoir, salle de shoot, vestiaire pour prostituées bulgares, lupanar ou même cantine (certains habitués y faisaient griller leurs saucisses sur un Butagaz), le lieu est avant tout un refuge pour marginaux en tous genres.

La "biographie" du Brady

Jacques Thorens (dont le nom rappelle un des plus grand films d'horreur de tous les temps, tel un pseudo français de Jack Torrance, le père dans Shining) y a été projectionniste, caissier et surveillant de salle à partir de 2002.

Intarissable sur ce lieu qu'il connait si bien, il raconte son histoire avec beaucoup d'humour et d'humanité.
Sous formes d'anecdotes, de petites récits aussi drôles que sinistres, il donne vie à toute une galerie de personnages : les habitués, les employés, mais aussi le propriétaire, qui, entre 1994 et 2011, n'est autre que le réalisateur Jean-Pierre Mocky, qui dotera le cinéma d'une seconde salle, où sont diffusés ses propres films, et qui accueille également des pièces théâtre depuis la rénovation du lieu en 2009.

Aujourd'hui, le Brady a changé et s'est considérablement assagi, à l'image du quartier tout entier, en pleine gentrification. Classé Art et Essai, les blockbusters y restent rares, mais les films projetés sont souvent récents (Voir la programmation).
La foule bigarrée des habitués s'est dispersée, le Brady a perdu de sa singularité. C'est un bel hommage que lui rend Jacques Thorens dans ce livre, indispensable pour qui aime Paris et ses salles de cinéma.

Le Brady Cinema Des Damnes Livre Jacques Thorens

Le Brady, Cinéma des Damnés

Jacques Thorens

Editions Gallimard
Disponible sur Amazon ou La Fnac

Tarif conseillé : 21€

 

Source image : Timeout

Publié le Samedi 21 novembre 2015.
Aurelie Bareaud
Livre, Jacques Thorens, Art et essai, Paris, Cinéma, Le Brady
Les derniers articles
Saint laurent 1 site
Culture Voir tous

Yves Saint Laurent, un couturier très cinéphile

Alors que vient de s'ouvrir un musée dédié au célèbre styliste, retour sur les plus belles collaborations entre le septième art et l’inventeur du smok...

Laurel Hardy Site
Culture Voir tous

Laurel et Hardy à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé-Paris

Si on vous dit "grand gros et petit maigre ", quelle image vous vient à l’esprit ? Laurel et Hardy bien sûr ! L’un déclenche des catastrophes et l’aut...

Sequence 2
Culture Voir tous

L'expo Séquence à la galerie ZK.images

Depuis le 22 septembre, une magnifique exposition de séries photographiques utilisant des tirages originaux argentiques vous attend à la galerie ZK.im...