Accueil > Autour du cinéma > Culture > Les photos de Fabienne Berthaud s'exposent à la Halle aux sucres de Dunkerque

Les photos de Fabienne Berthaud s'exposent à la Halle aux sucres de Dunkerque

  • Mongolie 590

C’est une réalisatrice qui occupe une place à part dans le cinéma français. En seulement trois films, Fabienne Berthaud s’est imposée comme une cinéaste singulière, dont le cinéma délicat arrive si bien à capter la sensibilité féminine. Ses trois premiers longs-métrages (Frankie, Pieds nus sur les limaces, Sky) étaient portés par une Diane Kruger impériale. Son nouveau film, Un monde plus grand, qui sortira en salles le 30 octobre, marque une rupture de ton dans sa filmographie. D’une part, puisque pour la première fois, la réalisatrice ne fait pas tourner son actrice fétiche. D’autre part, parce que son sujet laisse entrevoir un lyrisme et un sens du romanesque, jusque-là assez discrets dans ses précédents projets. Le film est l’adaptation de Mon initiation chez les chamanes - Une Parisienne en Mongolie, livre de l’ethno-musicienne Corine Sombrun, une femme dont la vie a radicalement changé après un voyage en Mongolie au cours duquel elle a découvert le pouvoir des transes chamaniques. De retour en France, elle a impulsé les premières recherches scientifiques et universitaires sur le sujet. Fabienne Berthaud a confié le rôle de cette femme incroyable à la comédienne belge Cécile de France, absolument stupéfiante (photo). Puissant dans son propos, Un monde plus grand dispose également de ceratins atouts esthétiques esthétiques, à commencer par la qualité de sa photographie. La Mongolie, vaste pays finalement assez peu représenté, est, avec Corine Sombrun, l’autre protagoniste du film. Et Fabienne Berthaud sublime ces « deux personnages » avec finesse.

Pour préparer son film, la cinéaste a effectué en amont plusieurs voyages en Mongolie. Plus précisément, au nord du pays, à la frontière de la Sibérie, afin de se rapprocher du voyage qu’avait entrepris Corine Sombrun. Pendant plusieurs semaines, elle a partagé le quotidien d’un peuple autochtone : les Tsaatans. Il s’agit de l’un des derniers peuples nomades, puisqu'ils se déplacent au fil des saisons. De ce périple à l’autre bout du monde, la réalisatrice a immortalisé plusieurs moments. Les scènes de vie au fin fond des plaines, la nature si particulière de la Mongolie, les visages burinés de ses hôtes… Plutôt que de les garder pour elle, Fabienne Berthaud a décidé de les exposer à la Halle aux sucres de Dunkerque, important centre d’art contemporain de la ville du Nord. Du 19 octobre au 22 décembre, les clichés de la cinéaste sont donc à découvrir dans les Hauts-de-France. Cerise sur le gâteau, la réalisatrice sera présente le vendredi 18 octobre pour présenter son film en avant-première nationale et animera également un débat le lendemain avec Corine Sombrun, à propos de nos relations aux éléments naturels et à la part d’inconnu dans le monde. Viendra ensuite, à 16h, l’inauguration de son exposition. Fabienne Berthaud, ou la réalisatrice incontournable et polyvalente de cette rentrée ! 

Endodrome, la mystérieuse installation

En parallèle de l’exposition de Fabienne Berthaud à Dunkerque et de la sortie de Un monde plus grand au cinéma, Corine Sombrun s’impose sur d’autres fronts. Tout d’abord, son ouvrage Mon initiation chez les chamanes, Une Parisienne en Mongolie est reparu depuis le 19 septembre, aux Éditions Pocket. Pour l’occasion, il a été agrémenté d’une postface de l’auteur, qui revient, dix-huit ans après, sur les avancées scientifiques et universitaires autour de la transe. Par ailleurs, celle qui a inspiré le personnage de Cécile de France dans Un monde plus grand est également à l’honneur actuellement à la Biennale de Venise, avec l’installation « Endodrome ». Derrière ce nom pour le moins énigmatique, se cache une expérience en réalité virtuelle de l’artiste Dominique Gonzales-Foerster à laquelle Corine Sombrun a collaboré. Pouvant accueillir jusqu’à cinq personnes à la fois, il s’agit donc d’une expérience de réalité virtuelle interactive avec un cadre théâtral, qui vient suggérer l’expérience d’une transe. Le but de cette installation est de permettre aux spectateurs de « voyager vers l’intérieur », de manière à accéder à d’autres états de conscience. Pour « Endodrome », Corine Sombrun a œuvré à la création de l’environnement sonore si particulier.

Artiste polyvalente, Fabienne Berthaud utilise plusieurs moyens d’expression. Si le grand public la connaît surtout comme cinéaste, elle s’est également fait un nom en tant que romancière, signant plusieurs romans et nouvelles. Également photographe, elle accorde une grande place à l’esthétique. Son exposition à la Halle aux sucres permet de mieux comprendre le travail de cette femme méticuleuse. Comme le montre le dossier de presse de Un monde plus grand, le fait de cadrer tous ses films « est une nécessité. Mon regard passe par l’œil de la caméra pour éprouver l’émotion d’une scène. Ma façon de filmer est organique ». Fabienne Berthaud, une artiste avec un univers qui n’appartient qu’à elle, et dont on n’a pas fini de reparler !

Plus d'informations : ICI

Exposition de photos de Fabienne Berthaud à la Halle aux sucres de Dunkerque, du 19 octobre au 22 décembre.

" Endodrome ", à la Biennale de Venise, du 11 mai 24 novembre.

Tous les jours, de 10h à 19h. Fermeture le dimanche.

Entrée libre

Crédit photo : Haut et Court

Publié le Lundi 30 septembre 2019.
Antoine Le Fur

9003 Route du Quai Freycinet 3 Môle 1 59140 Dunkerque

Les derniers articles
Tolkien 590
Culture Voir tous

L'univers féérique de Tolkien s'expose à la BnF

Il est l’un des plus grands écrivains du XXème siècle. John Ronald Reuel Tolkien, plus communément connu sous le nom de J.R.R. Tolkien, a enchanté l’i...

Gaumont 590
Culture Voir tous

Gaumont fait rentrer le cinéma à l'hôpital

C’est une entreprise mythique dès lors que l’on évoque le septième art en France. Fondée en 1895, Gaumont a traversé les époques avec un succès qui ne...

Funes 590
Culture Voir tous

Saint-Raphaël fête Louis de Funès avec l'ouverture d'un musée

Il aurait eu 105 ans cette année. Le 31 juillet, précisément. Pour commémorer cet anniversaire, la ville de Saint-Raphaël a donc décidé d’inaugurer un...