Accueil > Autour du cinéma > Culture > Le Festival de Lyon rend hommage au Gaumont Palace, disparu à Paris

Le Festival de Lyon rend hommage au Gaumont Palace, disparu à Paris

  • Gaumont Palace

Pour son ciné-concert du 14 octobre à l’Auditorium de Lyon, le festival Lumière 2015 se plongeait dans les grandes années du Gaumont-Palace, inauguré en 1911 Place Clichy à Paris.
Ce grand paquebot de la Belle Époque parisienne était la salle-phare de la société Gaumont. Le public du Festival de Lyon pouvait ainsi retrouver le meilleur des films qui y étaient projetés, avec accompagnement au piano.

Le cinéma se dressait jadis à la place du centre commercial et de l’hôtel qui dominent aujourd’hui le coté nord est de la Place Clichy.
Avant le somptueux Gaumont Palace que Léon Gaumont avait commandé à son architecte Auguste Bahrmann, c’est un hippodrome qui bordait la Place Clichy.
Aujourd’hui, le cinéma n’existe plus et a cédé la place à un bâtiment qui incarne le goût… discutable du style architectural des années 1970.

La capacité du Gaumont-Palace était de 1 600 places debout et 3 400 assises.
L’écran mesurait seulement 8 mètres de base pour un espace de 40 mètres de large sur 60 de profondeur et 24 de haut. La fosse à orchestre pouvait recevoir jusqu’à 100 musiciens ! Le cinéma employait 200 personnes.
Une seule séance quotidienne était proposée à l’origine (deux par la suite), pour un prix variant selon la qualité de la place : entre 0,50 Franc sur la galerie et 1 Franc sur le promenoir, jusqu’à 18 Francs la loge d’orchestre pour quatre personnes. Pour 50 centimes donc, chacun pouvait s'offrir dans ce lieu magique les films de Louis Feuillade, Albert Capellani et autres pères fondateurs du cinéma muet.

Après-guerre, le Gaumont Palace entama son lent déclin. On tenta de le relancer en organisant toutes sortes de spectacle, y compris des fantaisies… hippiques.

En 1972 Gaumont vend l’établissement à des promoteurs, qui le démolissent un an plus tard pour y construire le complexe que l’on peut voir aujourd’hui. Un art de vivre disparu, que le ciné-concert de l’Auditorium de Lyon a permis de retrouver.
Le spectacle a été présenté par Laurent Gerra, grand ami du Festival Lumière, passionné de cinéma et de chansons de la belle époque et doté d’une culture encyclopédique.

Publié le Jeudi 15 octobre 2015.
Beatrice Billon
Lyon, Place Clichy, Gaumont, Festival Lumière
Les derniers articles
Marker 590
Culture Voir tous

Chris Marker s'expose à la Cinémathèque

Le musée du cinéma, en partenariat avec le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (Bozar), s’apprête à célébrer la carrière du mythique réalisateur de

Valentin 590
Culture Voir tous

5 films de Saint-Valentin

Le 14 février est une date que tous les amoureux notent des mois à l’avance dans leur agenda. Fête de l’amour par excellence, la Saint-Valentin est ég...

Rebel 590
Culture Voir tous

Les Journées cinématographiques dionysiennes se rebellent

Cette année, le festival de Seine-Saint-Denis se la joue anticonformiste avec « Rebel, Rebel ». Après de récentes éditions sur la censure et le rire, ...