Accueil > Autour du cinéma > Culture > Edward Lachman en exposition unique à la Galerie Cinéma

Edward Lachman en exposition unique à la Galerie Cinéma

  • lachman-1-590x416-590x416
  • lachman-2-590x416-590x416
  • lachman-3-590x416-590x416

Jusqu’au 11 janvier 14, la Galerie Cinéma d’Anne-Dominique Toussaint a l’immense honneur d’accueillir en exclusivité française Edward Lachman, l’un des directeurs de la photographie les plus talentueux du cinéma contemporain, qui l’a choisie pour exposer ses plus belles œuvres. Celui qui débuta sa carrière comme chef opérateur sur Les Mains dans les poches avec Sylvester Stallone en 1974 connaît depuis une carrière sans faute en apportant son inégalable esthétique à une soixantaine de films et courts métrages déjà cultes comme Virgin Suicide de Sofia Coppola, Erin Brokovich de Steven Soderbergh, Ken Park de Larry Clark, I’m not there et Loin du paradis de Todd Haynes, ou encore The Last Show de Robert Altman, ainsi qu’à plusieurs documentaires de Wim Wenders. En pénétrant dans la Galerie Cinéma, on est tout d’abord envouté par les photogrammes inspirés de l’esthétisme des mélodrames des années 1950 où pourpre, ocre ou bleu s’emparent des clichés tirés du film Loin du Paradis pour lequel il fut nommé à l’Oscar de la meilleure photographie en 2003. On s’arrête ensuite devant les prises de vues du controversé Ken Park dont il signa la co-réalisation avec Larry Clark, avant de découvrir les éternels instantanés du tournage de I’m not there, remastérisés en version tirage grand format. Mais notre véritable arrêt s’installe devant la dernière photographie connue de River Phoenix, prise la veille de son décès en 1993, sur le tournage de Dark Blood de Georges Sluizer. Amoureux du 7ème Art, courez, courez admirer les photographies légendaires d’un artiste unique !

©Edward Lachman : Photo 1 Cate Blanchett sur le tournage de I'm not there / Photo 2 Far from heaven / Photo 3 Repérages pour Import-Export d'Ulrich Seidl

Nos questions à Edward Lachman 

Paris fait son cinéma : De Ken Park, à Far From Heaven, Virgin Suicides ou I’m Not There , en passant par vos documentaires avec Wim Wenders ou encore Imaging America, votre œuvre se caractérise aussi par votre don à capter et restituer l’âme des lieux où ils sont tournés. D’où vous vient cette sensibilité ?

Edward Lachman : J'ai toujours été passionné par l'image, quelle soit fixe ou en mouvement. L'esthétique que je développe pour les différents films sur lesquels je travaille est avant toute chose le fruit de longues discussions avec le réalisateur puisqu'en tant que chef opérateur, je me dois de comprendre parfaitement l'univers visuel recherché. J'ai dirigé la photographie de films très singuliers et je puise toujours dans mes influences. Ainsi pour I'm not there et la série de Polaroïd noir et blanc je me suis inspiré d'une certaine vision romantique que l'on retrouve dans le travail de Robert Doisneau ou chez les réalisateurs de la Nouvelle Vague comme Godard, Truffaut, ou Chabrol.

Y a t’il un endroit du monde, une ville, un pays que vous n’avez encore exploré et où vous aimeriez poser votre œil ?

Je ne sais pas, je suppose que cela serait à l'Est en tout cas. J'aime la manière dont les différentes cultures s'y confrontent et se complètent.

Si vous étiez un pays, une ville ou un quartier, lequel seriez-vous ?

Je serai surement un endroit fait de contradictions, pourquoi pas un endroit provenant de mes rêves.

Paris n’a pas encore eu la chance de passer entre vos mains. Si vous aviez à le faire, quelle ambiance aimeriez-vous en donner ?

Il m'est difficile de répondre à cette question, cela dépend totalement de l'histoire. Comme je vous le disais, les choix du réalisateur pour la trame narrative sont primordiaux. La manière dont on raconte une histoire donne en partie l'atmosphère et pourrait totalement changer ma vision actuelle de Paris.

Enfin quand on vous dit Paris, quel film vous vient à l’esprit ?

Lorsque je pense à Paris, je pense à des classiques comme Jules et Jim de Truffaut ou à des choses beaucoup plus expérimentales comme Seul contre tous de Gaspard Noe ou Holly Motors de Leos Carax. 

Informations

Ouvert du mardi au samedi de 11:00 à 19:00

☎ 01 40 27 09 22

Tarif : ☆☆☆☆☆

 

Publié le Samedi 14 décembre 2013.
Beatrice Billon
Exposition, Galerie Cinéma, Edward Lachman

LA GALERIE CINÉMA

26 rue Saint Claude 75003 Paris

Les derniers articles
Stranger Than Paradise 1
Culture Voir tous

Festival de cinéma en plein air à la Villette 2017

La Festival de cinéma en plein air de la Villette revient encore une fois cette année… et il nous a préparé une sélection aux petits oignons ! Comme p...

722268 189
Culture Voir tous

Reprise de la Quinzaine des réalisateurs au Forum des images

Créée dans un premier temps pour concurrencer le Festival de Cannes, la Quinzaine des réalisateurs a, depuis sa création en 1969, révélé nombre de cin...

Porte Des E Toiles Du SGC
Culture Voir tous

Nuit des étoiles au Max

Le cinéma Max Linder nous régale une fois de plus en programmant une nuit entière consacrée au 7e Art. Le 10 juin prochain à partir de 23h30, préparez...