Accueil > Autour du cinéma > Culture > Découvrez les coulisses du Grand Prix Cinéma du magazine ELLE

Découvrez les coulisses du Grand Prix Cinéma du magazine ELLE

  • Grand Prix Cine Ma ELLE Magazine Paris Ugc Convention

En stage chez Paris Fait Son Cinéma, Marie prend en charge l'écriture d'une partie des articles publiés sur notre site.

En se penchant sur l'actualité du cinéma dans notre capitale pour vous dénicher les infos immanquables, elle est tombée sur une annonce du magazine ELLE, proposant à ses lectrices de concourir pour faire partie d'un collège de 100 jurées au 6ème Grand Prix Cinéma ELLE. 

C'est toute heureuse la semaine dernière qu'elle nous a appris avoir été sélectionnée à cette belle expérience tout en demandant, un peu gênée (elle est sérieuse Marie), de devoir partir un peu tôt le vendredi pour y participer. On a alors souri, heureux pour elle. Pour la taquiner un peu (on aime bien taquiner chez Paris Fait Son Cinéma), on lui a dit "d'accord, mais à une condition : si ça vaut la peine, on t'interviewe pour raconter à nos lectrices cette expérience à laquelle elles peuvent toutes postuler".

Lundi matin, quand on l'a vu arriver avec un sourire digne d'un vendredi, on a compris qu'elle venait de vivre trois jours qu'elle n'avait pas envie d'oublier. 

Voici donc l'expérience de Marie comme jurée au Grand Prix Cinéma du Magazine ELLE, ouverte à toutes, qui se déroulait au cinéma UGC Convention du 1er au 3 juillet 2016.

Le Grand Prix Cinéma ELLE, c'est quoi ?

Chaque année depuis 2011, le magazine ELLE lance un appel sur le web invitant ses lectrices "cinéphiles" à faire partie d’un jury féminin qui décerne, après visionnage des films en compétition, une récompense à celui qui a obtenu la meilleure note. La remise des prix se tiendra fin septembre. 

Alors tout le monde peut concourir ?

Que des femmes évidemment, mais toutes les femmes le peuvent, oui. Dans le cinéma où la parité n'existe pas encore, l'exercice d'un jury de 100 femmes est original et presque militant.

En france, 22% de réalisateurs sont des réalisatrices, c'est très peu, et 23% des personnages principaux sont des femmes.

Ce n'est pas que les hommes soient exclus du Grand Prix Cinéma ELLE, il s'agit juste d'un hommage à la femme dans le 7ème Art, organisé par un magazine qui a toujours contribué à écrire les pages de la modernité, du progrès. Puis parmi le jury, j'ai pu observer qu'il y avait effectivement des femmes qui plaidaient vivement la cause féminine, et d'autres qui n'en faisaient pas un cheval de bataille... Hormis ce parti pris féminin, il est aussi agréable de se dire qu'un évènement de ce genre n'est pas seulement réservé aux professionnels du cinéma.

Que doit-on faire si on souhaite en être pour l'édition 2017 ?

Il suffit de remplir un formulaire posté sur le site du magazine, environ un mois avant le début de la compétition. Je vous invite donc à vous mettre une petite alerte sur le site elle.fr pour ne pas rater l'événement ! Il n'est rien demandé de très astreignant pour participer, tout est finalement assez informatif : nom, prénom, adresse… Sauf un critère, le critère : le formulaire demande la rédaction d’une critique de film sorti dans l’année. 

J’ai choisi d’écrire un court paragraphe sur Les 8 Salopards de Quentin Tarantino, et je précise bien "court" car l’espace réservé à l’écriture m'a paru petit. J'ai eu de la chance d'être sélectionnée car, en interrogeant d’autres jurées sur place, j’ai découvert que certaines s’étaient livrées à la rédaction de veritables articles de plus de 70 lignes. Vous pouvez donc vous lâcher ! Tout en tenant compte du scénario, de la performance des acteurs, mais aussi du traitement de l’image bien sûr car nous sommes tout de même choisies parmi plus de 1000 postulantes ( la rumeur de cette année) pour intégrer le jury.

Paris Cine Ma Grand Prix Elle Ugc Convention Magazine

Pourquoi avoir postulé afin d'être jurée au Grand Prix Cinéma ELLE ?

Je me demandais tout d'abord ce que ça faisait d'enchaîner 7 films en trois jours dans le cadre d'une compétition.

Ça change la façon de voir les films : on se laisse complètement aller ou on étudie tout, on examine les détails... Ce n'est pas reposant mais c'est gratifiant, ensuite, de parler de son ressenti avec sa voisine de siège. J'avais en effet aussi envie de vivre un moment de partage avec ces femmes très différentes qui viennent toutes dans un même but : l'amour du cinéma et des valeurs portées par le magazine.

Sans renier que cela peut être intéressant de mentionner cette expérience dans un CV, lorsqu'on a la volonté de travailler dans la culture. Qui sait, l'indiquer peut susciter la curiosité des entreprises ; avoir été gardée dans cette sélection ne peut pas nuire.

Enfin, je me doutais bien que les jurées choisies seraient un peu gâtées, à la fois par l'accueil, les surprises et les invitées... je n'ai pas été déçue.

Que pouvez-vous dire des films projetés au Grand Prix Cinéma ELLE 2016 ?

Je ne peux malheureusement rien révéler sur leur contenu tant qu'ils ne sont pas sortis, je suis tenue à la confidentialité,. En revanche, je peux vous donner la sélection :

  • Mal de Pierres de Nicole Garcia, présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 2016
  • Victoria de Justine Triet, présenté à la Semaine de la Critique 2016
  • Une Vie Entre Deux Océans de Derek Cianfrance (torrent de larmes)
  • Réparer les Vivants de Katell Quillévéré
  • Planétarium de Rebecca Zlotowski
  • Le Client d’Asghar Farhadi, prix d’interprétation masculine du Festival de Cannes 2016
  • Captain Fantastic de Matt Ross, prix du meilleur réalisateur dans la section Un Certain Regard au Festival de Cannes 2016

Ces sept films engagent la question de la cause féminine à de différentes époques, différents âges et dans de différentes circonstances.

La femme est un vivier de films : d'abord il faut en devenir une (jamais une mince affaire), libre qui plus est, amoureuse si possible, puis épanouie dans l'automne de la vie...

Toutes ces étapes sont très fortes et ELLE magazine a réussi, à travers cette sélection, à dresser un portrait pluriel de la femme.

Que des avant-premières donc.

Oui, c'est une des raisons pour lesquelles j'ai souhaité participer : c'est un privilège notable de pouvoir découvrir des films avant tout le monde. De plus, on ne connaît pas la sélection de la rédaction de ELLE à l'avance, on découvre le film au moment où il est lancé. sur l'écran.

Les jurées, dont moi, avons ri et surtout beaucoup pleuré, si bien que certaines séances se terminaient par une distribution générale de mouchoirs ! 

Katell Quille Ve Re Grand Prix Cine Ma Elle Paris

On imagine que ce n'est pas le seul privilège, ni la seule surprise réservés aux jurées...

Les participantes sélectionnées ont effectivement la chance de se voir remettre un tote bag ELLE où l’on trouve un notebook pour rédiger des commentaires (à l’aide d’un stylo qui s’allume) et inscrire une note sur 20 pour chaque film sur un carton à détacher à rendre après la toute dernière projection. On y trouve aussi le dernier numéro du magazine ELLE (je l'avais déjà, ça m'a permis de l'offrir) et une trousse de produits de beauté élégamment préparée par la marque Sisley, partenaire du Grand Prix 2016.

La projection de Mal de Pierres et de Réparer les Vivants précédaient également la visite de Nicole Garcia et Katell Quillévéré, venues échanger autour de leurs dernières réalisations. La première a évoqué la belle performance de Marion Cotillard dans le rôle d'une amoureuse insatisfaite, tandis que la seconde a raconté son casting passé parmi d'autres réalisateurs pour réaliser l'adaptation du roman Réparer les Vivants. C'est elle que l'auteure Maylis de Kerangal a finalement choisi. Puis, la réalisatrice a affiché un grand intérêt pour le film sur les femmes dans la cinquantaine, âge délicat et cérébral que l'image ne sait pas toujours traduire.

Que se passe-t-il entre les séances ?

Toutes les séances sont ponctuées par des pauses d’une demie-heure à une heure-et-demie durant lesquelles on se rencontre dans un agréable salon de cocktail installé dans le cinéma. Selon l’heure de la pause (petit-déjeuner, goûter, déjeuner), les jurées se restaurent grâce à un buffet de qualité et discutent vivement des films qu’elles viennent de voir.

Nicole Garcia et Katell Quillévéré y étaient aussi, promptes à répondre aux questions des spectatrices. Les responsables de l’évènement permettent aussi aux jurées de s’exprimer sur les séances en face d’une caméra. 

Entre les séances, la directrice en chef adjointe cinéma de ELLE nous a également proposé un débat à chaud, entre jurées, durant lequel nous avons tour à tour pris le micro. La passion du cinéma était au rendez-vous !

Un mot pour conclure ?

Femmes et cinéphiles : à vous de postuler l’an prochain pour devenir jurée du Grand Prix Cinéma de ELLE !

En plus de passer un excellent et surprenant moment de cinéma, l’évènement, propice aux bonnes rencontres, vous fera vivre une expérience privilégiée dont les anciennes participantes n'ont qu'un seul voeu depuis : se retrouver pourquoi pas autour d'un Grand Prix des Grands Prix.

En attendant, rejoignez l'expérience !

Pour ne pas rater votre inscription comme jurée, n'hésitez pas à suivre l'actualité du magazine ELLE : 

Sur Facebook : facebook.com/elle
Sur Instagram : www.instagram.com/ellefr
Sur Twiiter : @ELLEfrance

---------------------

Connaissez-vous La Box Fait Son Cinéma ? Découvrez-la ici

la box fait son cinema

Publié le Vendredi 8 juillet 2016.
Marie Moussié
Les derniers articles
Affiche Au Dela Ecran Vincenne Site
Culture Voir tous

Le cinéma italien est "Au-delà de l'écran"

Après une première édition qui fut couronnée de succès, le Vincennes Film Festival revient avec une programmation alléchante. L’événement Au-delà de l...

Cinematheque Site
Culture Voir tous

La Cinémathèque ouvre ses portes à la jeunesse

Vendredi 10 novembre, les étudiants et jeunes de moins de 26 ans seront à la fête. Pendant une journée, la Cinémathèque française proposera une

Pagode
Culture Voir tous

Le cinéma La Pagode va renaître de ses cendres

Après près de deux ans de fermeture, le célèbre cinéma parisien s’apprête à rouvrir ses portes. Une aubaine, grâce à l’intervention de Charles S. Cohe...