Accueil > Autour du cinéma > Culture > Les Demoiselles de Rochefort fêtent leurs 50 ans au Grand Rex

Les Demoiselles de Rochefort fêtent leurs 50 ans au Grand Rex

  • Arton34

Lors de deux dates exceptionnelles, le 30 septembre et le 1er octobre 2017, Les Demoiselles de Rochefort fêtent leurs 50 ans au Rex à Paris. Les projections seront précédées d’un concert de Michel Legrand, compositeur des musiques du film. Une occasion de revenir sur l’une des œuvres les plus emblématiques du cinéma.

1967 fut indubitablement une année éclatante pour le monde de la musique : Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles, premiers albums des Doors, de Pink Floyd, des Velvet Underground and Nico et de The Jimi Hendrix Experience, mais aussi Flowers des Rolling Stones, Surrealistic Pillow des Jefferson Airplane, David Bowie et son album éponyme, I Never Loved A Man (The Way I Love You) d'Aretha Franklin...
Mais le cinéma aussi pouvait se mettre à la hauteur d’une telle inventivité, de cette capacité d’abstraction par la couleur et par la soif de liberté propres aux années 1960. C’est certainement ce qu’a fait Jacques Demy en nous offrant l’un de ses chefs-d’œuvre, la comédie musicale Les Demoiselles de Rochefort, qui sortait la même année.

C4269c941def0fd95f546d10c5f45aa0

Destins croisés dans une ville de province

Dans la ville portuaire de Rochefort, arborant pour l’occasion le rose, le bleu, le jaune, s’entrecroisent riverains, marins et forains, cherchant tous l’amour et le bonheur à tout prix. Au cœur de cette quête, des jumelles musiciennes et danseuses qu’incarnent avec délicatesse les sœurs Dorléac, Françoise et Catherine (la seconde que nous connaissons sous le nom de Deneuve, bien sûr) rêvent de faire carrière à Paris, car la province les « ennuie ». Leur mère, Yvonne, dont le rôle est investi par Danielle Darrieux (seule actrice du film à ne pas être doublée lors des chansons), a sacrifié sa vie pour ses filles, et sa plus belle histoire d’amour à cause du nom de l’élu, qu’elle ne supportait pas. Le poétique marin, Maxence (Jacques Perrin), explique à cette dernière qu’il recherche éperdument son idéal féminin, « une vierge mythique qui hante les musées et les adolescents ». Un peu plus loin dans Rochefort, le vendeur d’instruments de musique, Simon Dame, sous les traits de Michel Piccoli, reçoit un vieil ami américain musicien que Gene Kelly incarne à la perfection. À l’inverse d’une romance classique, les routes des personnages ne parviennent qu’à peine à se croiser, tenant en haleine le spectateur, qui n’a comme ultime recours que de se laisser bercer par la virtuosité de la caméra de Jacques Demy: grues, travellings avant et arrière, mouvements panoramiques… Le génie cinématographique à l’état pur.

Michel Legrand, maestro du jeu

Cette fresque colorée doit aussi, bien sûr, son éclat aux morceaux composés par Michel Legrand. Les dialogues sont précis et efficaces, puisque l’on reconnaît en Demy un fin connaisseur de la langue de Molière, et qui n’hésite pas à faire alterner ses personnages entre alexandrins et rimes riches. Pourtant, leur véritable tribune semble se trouver dans la musique. Dans Les Demoiselles de Rochefort, c’est surtout de cette manière que le langage devient performatif ou qu’il permet à la trame narrative de s’accélérer. Dans le film, c’est en chanson qu’on se présente (les jumelles et les forains), qu’on exprime ses regrets (Simon Dame et Yvonne), qu’on évoque ses espoirs (Delphine et Maxence), qu’on se sépare (Delphine et les amies des forains)… Les détracteurs des comédies musicales, qui pourraient voir en cette œuvre un amoncellement d’images mièvres, passent à côté de la subtilité de l’œuvre: au-delà du jazz et des couleurs, on assiste aux manifestations diverses du déracinement intrinsèque à chacun de ses personnages. Idée mise en exergue par la musique de Michel Legrand, mais qui ne saurait entamer le bonheur qui émane du film, véritable ode à l’Art, à l’Amour et à l’idéalisme.

 

Infos pratique

30 septembre et 1er octobre 2017
Grand Rex
1, Boulevard Poissonnière, 
75002
A partir de 39,50€
Réservations

 

---------------------

Connaissez-vous La Box Fait Son Cinéma ? Découvrez-la ici

la box fait son cinema

 

 

 

Publié le Mardi 21 mars 2017.
Shoreh Belfond

Le Grand Rex

1, Boulevard Poissonnière 75002 Paris

Les derniers articles
Saint laurent 1 site
Culture Voir tous

Yves Saint Laurent, un couturier très cinéphile

Alors que vient de s'ouvrir un musée dédié au célèbre styliste, retour sur les plus belles collaborations entre le septième art et l’inventeur du smok...

Laurel Hardy Site
Culture Voir tous

Laurel et Hardy à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé-Paris

Si on vous dit "grand gros et petit maigre ", quelle image vous vient à l’esprit ? Laurel et Hardy bien sûr ! L’un déclenche des catastrophes et l’aut...

Sequence 2
Culture Voir tous

L'expo Séquence à la galerie ZK.images

Depuis le 22 septembre, une magnifique exposition de séries photographiques utilisant des tirages originaux argentiques vous attend à la galerie ZK.im...