Accueil > Autour du cinéma > Culture > Consumés, le 1er roman de David Cronenberg

Consumés, le 1er roman de David Cronenberg

  • David Cronenberg Consummes Roman

Souvent inspiré pour ses films par les romans des autres, comme Dead Zone, Cosmopolis ou encore Crash, le réalisateur David Cronenberg s’est décidé à écrire son premier roman intitulé Consumés, en librairie depuis le 1er janvier 2016.

En quelques mots, l’histoire nous embarque dans les aventures photojournalistiques à sensation de Naomi Seberg et Nathan Math, amants et concurrents en chasse d’histoires sordides.

A l’instar des longs métrages de Cronenberg, ces périples parallèles finissent par se croiser dans une intrigue hallucinée mêlant la technologie et le corps, l’impression 3D et la philosophie, le festival de Cannes et le cannibalisme, la mort et le sexe sous toutes ses formes (fétichisme, voyeurisme, échangisme…).

Ce récit haletant ne manquera pas de marquer votre imaginaire jusqu’à vous en faire à volonté votre propre film car, comme l’a déclaré le réalisateur lors d’une interview à France Inter, le roman ne sera pas porté à l’écran par son auteur.

Consumés de David Cronenberg
(traduction Clélia Laventure)
Éditions Gallimard
384 pages
Prix conseillé : 21 €
En vente ICI

Publié le Jeudi 14 janvier 2016.
Beatrice Billon
Les derniers articles
Reprise 590
Culture Voir tous

Le Festival de Cannes est aussi à Paris

C’est devenu un rituel annuel. À peine le Festival de Cannes terminé, les cinéphiles n’ayant pas eu la chance de se rendre sur la Croisette se ruent m...

Muse Es 590
Culture Voir tous

La Cinémathèque et son riche programme pour la Nuit des musées

La Nuit des musées, c’est désormais une tradition annuelle que l’on ne présente plus. Pour sa quinzième édition, un grand nombre d’établissements, aus...

Chaplin 590
Culture Voir tous

Les comiques transatlantiques s'exposent à la Fondation Jérôme Seydoux - Pathé

Pour certains, les différents noms présentés n’évoqueront pas grand chose. Lorsque l’on pense à Charles Prince, André Deed ou Rigadin, on a du mal à i...