Accueil > Autour du cinéma > Culture > Brigitte Bardot, en photos inédites de 1968

Brigitte Bardot, en photos inédites de 1968

  • Banner

Enfin dévoilés, voici 13 clichés inédits de Brigitte Bardot capturés par Ray Belliserio le temps d’une nuit unique en 1968, lors du tournage de Shalako de Edward Dmytryk avec Sean Connery.

Pour la petite histoire, le photographe a confié au Daily Mail et au Huffigton Post que BB accepta volontiers ces clichés, pris dans un pub anglais sur Albemarle Street à Mayfair, sans jamais le revoir après un furtif baiser au bout de la nuit.

Insouciants, sans artifices, ornés simplement d’un regard félin souligné de son fameux trait de eye-liner ou d’un noeud papillon domptant sa crinière blonde, ces clichés révélent simplement le charme naturel de celle qui fut le sex-symbol international français.

Durant le mois de juin, ces photos seront exposées au Dadiani Fine Art de Londres.

BB2final500 

BB3final500

BB4final500

BB5final500

BB6final500

BB7final500

BB8final500

BB9final500

BB10final500

BB11final500

BB12final500

O BR 570

BB13final500

 

Publié le Mardi 16 juin 2015.
Beatrice Billon
Mayfair, Photographie de tournage, Photographie, Film tourné à Londres, Londres, Lieu de tournage, adresse tournage, Cinéma, Paris, Brigitte Bardot, Sean Connery, Dadiani Fine Art, Ray Belliserio
Les derniers articles
Reprise 590
Culture Voir tous

Le Festival de Cannes est aussi à Paris

C’est devenu un rituel annuel. À peine le Festival de Cannes terminé, les cinéphiles n’ayant pas eu la chance de se rendre sur la Croisette se ruent m...

Muse Es 590
Culture Voir tous

La Cinémathèque et son riche programme pour la Nuit des musées

La Nuit des musées, c’est désormais une tradition annuelle que l’on ne présente plus. Pour sa quinzième édition, un grand nombre d’établissements, aus...

Chaplin 590
Culture Voir tous

Les comiques transatlantiques s'exposent à la Fondation Jérôme Seydoux - Pathé

Pour certains, les différents noms présentés n’évoqueront pas grand chose. Lorsque l’on pense à Charles Prince, André Deed ou Rigadin, on a du mal à i...