Accueil > Autour du cinéma > Culture > 5 Patrick célèbres au cinéma

5 Patrick célèbres au cinéma

  • Camping Site

Chaque 17 mars, il est de coutume de célébrer la Saint-Patrick. Une fête que les Irlandais ne sauraient manquer sous aucun prétexte, et qui est souvent synonyme de tournée des pubs. Pendant une journée, le prénom « Patrick » est sur toutes les lèvres, que ce soit en Irlande, mais également dans d’autres pays, où l’on ne dit jamais non au plaisir de se retrouver et de faire la fête ensemble. A l’occasion de la Saint-Patrick, et parce qu’il est préférable de boire avec modération, pourquoi ne pas revenir sur ces Patrick emblématiques du septième art ? Qu’ils soient flambeurs, danseurs ou même serial killers, ces personnages ont marqué les esprits des cinéphiles.

Alors, avant de vous enivrer à la gloire du saint patron des Irlandais, retour sur cinq Patrick de cinéma, aussi différents les uns des autres mais ayant en commun, un statut culte indéniable.

Patrick Floyd Jarvis Garret alias Pat Garret dans Pat Garret et Billy le Kid de Sam Peckinpah (1973)

Voici un nom qui évoque inévitablement le Far West. Pat Garret était cet emblématique shérif du comté de Lincoln au Nouveau-Mexique à la fin du XIXème siècle, n’ayant eu de cesse de pourchasser le célèbre hors-la-loi Billy The Kid, qu’il finira par tuer en 1881. Une histoire de rivalité qui ne pouvait qu’intéresser les cinéastes, à commencer par Sam Peckinpah, grand maître du western, ayant porté cet affrontement sur grand écran en 1973 dans Pat Garret et Billy le Kid, avec Kris Kristofferson dans le rôle de Billy the Kid et James Coburn dans celui du patibulaire Pat Garret. Si la prestation de l’acteur américain pour incarner le cultissime shérif a marqué les esprits, il ne fut cependant pas le seul comédien à incarner ce personnage emblématique de la civilisation américaine. Pêle-mêle, Patrick Floyd Jarvis Garret a également été interprété par Wallace Beery, (Billy The Kid de King Vidor, 1930), John Dehner (Le Gaucher d’Arthur Penn, 1957), Patrick Wayne (Young Guns de Christopher Cain, 1988) ou plus récemment Bruce Greenwood (I’m Not There de Todd Haynes, 2007). A coup sûr, l’un des Patrick les plus célèbres du cinéma et de la pop culture.

Patrick Bialès dans La Cité de la peur d’Alain Berbérian (1994)

Certainement l’un des Patrick les plus irrésistibles du cinéma. Avec La Cité de la peur réalisé par Alain Berbérian, Les Nuls passaient du petit au grand écran avec un film truffé de scènes et de dialogues qui, encore aujourd’hui, font mouche. Outre le trio incontournable Chantal Lauby / Alain Chabat / Dominique Farrugia, le film vaut également le détour pour la composition de Gérard Darmon dans le rôle du sémillant commissaire Patrick Bialès, enquêtant sur une série de meurtres en plein Festival de Cannes. Un personnage dont les fans se souviennent particulièrement pour ses échanges exquis avec Odile Deray, l’attachée de presse campée par Chantal Lauby, à l’image du cultissime : « Voulez-vous un whisky ? / Oh, juste un doigt. / Vous ne voulez pas un whisky d’abord ? ». Mais surtout, la scène qui a marqué les esprits, c’est avant tout celle de la danse sur la scène du Palais des Festivals, entre Patrick Bialès et Serge, joué par Alain Chabat. Pour ceux qui ne s’en souviennent plus, les deux comédiens chantent et dansent sur La Carioca, en hommage au film du même nom de Thornton Freeland, avec Fred Astaire et Ginger Rogers. En plus d’êtres drôles, les Patrick peuvent donc se révéler de très bons artistes de music-hall.

Patrick Abitbol dans La Vérité si je mens ! de Thomas Gilou (1997)

Les Patrick sont des hommes que l’on remarque et, surtout, que l’on entend. A l’image du célèbre « Yalla ! » déclamé avec conviction par Patrick Abitbol dans La vérité si je mens ! . Homme d’affaires milliardaire et mégalomane, ce personnage interprété par Gilbert Melki est l’une des figures majeures du film de Thomas Gilou, qui connaîtra deux suites, en 2001 et en 2012. A noter que le rôle du flambeur Patrick Abitbol a lancé avec succès la carrière de son interprète. Pour l’anecdote, Gilbert Melki, qui avait près de quarante ans au moment du tournage, tentait de percer depuis des années dans le milieu du cinéma. Après avoir été coupé au montage du film Betty de Claude Chabrol en 1992, il fut au départ retenu comme un simple figurant pour La Vérité si je mens ! avant de demander à rencontrer Thomas Gilou, afin de voir si ce dernier n’avait pas un rôle plus conséquent à lui proposer. Un sacré culot qui lui fut salutaire puisque le réalisateur lui proposa le rôle de Patrick Abitbol, qui lança avec succès sa carrière. Gilbert Melki et Patrick Abitbol ou deux hommes avec un sacré sens de la tchatche.

Patrick Bateman dans American Psycho de Mary Harron (2000)

Parfois, il y a des Patrick sympathiques que l’on peut fréquenter sans problème. Et d’autres qu’il est préférable de fuir comme la peste. Par exemple, Patrick Bateman, le personnage principal d’American Pyscho de Mary Harron, adapté du célèbre roman du même nom de Brett Easton Ellis, sorti en 1991. En apparence, ce golden boy de Wall Street a tout pour lui. Il est beau, jeune, riche, fréquente les lieux les plus selects de New York et est respecté de tous. Mais la face cachée de l’iceberg est beaucoup moins reluisante puisque Patrick Bateman est tout simplement un psychopathe de la pire espèce, mais également un misogyne, un homophobe et ayannt une sainte horreur des pauvres. Il tue mais également égorge, décapite et viole ses victimes. Bref, le genre d’individu dont il ne faut raisonnablement pas croiser le chemin. Pour l’incarner au cinéma, la production a longuement hésité entre plusieurs acteurs, de Leonardo DiCaprio à Edward Norton en passant par Billy Crudup et Edward Norton. Finalement, le rôle est revenu au survitaminé Christian Bale, dont ce fut l’une des premières compositions mémorables de sa carrière.

Patrick Chirac dans Camping de Fabien Onteniente (2006)

« Alors, on n’attend pas Patrick ? ». En 2006, il était difficile d’échapper à cette réplique, oeuvre de Patrick Chirac, le campeur incontournable interprété par Franck Dubosc dans Camping, de Fabien Onteniente. Gros succès au box-office avec plus de 5 millions d’entrées, le film eut une saveur partciulière pour le comédien puisque ce dernier s’est adonné au camping jusqu’à l’âge de 36 ans. Véritable spécialiste de ce type de tourisme, Franck Dubosc a apporté ses connaissances au film, dont il est l’un des scénaristes. Patrick Chirac, beauf au cœur tendre et inspiré de ses propres sketchs, est devenu un personnage incontournable de la comédie à la française, que l’acteur reprendra dans deux suites, en 2010 et 2016. Patrick va-t-il désormais se faire attendre dans un quatrième épisode ?

Crédit photo : PATHÉ DISTRIBUTION

Publié le Samedi 17 mars 2018.
Antoine Le Fur
Les derniers articles
08CNC CB GovinSorelg0v16981
Culture Voir tous

La brocante du CNC attend vos collections

Pour la 3ème année consécutive, le CNC organise dans le cadre de La Fête du Cinéma une grande « Ciné-Brocante » ouverte à tous et gratuite qui aura&nb...

Etoiles 590
Culture Voir tous

Saint-Cloud se fait des Films sous les étoiles

C’est désormais une tradition. Chaque année, dès que le début de l’été arrive, le domaine national de Saint-Cloud se transforme en une salle de cinéma...

Re Tro 590
Culture Voir tous

Les sélections parallèles de Cannes font leur festival à Paris

Que ceux qui n’ont pas pu se rendre sur la Croisette pour la dernière édition du plus prestigieux festival de cinéma du monde se rassurent ! Depuis qu...